Paroisse Ste Marie en Plaine et Marais
Slogan du site

Pour commencer, choisir une rubrique

Carême 2012 Chemins de vie, chemins de prières, chemin de carême...
Article mis en ligne le 22 février 2012
dernière modification le 29 mars 2017
logo imprimer
Pour recevoir chaque matin la prière de carême, je m’inscris ici


ATTENTION : Certains d’entre vous ont demandé à recevoir chaque matin cette prière mais tous les jours nous avons des retours pour motif "adresse invalide". Si donc vous avez demandé à recevoir cette lettre et que vous ne la recevez pas vous pouvez refaire une demande d’inscription en prenant soin de bien vérifier votre adresse.

DIMANCHE 8 AVRIL 2012, Jour de Pâques

Notre chemin de carême s’est terminé dans la nuit avec la Veillée Pascale,
Christ est ressuscité, Alléluia !

Au terme de ces quarante jours de chemin parcouru ensemble, nous sommes invités aujourd’hui à ouvrir notre porte et notre cœur et à rendre grâce ; Nous sommes invités à poser notre regard sur la vie, sur tout ce qui est beau , sur tout ce qui est grand, car comme le dit le psaume 117 : « Ce jour que fit le Seigneur est un jour de joie, alléluia ! »

    Rendez grâce au Seigneur : Il est bon !
    Éternel est son amour !
    Qu’ils le disent, ceux qui craignent le Seigneur :
    Éternel est son amour !
      Le bras du Seigneur se lève,
      le bras du Seigneur est fort !
      Non, je ne mourrai pas, je vivrai
      pour annoncer les actions du Seigneur :
        La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs
        est devenue la pierre d’angle :
        c’est là l’œuvre du Seigneur,
        la merveille devant nos yeux.

Réjouissons-nous en ce jour de la Résurrection
car le Christ, hier accablé de moqueries,
couronné d’épines, cloué au bois de la croix,
aujourd’hui se relève du tombeau.
Réjouissons-nous car le Christ nous baigne de sa clarté, Alléluia !


SAMEDI SAINT 7 AVRIL, 40ème jour de carême

« Éveille-toi, ô toi qui dors ; lève-toi d’entre les morts ! Et le Christ t’illuminera » (Ep 5,14).

Il nous est donné de vivre le Samedi Saint.


Que se passe-t-il donc aujourd’hui ? Rien…
Aujourd’hui, c’est le grand silence, le silence de Dieu.
Aujourd’hui, c’est la grande solitude sur la terre ;
Nous sommes confrontés au vide, à l’absence, à la perte et au deuil.
Chacun de nous, de façon particulière, en fait l’expérience humainement, spirituellement.

Dieu se retire, Jésus est au tombeau.
« Si je ne descends pas dans le tombeau
Comme un froment,
Qui donc fera lever de vos cercueils
Vos corps sans vie ?
Je descendrai dans le tombeau
Pour y dormir. » (Hymne du matin - D.Rimaud)

Aujourd’hui, ce rien, ce silence, cette absence creuse notre désir, notre attente et fait naître notre espérance.
Que se prépare-t-il donc aujourd’hui ? Tout…
L’ Événement qui nous appelle à la conversion et qui nous fait chrétiens.

« Brillez déjà, lueurs de Pâques,
Scintillez au jour de demain,
Annoncez l’époux qui revient,
Éveillant tout sur son passage. » (Hymne du soir - D.Rimaud)


VENDREDI SAINT 6 AVRIL, 39ème jour de carême

« Jésus dit : “Tout est accompli.” Puis, inclinant la tête, il remit l’esprit. » (Jn 19, 30)

Ô Croix dressée sur le monde.


« Mon serviteur réussira, dit le Seigneur ; il montera, il s’élèvera, il sera exalté ! » (Is 52, 13)
Tu as pris notre condition humaine, tu as été compté avec les brigands.
Est-ce bien ainsi, sur cette croix, que tu es glorifié !
Au pied de ta Croix, Seigneur, nous t’en prions, révèle-nous que tu es le Dieu d’amour.

« Pourtant, c’étaient nos souffrances qu’il portait, nos douleurs dont il était chargé. » (Is 53, 4)
Vois nos croix, nos deuils et nos souffrances,
Pardonne nos abandons, nos lâchetés et nos reniements.
Au pied de ta Croix, Seigneur, nous t’en prions, mets en nous la joie qui ouvre le cœur.

« Alors Jésus, sachant tout ce qui allait lui arriver, s’avança et leur dit : “Qui cherchez-vous ?” »(Jn 18, 4)
Oui, nous te cherchons… Tu es là, mort sur cette croix…
Anéantis, nous reprenons la route d’Emmaüs, ne comprenant rien à rien !
Au pied de ta Croix, Seigneur, nous t’en prions, viens-nous parler en chemin et nous expliquer les Écritures.

« Jésus, voyant sa mère, et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : “Femme, voici ton fils.” Puis il dit au disciple : “Voici ta mère.” » ( Jn 19, 26-27)
Marie te reçoit entre ses bras, ici est le germe de ton Église naissante.
Ici « finit la Croix et commence le Tabernacle » (P. Claudel)
Au pied de ta Croix, Seigneur, nous t’en prions, fais de nous ton Église, signe du Salut.

Sur ton serviteur, que s’illumine ta face ;
sauve-moi par ton amour.
Soyez forts, prenez courage,
vous tous qui espérez le Seigneur !
(Ps 30, 17)


Jeudi 5 AVRIL 2012, 38ème jour de carême

"Bénis soient la coupe et le pain où ton peuple prend corps" (Psaume 115 (116B)

Jésus se fait serviteur pour nous guérir et nous sauver.
Voila jusqu’où le Christ nous a aimés et ne cesse de nous aimer.

