Paroisse Ste Marie en Plaine et Marais
Slogan du site

Pour commencer, choisir une rubrique

Au milieu de la tempête, les feuilles tendres du figuier annoncent la belle saison
Article mis en ligne le 15 novembre 2009
dernière modification le 27 novembre 2013
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

LE BOULEVERSEMENT DU MONDE - LA VENUE DU ROYAUME

Aujourd’hui comme dans la Palestine du 1° siècle, les nouvelles sont parfois alarmantes dans notre monde, tout évolue très vite : c’est très souvent qu’on nous parle d’attentats suicide, de tensions ici ou là…etc. Par de tels bouleversements, on a le sentiment de changer de monde. Notre univers semble, certains jours, se défaire ; on a l’impression de vivre à l’envers le récit de la création. Face à cet avenir qui peut paraître assez sombre, qui va nous éclairer ?

C’était dans des insécurités un peu semblables que vivaient les contemporains de Jésus. Alors Jésus, comme d’habitude, emploie une comparaison, celle du figuier ; il nous dit : Même si le temps est mauvais, même si c’est la tempête, il y a une chose qui est sûre, c’est que lorsque le figuier fleurit, l’été arrive. Le figuier annonce avec certitude, au milieu des intempéries, la venue de la belle saison. Et de façon aussi sûre, le Fils de l’Homme sera bientôt là. Le message annoncé dans ce texte d’aujourd’hui n’est pas un message de catastrophe mais un message de lumière : c’est bien la venue du Royaume de Dieu qui est annoncée par Jésus et non le fracas du monde qui n’en est que le signe précurseur. Aujourd’hui encore, on peut ne voir que les déchirures de notre monde tellement elles sont fortes, et pourtant Jésus nous invite à regarder aussi les bourgeons qui annoncent un monde meilleur. « Quand la branche du figuier devient tendre et que poussent ses feuilles », est annoncée l’abondance des figues à l’automne. Le figuier nous dit sans un mot que « l’été est proche », que le « Fils de l’homme est là, sur le seuil ».

Une mauvaise lecture de cette page d’Evangile en a fait une source d’épouvante pour beaucoup. Ce qui nous est dit, au contraire, c’est que dans les épreuves les plus dures, Dieu n’oublie pas les siens. Dieu est un Père tout puissant d’amour, qui nous accompagne sur tous les chemins que nous prenons, même sur nos voies sans issues. C’est l’Amour de Dieu qui est tout puissant, c’est à dire sans limite ; c’est un Amour qui prend en compte la liberté de l’homme.

Alors nous, les hommes, de par notre liberté que Dieu notre Père a pris le risque de nous donner, nous avons la responsabilité de construire un monde de fraternité, de justice et de pardon et de partage. En ce jour de collecte du Secours Catholique, il nous faut regarder autour de nous. Devant le mal et la souffrance des autres, nous pouvons connaître une réaction de peur, de repliement sur nous-mêmes, ou bien encore pire d’indifférence. Il nous arrive de penser : « devant une misère aussi vaste, que pouvons nous faire ? ». Il ne nous est pas demandé de soulever des montagnes, mais d’ouvrir notre cœur. Et ouvrir notre cœur ne veut pas dire seulement donner pour avoir bonne conscience, mais de savoir comprendre l’autre, l’écouter, construire avec lui la paix, la justice, vivre le partage, donner un peu de soi-même.

J’ai trouvé ce petit texte que je vous livre simplement pour terminer : « Regarde autour de toi ces mille et une fleurs de l’espérance qui s’entêtent à pousser dans les moindres fentes de nos horizons bétonnés, et tu auras envie, toi aussi, d’en semer. Le nom que l’on a donné à ces fleurs, c’est l’Amour…et le Pardon ».

Oui, avec Jésus-Christ, on peut tout...même traverser la mort, pour aller habiter la Vie et la donner.

Louis Morandeau


Forum
Répondre à cet article
Merci...
BFCM - le 15 novembre 2009

Oui, merci pour ce commentaire et...
Heureux celui qui a un figuier dans son jardin, il ne le regardera plus de la même façon !!
B.M



puceArchives puceEspace rédacteurs puce



2008-2017 © Paroisse Ste Marie en Plaine et Marais - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.22