Comme lui savoir dresser la table,
Comme lui nouer le tablier.
Se lever chaque jour et servir par amour
Comme lui.

Aujourd’hui, Seigneur, tu mets la table pour l’Église que nous sommes.
Tu nous offres en abondance le pain de ta présence.

A la fin des temps, Seigneur, tu nous accueilleras à la table de ton royaume.
Creuse en nous la faim de ce royaume.


Mercredi 4 AVRIL 2012, 37ème jour de carême

Isaïe (61,1-3a .6a.8-9)

"L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’Onction. Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux prisonniers qu’ils sont libres, et aux aveugles qu’ils verront la lumière, apporter aux opprimés la libération, annoncer une année de bienfaits accordée par le Seigneur"

Tu nous donnes, Seigneur, ta Parole en héritage, semence précieuse en nos cœurs et promesse de fruits en chacune de nos vies.
Béni sois-tu, Seigneur, pour cette parole qui nous fait vivre et qui nous comble de bonheur.
Béni sois-tu Seigneur, pour tous ceux et celles qui sèment ta Parole dans le monde, pour que brille l’espérance au cœur du plus grand nombre.


MARDI 3 AVRIL 2012, 36ème jour de carême

« Amen, amen, je vous le dis : l’un de vous me livrera. »(Jn 13, 21-33.36-38)

Judas est l’un des plus proches de Jésus ; or il l’a livré (Simon-Pierre l’a également trahi). Cela veut dire que l’appel du Seigneur ne supprime pas notre libre choix de le suivre ou non, de répondre ou non à son amour.

Jésus a livré sa vie pour celui qui l’a livré. C’est ce qu’a finalement compris et accepté Simon-Pierre (cf. Jn 21). C’est ce que n’a pas accueilli Judas (au moins pour ce que nous en savons).

Comment nous situons-nous par rapport à l’appel du Christ ? Comment réagissons-nous lorsque nous défaillons ? Après avoir porté notre regard sur Judas et sur Simon-Pierre, nous sommes invités, par la prière et la contemplation à entrer dans l’attitude du Disciple Bien-Aimé. Celui-ci a accepté de se laisser aimer. Il a adopté la seule attitude juste devant les questions qu’il se pose. Il a en effet compris qu’il n’aura de réponse qu’en étant penché tout contre le coeur du Christ, ce coeur qui sera transpercé sur la Croix, signe de son amour le plus total pour chacun des disciples que nous sommes. En cette Semaine Sainte, que notre prière et notre contemplation nous placent à notre tour tout contre le coeur du Christ, ce coeur qui a tant aimé le monde.

Père, aide-moi à avoir confiance dans le Seigneur, de tenir, comme Jean, la tête sur sa poitrine. Aide-moi à chercher Jésus par dessus tout ; que cette quête soit la lumière qui éclaire ma vie. Aide-moi à accepter que les croix et les épreuves soient des moyens efficaces pour montrer mon amour pour le Christ et pour grandir en vertu chrétienne.


LUNDI 2 AVRIL 2012, 35ème jour de carême

    Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

    Six jours avant la Pâque, Jésus vint à Béthanie où habitait Lazare, celui qu’il avait ressuscité d’entre les morts.
    On donna un repas en l’honneur de Jésus. Marthe faisait le service, Lazare était avec Jésus parmi les convives.
    Or, Marie avait pris une livre d’un parfum très pur et de très grande valeur ; elle versa le parfum sur les pieds de Jésus, qu’elle essuya avec ses cheveux ; la maison fut remplie par l’odeur du parfum.
    Judas Iscariote, l’un des disciples, celui qui allait le livrer, dit alors :
    « Pourquoi n’a-t-on pas vendu ce parfum pour trois cents pièces d’argent, que l’on aurait données à des pauvres ? »

Gardons un moment sous les yeux cette scène évangélique. Regardons Marie verser le parfum, essuyer avec ses cheveux les pieds de Jésus, devinons son affection pour son Seigneur.

Dans quel personnage de cette scène pouvons-nous nous retrouver : Marthe ? Marie ? Jésus ? Á quelle attitude d’amour sommes-nous conduits ?

L’odeur du parfum se répand dans la maison. Judas regarde, évalue
le prix : il y aurait tant à faire avec cet argent ! Son regard est obscurci : Il ne voit pas comme Jésus. Jésus se laisse faire, il laisse faire, il accueille ce parfum que lui offre Marie. Il ne prend pas pour lui, ne l’accapare pas, il voit par anticipation l’heure de son ensevelissement. Demandons au Seigneur la grâce de porter un regard bon, généreux, désintéressé sur les personnes, les événements, les situations. Demandons au Seigneur la grâce d’avoir la spontanéité et l’audace de Marie.


Dimanche 1er AVRIL 2012, Dimanche des Rameaux, et Dimanche de la Passion

Aujourd’hui beaucoup d’entre nous, vont prendre le chemin qui nous conduit à l’église pour faire bénir nos rameaux, et les garder bien en vue dans nos maisons, c’est déjà décider d’ouvrir la porte à l’Évangile et d’accueillir Dieu par des gestes concrets à l’égard de nos frères chaque jour.

En ce dimanche des Rameaux, tu entres triomphalement à Jérusalem, accompagné des acclamations de la foule. Aide-moi en quelques minutes de prière à pénétrer plus profondément dans la signification de cette célébration.

Quelques paroles des textes pour nous aider à réfléchir :

"Hosanna ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! Hosanna au plus haut des cieux ! "

"Mon Dieu, mon Dieu pourquoi m’as tu abandonné ?"

"Ils partagent entre eux mes habits et tirent au sort mon vêtement."

"Mais toi, Seigneur, ne sois pas loin : ô ma force, viens vite à mon aide."

"Le Christ Jésus, lui qui était dans la condition de Dieu, n’a pas jugé bon de revendiquer son droit d’être traité à l’égal de Dieu ; mais au contraire, il se dépouilla lui-même en prenant la condition de serviteur."

Le Christ nous a aimés avec tout son cœur et s’est offert à nous par amour. Voilà le véritable amour. Si le Christ l’a fait par amour, je ne peux pas prendre d’autre chemin que celui de m’offrir par amour à la volonté de Dieu.


Samedi 31 MARS 2012, 34ème jour de carême

Jésus va mourir pour rassembler les enfants de Dieu (Jn 11, 45-57)

Quand Lazare fut sorti du tombeau, les nombreux Juifs, qui étaient venus entourer Marie sa sœur et avaient donc vu ce que faisait Jésus, crurent en lui.

À partir de ce jour-là, le grand conseil fut décidé à le faire mourir.
C’est pourquoi Jésus ne circulait plus ouvertement parmi les Juifs ; il partit pour la région proche du désert, dans la ville d’Éphraïm où il séjourna avec ses disciples.

Tu n’as fait que le bien. Tu n’as dit que la vérité,
Mais tu les as dérangés. Ils t’ont cloué à la croix.
Seigneur crucifié, nous t’adorons.
Tu as été l’ami des pécheurs. Tu as mangé à leur table.
On ne l’a pas apprécié.
Fils de Dieu, nous croyons en toi.
Tu as prêché l’amour. Tu as appelé à la réconciliation.
Tu n’as pas été entendu.
Mais toi, du haut de ta croix, tu as pardonné.
Aide nous à pardonner à nos frères.

Sois notre guide pour avancer ensemble, sur la route de cette semaine Sainte qui approche, et qui va nous conduire à ta Résurrection.


Vendredi 30 MARS 2012, 33ème jour de carême

Jésus menacé de mort par les Juifs (Jn 10, 31-42))

"Or, celui que le Père a consacré et envoyé dans le monde, vous lui dites : ’Tu blasphèmes’, parce que j’ai dit : « Je suis le Fils de Dieu.
Si je n’accomplis pas les œuvres de mon Père, continuez à ne pas me croire.
Mais si je les accomplis, quand bien même vous refuseriez de me croire, croyez les œuvres. Ainsi vous reconnaîtrez, et de plus en plus, que le Père est en moi, et moi dans le Père. »
Les Juifs cherchaient de nouveau à l’arrêter, mais il leur échappa. "

Dieu notre Père, tu sais combien ta Parole nous dérange. Tu sais aussi que nous sommes tentés parfois de fermer nos oreilles, et notre cœur.
Pourtant, malgré nos refus, sans te lasser, tu nous offres généreusement ta Parole par Jésus-Christ, ton Fils.
Sois notre lumière et notre force pour que nous annoncions avec assurance que tu es le seul qu’il faut suivre.

Comme un enfant, il se place au milieu de nous, vulnérable, il nous supplie de l’accepter, et il nous montre le chemin qui nous mène à Dieu son Père.


Jeudi 29 MARS 2012, 32ème jour de carême

L’Alliance de Dieu avec Abraham (Gn 17, 3-9) )

Abraham tomba la face contre terre et Dieu lui parla ainsi :
« Voici l’Alliance que je fais avec toi : tu deviendras le père d’un grand nombre de peuples.
Dieu lui dit aussi : « Tu observeras mon Alliance, toi et ta descendance après toi, de génération en génération. »

Nous reconnaissons Abraham comme notre père "Père des croyants", nous pouvons penser dans notre prière de ce jour à tous ces chrétiens d’Égypte qui actuellement sont persécutés, et ne peuvent pas vivre leur foi librement.
Seigneur envoie la paix à tous ces peuples, Syrien , Israélien et Palestinien qui sont en guerre et se déchirent.

Dieu, notre Père, toi qui es bon, toi qui es notre appui entre tous, nous te rendons grâce.

Apprends-nous le chemin qui conduit jusqu’à toi, le chemin du service et de la paix.


Mercredi 28 MARS 2012, 31ème jour de carême

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Jésus disait à ces Juifs qui maintenant croyaient en lui :
« Si vous demeurez fidèles à ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ; alors vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres. »
Jésus leur dit : « Si Dieu était votre Père, vous m’aimeriez, car moi, c’est de Dieu que je suis sorti et que je viens. Je ne suis pas venu de moi-même ; c’est lui qui m’a envoyé. »

Seigneur, il n’est pas toujours facile de suivre la vérité et de choisir le bien. Bien que je t’aime, ma faible volonté me fait souvent choisir le sentier commode et le résultat facile.
Ton plus grand don est ma liberté. Mais je te supplie de m’accorder la grâce de m’aider à former mon caractère, à utiliser ma liberté de façon à ce que je devienne la personne que tu as créée et que tu veux que je sois.

Seigneur, ouvre les yeux de mon cœur,
Seigneur, il y a des jours où je ne vois rien, ni les regards qui cherchent des lueurs d’espoirs, ni les mains qui se tendent vers moi.
Je ne trouve plus le chemin qui va vers toi. Tout est sombre, tout est triste.
Entends notre univers crier sa soif de justice, de vérité, de lumière.
Nous avons besoin aujourd’hui encore d’une parole de libération.


Mardi 27 MARS 2012, 30ème jour de carême

Le Fils de l’homme élevé pour le salut du monde (Jn 8, 21-30))

“Jésus leur déclara : « Quand vous aurez élevé le Fils de l’homme, alors vous comprendrez que moi, JE SUIS, et que je ne fais rien par moi-même, mais tout ce que je dis, c’est le Père qui me l’a enseigné. Celui qui m’a envoyé est avec moi ; il ne m’a pas laissé seul parce que je fais toujours ce qui lui plaît. »
Sur ces paroles de Jésus, beaucoup crurent en lui.”

Si nous voulons demeurer avec Jésus, nous avons à faire un acte de foi en reconnaissant Jésus, comme l’incarnation de la Parole. Ce point est difficile ; rationnellement, il est même impensable. Nous sommes appelés ici à une expérience spirituelle, de la même manière que les disciples ont eu à faire cette expérience après la mort de Jésus.

Nous te remercions, Seigneur Jésus, de venir vers nous, aux jours de soleil, comme aux nuits de tempête, aux jours de brise légère, comme aux jours de vents violents.

Nous sommes tes disciples, veille sur nous.

- Nous te remercions, Seigneur Jésus, d’être toujours avec nous, quand nos certitudes s’effondrent et que nos projets s’écroulent, quand nous avons peur de demain, de l’inconnu de la mort.

Nous sommes tes disciples, ne nous oublie pas.

- Seigneur, fais qu’au long de notre route vers toi, nous ne manquions jamais de rencontrer des amis avec lesquels nous puissions échanger, partager et ainsi rendre la vie plus douce pour chacun de nous.


LUNDI 26 MARS 2012, 29ème jour de carême

Évangile : L’Annonciation (Luc 1, 26-38)

« Comment cela va-t-il se faire, puisque je suis vierge ? »
L’ange lui répondit : L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, et il sera appelé Fils de Dieu.
Et voici qu’Élisabeth, ta cousine, a conçu, elle aussi, un fils dans sa vieillesse et elle en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait : “la femme stérile”.
Car rien n’est impossible à Dieu.
Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. »
Alors l’ange la quitta.

L’évangile de ce jour nous emmène vers Marie, sur ce chemin si difficile qu’elle a eu a parcourir, et qui l’a conduit jusqu’au pied de la croix, pour voir son fils crucifié , bafoué et humilié .

Comme Marie est ce que je sais répondre "Oui" aux différents appels de la vie quotidienne ?

Comme Marie, Seigneur, notre terre porte en elle le désir de bonheur, de paix, d’accomplissement, qui peut me permettre de vivre heureux et libre.

Marie, que ton image m’accompagne tout au long de ce jour ;
comme un fond musical, qu’elle me comble de sonorités et de beauté ;
comme un parfum très doux.

Seigneur je te remercie de nous donner cette femme pleine de confiance, cette femme au cœur et aux bras ouverts, cette femme qui a cru sans certitudes.
Avec elle, nous t’espérons, nous t’attendons.


DIMANCHE 25 MARS 2012, 5ème dimanche de carême

Rends-moi justice, ô mon Dieu, soutiens ma cause contre un peuple sans foi ; de l’homme qui ruse et qui trahit, libère-moi, Dieu qui es mon recours.

« Pour que la moisson lève, il faut que le grain soit jeté en terre, qu’il périsse et qu’il ressuscite. C’est son destin de mourir et d’échouer. C’est son destin de s’offrir et de se révéler Dieu, dans la mort.
Et c’est à ce moment-là que saint Jean, anticipant sur le récit de l’agonie, nous montre Jésus frémissant de douleur, envisageant en effet sa mort, demandant à son Père si cette heure ne peut lui être épargnée.
Mais aussitôt il se ravise : "Je suis venu précisément pour cette heure, afin que tout soit consommé, car maintenant le prince des ténèbres va être vaincu" (Jn 12, 27.31).
Maintenant va se livrer l’immense combat, maintenant Dieu va se révéler avec son vrai visage, le Visage de l’amour.

Peut-on imaginer que le salut puisse s’accomplir dans la défaite ?
Peut-on penser que la toute puissance de Dieu aboutisse à une catastrophe ?
Peut-on accepter que des siècles d’attente, de prophétie, d’espérance, aboutissent à la mort de celui-là même qui devait tout sauver ? C’est de la folie !
Notre bonheur aujourd’hui c’est de pressentir qu’il faut changer de Dieu, qu’il faut non pas donner à Dieu ce visage de pharaon, de maître, qui tire les fils de l’histoire, mais retrouver ou plutôt découvrir Dieu comme un amour caché au-dedans de nous-mêmes, comme un amour fragile et désarmé, comme tout amour ! » Maurice Zundel. (Vie, mort, résurrection. Ed. Anne Sigier)

« Rends-moi la joie d’être sauvé ; que l’esprit généreux me soutienne.
Aux pécheurs j’enseignerai tes chemins, vers toi reviendront les égarés. » (Ps 50, 14.15)


SAMEDI 24 MARS 2012, 28ème jour de carême

Les flots de la mort m’étreignaient, les torrents infernaux me happaient ; dans mon angoisse, j’appelai le seigneur. Lui qui me retire du gouffre des eaux, il m’a libéré, car il m’aime.

Au seuil des lectures du jour, la voix du Christ s’élève, douloureuse mais confiante, et nous retrouvons les mêmes sentiments dans la prière de Jérémie, où le prophète se compare à l’agneau docile qu’on mène à l’abattoir. (Jr 11, 19)
Mais, si le Christ est l’agneau de Dieu, c’est moins en souvenir de cette image qu’en référence à l’Exode : il est « l’agneau sans défaut et sans tache », dont le sang précieux nous a rachetés, comme le sang de l’agneau avait sauvé de la mort les premiers nés des Hébreux lors du passage de l’Exterminateur.

« Seigneur mon Dieu, tu es mon refuge !
On me poursuit : sauve-moi, délivre-moi ! » (Ps 7, 2)


VENDREDI 23 MARS 2012, 27ème jour de carême

Dieu, par ton nom sauve-moi, rends–moi justice par ta puissance ; Dieu, entends ma prière, écoute les mots que je dis.

Avant d’aller vers le sacrifice, Jésus veut encore enseigner dans le temple, instruire ces gens dont certains pourtant veulent sa mort.
Son amour pour l’homme est infini, dicté par la volonté de son Père qui l’a envoyé et qui « dit la vérité. »(Jn 7, 28)
Seigneur aide-nous à mieux comprendre ta parole et à nous tourner vers le Père.
Imprime en nous cette vérité qui n’est pas toujours facile à entendre.

"Le Seigneur entend ceux qui l’appellent :
de toutes leurs angoisses, il les délivre". (Ps 33,18)


JEUDI 22 MARS 2012, 26ème jour de carême

« Moi, je suis venu au nom de mon Père, et vous ne me recevez pas » (Jn 5, 40)

Nos refus, nos éloignements…
« Je vois que ce peuple est un peuple à la tête dure. (Ex 32,9c)
« Ils oubliaient le Dieu qui les sauvait, » (Ps 105,21)
« et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie ! » (Jn 5,40)
Allons vers Jésus-Christ dans le sacrement de réconciliation pour recevoir son pardon.

"Souviens-toi de moi, Seigneur,
dans ta bienveillance pour ton peuple". (Ps 105, 4)


MERCREDI 21 MARS 2012, 25ème jour de carême

« Mon Père, jusqu’à maintenant, est toujours à l’œuvre, et moi aussi je suis à l’œuvre. » (Jn 5, 17)

Aujourd’hui Jésus veut nous montrer que tout vient du Père.
« Mais il nous est difficile de nous représenter le Père.
Pensons au Père comme à un cœur dont chaque battement est un acte infini d’amour, comme à la Tendresse première qui enveloppe tout ce qui existe. »
Ainsi, « pour connaître le Père, devons-nous écouter Jésus-Christ.
C’est lui qui nous introduit doucement dans l’intimité de celui qui est son Père et notre Père.
Nul ne connaitra le Père si ce n’est par le Fils et dans le Fils. » (Lev Gillet)

"Il est proche de ceux qui l’invoquent,
de tous ceux qui l’invoquent en vérité." (Ps 144, 18)


MARDI 20 MARS 2012, 24ème jour de carême

« Sous le seuil du Temple, de l’eau jaillissait en direction de l’orient » (Ez 47,1)

L’eau baptismale semble ruisseler en abondance dans les textes de la liturgie de ce jour, tant elle est évoquée, de l’antienne d’ouverture à celle de la communion.
Dans la première lecture, nous voyons l’eau jaillir du temple comme un fleuve qui féconde la vallée et assainit tout ce qu’elle pénètre. Dans l’Évangile, Jésus guérit le paralytique venu chercher la guérison à la piscine de Bézatha.
L’eau du baptême est une eau qui guérit du péché et libère, mais elle est surtout le fleuve impétueux, jailli du côté du Christ, qui engendre la vie éternelle.

« Vous tous qui avez soif, venez, voici de l’eau ! dit le Seigneur ; même si vous n’avez pas d’argent, venez et buvez avec joie. »

« Donne-nous un cœur pur, ô notre Dieu, rends nous la joie d’être sauvés. » (Ps 50, 12.14)


LUNDI 19 MARS 2012, 23ème jour de carême

« Je serai pour lui un père, il sera pour moi un fils. (2S 7,14)

Il est temps pour Dieu de montrer à l’homme que tout doit venir d’un père, que toute famille ne peut se concevoir sans un Père et que cette famille doit s’ancrer dans une descendance.
Saint Paul nous rappelle que le père de toutes nations est Abraham car il a cru en Dieu qui en raison de sa foi estima qu’il était juste.
Mais dans l’évangile de ce jour (Mt 1, 16.18-21.24) Matthieu nous dit que Joseph, père terrestre de Jésus, doit s’effacer et comprendre que le véritable père est Dieu car dans cette incarnation c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés.

« Il me dira : Tu es mon Père, mon Dieu, mon roc et mon salut !
Sans fin je lui garderai mon amour, mon alliance avec lui sera fidèle. » Ps 88, 27.29


DIMANCHE 18 MARS 2012, 4ème dimanche de carême

Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique : ainsi tout homme qui croit en lui ne périra pas, mais il obtiendra la vie éternelle. (Jn 3, 14-21)

Aujourd’hui, saint Jean nous invite à "regarder" la croix.
Il nous faut oser regarder le Crucifié et l’adorer.
Ce regard vers le Christ Sauveur est un regard de foi, un regard de confiance et d’amour.

En nous tournant vers le Christ, nous accueillons la guérison et la vie.
C’est là tout l’enjeu du Carême qui est un temps de conversion et de retour à Dieu.
C’est important car trop souvent nous avons tendance à regarder ailleurs, vers ce qui nous tente et nous aveugle. Nous pensons y trouver le bonheur, mais le plus souvent c’est la déception et le vide. Il nous faut donc réentendre l’appel de Dieu : "Revenez à moi de tout votre cœur."

Dans ce monde troublé et violent qui est le nôtre, apprenons à regarder les signes de la victoire de la Vie sur la mort, Les chrétiens ne doivent pas être les derniers à relever le défi d’un monde à sauver.


SAMEDI 17 MARS 2012, 22ème jour de carême

Qui s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé.(Lc 18, 9-14)

Seigneur, tu renverses les puissants de leur trône et tu élèves les humbles.
Tu regardes la prière du pauvre et tu ne méprises point le désir de son coeur...

Seigneur, préserve-moi de toute vaine gloire. Que jamais, je ne m’approprie les dons que tu m’as faits...
Tout vient de TOI. Comment pourrais-je me glorifier quand tout est pur don de ta grâce !

Seigneur, si je regarde au profond de moi-même, je n’ai rien à t’offrir qui soit digne de TOI,
je ne suis que faiblesse et péché...

Mais ton regard n’est qu’AMOUR et cet AMOUR me lave et me purifie.
C’est TOI qui m’élève jusqu’à ton COEUR.

Tu vois mon désir, tu connais ma petitesse et je n’ai pas peur
car tu te penches sur moi avec tendresse.
Tu me guéris de mon péché, GLOIRE À TOI !

Je t’aime
et j’attends tout de TOI.

(D’après EPHATA)

VENDREDI 16 MARS 2012, 21ème jour de carême

Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force. (Mc 12, 28-34)

le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur !

Est-ce que je vis cette vérité ?
L’amour de Dieu est-il ma première passion, celle qui englobe tous les autres aspects de ma vie ?

Seigneur Jésus, ta vérité est si simple.
La vérité de ta parole me rend libre.
La vérité de ton amour me rend libre.
La liberté se trouve dans la vérité de tes commandements.

Que mon cœur t’appartienne totalement et que je puisse t’aimer dans les frères et les sœurs que tu as mis à mes côtés sur ma route vers l’éternité !


JEUDI 15 MARS 2012, 20ème jour de carême

Celui qui n’est pas avec moi est contre moi ; celui qui ne rassemble pas avec moi disperse. (Lc 11, 14-23)

Des miracles, il y en a toujours.
Dans l’Evangile de ce jour Jésus guérit un muet qui se met à parler… . La foule est dans l’admiration, mais certains commencent à murmurer sur l’origine de ses pouvoirs, soit en l’accusant d’être à la solde du « prince des démons », soit en réclamant un « signe » comme si faire parler un muet n’en était pas un.

C’est un peu comme aujourd’hui, quand un événement se produit, événement qui participe à la construction de la société, du monde… il y a toujours des « râleurs », des gens qui estiment que… au lieu de prendre le temps de goûter et d’admirer ce qui participe à la continuation de l’œuvre du Créateur.

Les miracles, il en faut deux pour chaque béatification de saint.
Des miracles sont reconnus à Lourdes.
Mais les miracles d’ordre spirituel sont infiniment plus nombreux.
Dieu continue d’agir, de créer, de recréer, de remettre des hommes et des femmes debout pour continuer à vivre ou à survivre, pour continuer à témoigner de l’évangile dans le monde d’aujourd’hui.

Puissions-nous y être attentifs, le reconnaître et garder une âme d’émerveillement.


MERCREDI 14 MARS 2012, 19ème jour de carême

« Ne pensez pas que je suis venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. »(Mt 5, 17-19)

Seigneur, tu as donné à nos ancêtres la Loi, tu nous donnes aujourd’hui un commandement nouveau qui la prolonge, l’accomplit, un commandement d’amour.
Fais résonner en nous cette parole de perfection.

Seigneur, tu es la sagesse éternelle, tu nous as révélé ta volonté. Ta parole est pour nous la source de vie éternelle.
Aide nous à la comprendre, que nous trouvions par elle, le chemin, que nous marchions suivant ta vérité.

Seigneur, en ce temps de carême, donne nous un cœur nouveau, accorde nous de nous former à la vie avec le Christ, de nous alimenter de ta parole, d’y trouver le pourquoi et le comment de nos actions pour la justice et la vérité.


MARDI 13 MARS 2012, 18ème jour de carême

L’encouragement de Jésus à croire en la force de son amour et de son pardon, on ne le trouve pas seulement dans la parabole de l’Évangile de ce jour ; on le trouve surtout dans la manière dont Jésus a lui-même concrètement donné ce pardon gratuit de Dieu, partout où il passait.

Quand tout semble avoir échoué, quand il semble qu’il n’y a plus d’espoir, il reste encore le pardon… celui de Dieu et celui que nous pouvons donner. Le pardon n’est ni un signe de faiblesse ni de démission. Il est au contraire un des plus grands signes de l’amour que l’on peut porter à quelqu’un !

Pardonner, ce n’est pas oublier, mais c’est ne pas s’enfermer dans le reproche et la rancune.

Le pardon est un acte de libération, c’est une porte qui s’ouvre pour qu’un lendemain soit possible. Le pardon est le refus de faire sienne la logique de l’adversaire qui m’a fait violence. Le pardon est le refus de s’enfermer dans la spirale infernale de la haine et de la violence.

Rendons grâce pour la bonté et la miséricorde infinie de Dieu envers nous et demandons-lui son Esprit pour qu’il nous rende capables d’être bon envers les autres et de pouvoir leur pardonner à notre tour de tout notre cœur.


LUNDI 12 MARS 2012, 17ème jour de carême

Quand on se fixe un but à atteindre, tous les moyens sont bons à mettre en œuvre pour se donner toutes les chances d’arriver au plus vite.

    Les textes de la liturgie, aujourd’hui, nous montrent encore une fois, que la Foi peut nous faire contourner bien des obstacles... il y a toutes ces difficultés qu’il nous faut combattre... notre emploi du temps en premier, bien souvent.
    Quel temps je me donne aujourd’hui qui me permettrait un échange avec Dieu, quelle disposition je prend pour me tenir à l’écoute de sa parole... Saurais-je reconnaître sa présence dans notre humanité, dans mon quartier, dans mes relations, dans mon travail...

DIMANCHE 11 MARS 2012, 3ème dimanche de carême

Tout passe. Les vieux murs menacent ruine.

Ainsi en était-il du Temple de Jérusalem.
On en avait fait un champ de foire, un marché au bétail.

« Ne faites pas de la maison de mon Père, une maison de trafic. » disait Jésus.

D’autres, l’occupant romain, se chargeraient bientôt de la ruine définitive.

Mais Dieu lui-même s’était donné une autre demeure parmi les hommes, un autre Temple.

Combien fragile et pourtant définitif.
« Détruisez ce Temple, et en trois jours je le relèverai » .Le Temple dont il parlait c’était son corps.

Aujourd’hui l’Eglise est le Temple de l’Esprit et Corps du Christ


SAMEDI 10 MARS 2012, 16ème jour de carême

Le Père prodigue, il était sorti de chez lui, sur le point le plus haut.
Du plus loin qu’il puisse le voir revenir, il guettait
son fils.

L’autre , le fils revenait pour le frigidaire bien garni
avec de misérables mots d’excuses, comme une liste de courses.

Un amour de Père qui précède, qui anticipe toute excuse, qui a déjà donné son pardon.

Il suffit au Fils de dire : Oui


VENDREDI 9 MARS 2012, 15ème jour de carême

Tu prends soin de ta vigne.

Dieu notre Père, tu prends soin de tes enfants, tu prends soin de ta vigne.
Tu la protèges, tu la nourris,tu la bichonnes, tu la tailles le moment venu.
Et voilà que tu l’as même confiée à ton Fils.
Personne en dehors de Lui, n’était à hauteur de ton amour pour nous.
Et tu l’as abandonné entre nos mains. Tu nous l’as donné.
Tels des comptables sourcilleux, nous comptons et nous recomptons tout ce que nous faisons pour toi, nos mérites, nos offrandes. Alors qu’il nous faudrait plutôt conter et raconter tes cadeaux, tes largesses,
et le premier de tous ton Fils Bien aimé, qu’il nous faut écouter.


JEUDI 8 MARS 2012, 14ème jour de carême

« Vois si le mal ne fait pas en moi son chemin
et conduis-moi sur le chemin d’Éternité »
(Psaume 138)

« Le Seigneur connait le chemin du juste
mais le chemin des méchants se perdra »
(Psaume 1)

Tu connais nos impasses.
Il est si engageant ce chemin qui ne conduit nulle part.
Il est si engageant qu’il donne envie qu’on le prenne
et qu’on le reprenne
Heureux l’homme qui ne suit pas le chemin du pécheur
Conduis-moi sur le chemin d’Éternité.


MERCREDI 7 MARS 2012, 13ème jour de carême

« Voici que nous montons à Jérusalem » (Matthieu 20, 18)

Chemin de croix, chemin de résurrection.
Celui qui veut devenir grand doit devenir serviteur
Celui qui veut s’élever doit s’abaisser
Le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir


MARDI 6 MARS 2012, 12ème jour de carême

« Marchons sur les pas du Seigneur » (Refrain du psaume 49)

Une trace discrète, éphémère, qui se fond dans la neige.
Elle est discrète la trace du Seigneur et j’aimerais tant savoir où elle me mène.
Mon voisin l’a pris et je m’étonne émerveillé du chemin qu’il a fait.
Oui ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout petits.
Marchons sur les pas du Seigneur comme un enfant mal assuré
marchant vers les bras de son Père


LUNDI 5 MARS 2012, 11ème jour de carême

« Délivre-nous, efface nos fautes,
et nous, ton peuple, le troupeau que tu conduis,
sans fin nous pourrons te rendre grâces »
Psaume 78

Pourrais-tu faire un effort, Seigneur, pour le troupeau que tu conduis ?
Nous tracer une belle autoroute, bien balisée ?
Chacun à sa place, chacun dans son sens.
Et puis si nous étions plus nombreux, Seigneur, nous nous tiendrions compagnie.
Mais ce n’est pas ta manière, Seigneur.
Tu fais avec tous les détours, et les écarts, et les retards de tes brebis capricieuses.
Ceux des autres et les miens aussi .
Oui, je veux te rendre grâces, mais tout de même fais un effort Seigneur.
Délivre-nous.


DIMANCHE 4 MARS 2012, 2ème dimanche de carême

« Rabbi, il est heureux que nous soyons ici ! » Mc 9,5

Être en Ta présence, Seigneur.
Aujourd’hui, c’est dimanche, premier jour de la semaine, c’est Ton jour ;
Tu nous manifestes Ta présence dans le partage de la Parole, de l’Eucharistie.
La liturgie de nos célébrations, le rassemblement de la communauté paroissiale nous portent vers Toi ;
Et après ?... Allons-nous planter la tente et rester là ?...
Pierre, Jacques et Jean, en présence du Christ transfiguré, de Moïse et Élie auraient bien voulu que ce moment extraordinaire continue : "dressons trois tentes"...
La révélation : "Celui-ci est mon fils bien-aimé. Écoutez-le" est un commencement ; avec Jésus, on ne s’installe pas…
Être en Sa présence n’est pas se trouver dans un état de bien-être individuel. C’est un envoi sur la route de nos vies.
La présence n’est-elle pas ouverture de soi à l’autre. La présence, relation aux autres, à nous-mêmes, nous fait acteur de ce monde où nous vivons.
Ô Christ, c’est à travers nos rencontres humaines qu’il nous est donné de Te rencontrer et de vivre le partage de la Parole et de l’Eucharistie.
Ô Christ, accompagne-nous dans l’ordinaire de nos jours.
Ô Christ transfiguré, toi le Vivant, permets que Ta présence fasse de nous des vivants.

« Je marcherai en présence du Seigneur sur la terre des vivants » Ps 115, 9


SAMEDI 3 MARS 2012, 10ème jour de carême

« Heureux les hommes intègres dans leurs voies
qui marchent suivant la loi du Seigneur ! » Ps 118,1

Le bonheur est exigeant.
Comme une course en montagne, le bonheur se prépare, se construit pas après pas dans la joie, l’effort et même la douleur pour atteindre le but escompté.
Le bonheur est dans la loi du Seigneur : nous dit la première Alliance.
Plus que la Loi, plus qu’un contrat, c’est un amour inconditionnel que Jésus nous propose de vivre avec la nouvelle Alliance.
Il est plutôt facile d’aimer qui nous aime, moins évident déjà d’aimer qui ne nous aime pas.
Quant à aimer nos ennemis, alors là !! Seigneur, qu’exiges-tu de nous ? C’est impensable !
Cet amour demande le dépassement de nous-mêmes, l’abandon de nos certitudes, de notre bon droit. Il va jusqu’à la miséricorde, l’humilité du pardon proposé, donné et échangé.
Là est donc le bonheur, un amour qui nous apprend à être vrais et à vivre plus authentiquement.
Seigneur, quelle n’est pas ton ambition pour nous !
Tu oses nous appeler à Ta perfection, à la vie en Toi.
Tu mets en nous toute ta confiance.
Merci, Seigneur !

« Vous donc, soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait. » Mt 5.48


VENDREDI 2 MARS 2012, 9ème jour de carême

« Mon âme attend le Seigneur,
plus qu’un veilleur n’attends l’aurore… » Ps 129

De quoi sont faites nos attentes ?
Nombreuses et variées sont nos attentes humaines.
Pour chacun de nous, aujourd’hui, ce peut être le retour d’un enfant, un résultat d’examen, une relation plus fraternelle ; une guérison, l’aboutissement d’un projet, un travail, une visite, un sourire, un je t’aime, un pardon…
Et nos attentes spirituelles, quelles sont-elles ?
- Donner une orientation à nos vies, combler nos manques, dépasser nos insatisfactions ; guetter l’aurore d’un nouveau jour, la lumière du jour comme une délivrance après les ténèbres de la nuit.
- Trouver ce qui nous est essentiel pour vivre selon la liberté des enfants de Dieu qui nous est proposée.
- Creuser en nous cette attente de Dieu pour L’accueillir dans nos vies ; être vigilants et demeurer disponibles à l’imprévu de Dieu.
En Jésus-Christ, Dieu fait homme, venu à notre rencontre au fil des évènements de nos vies, toutes nos attentes prennent sens.
Faisons que nos vies soient ajustées à son message d’amour et de pardon.
Ne laissons passer ni le moment du pardon ni celui de l’Amour de Dieu.

« Va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande. Accorde-toi vite avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui… »
Mt 5, 24-25


JEUDI 1 MARS 2012, 8ème jour de carême

« Mets sur mes lèvres un langage harmonieux… » Est 4, 17s

Trouver les mots justes.
Nous savons combien il est difficile parfois de s’exprimer.
Autour de nous, les situations difficiles à vivre sont bien souvent issues d’incommunicabilités, d’incompréhensions qui s’installent.
Comment rétablir le dialogue quand la confiance n’y est plus, quand un amour est trahi ?
Comment faire jaillir les mots qui aiment et ceux qui ne blessent pas,
les mots qui aident et ceux qui n’asservissent pas,
les mots qui grandissent et ceux qui n’idolâtrent pas ?
Seigneur, mets-nous à l’écoute des personnes qui attendent ces mots.
Rends-nous accueillants à ce qu’elles nous disent.
Ta Parole est source de toute parole et de tout amour.
Que le souffle de ton Esprit nous inspire.
Permets que ton Amour habite nos paroles,
fais que nos silences, eux-mêmes, soient emplis de ton Amour.

« Je te chante en présence des anges,
vers ton temple sacré, je me prosterne. » Ps 137


MERCREDI 29 FÉVRIER 2012, 7ème jour de carême

« Lève-toi, va à Ninive, proclame le message … » Jon 3, 2

Entendre l’appel à la conversion.
Se tourner vers Toi, se lever et prendre la route… Se déplacer…
Et si ce déplacement bousculait nos habitudes ?
Et si ce déplacement suscitait l’inattendu dans ce qui nous paraissait tout tracé ?
Et si ce déplacement révélait en nous l’inaccompli qui somnolait ?
Que nous réserve ce chemin à ta suite ?
Oserons-nous continuer, franchirons-nous les obstacles, repartirons-nous ?
Seigneur, Tu nous l’as souvent dit,
C’est Toi qui nous as choisis le premier.
Alors, sois notre inlassable compagnon de route,
Donne-nous la joie d’une vie renouvelée en Toi
Et permets que nous devenions tes messagers.

« Dieu, crée pour moi un cœur pur ;
Enracine en moi un esprit tout neuf ». Ps 51(50), 12


MARDI 28 FÉVRIER 2012, 6ème jour de carême

« Je cherche le Seigneur, il me répond »… Ps 33, 5

Me voici à la croisée des chemins.
Dans quelle direction aller ? Où Te trouver ?
Dans l’action, dans les rencontres, dans les idées, dans l’agitation de la vie ?
Quel Dieu que mon Dieu !
Tu me sembles lointain et Te voilà, tout proche, Père attentif !
Je peux Te parler, comme Ton fils l’a enseigné.
Ces mots, appris dans l’enfance, me mettent en Ta présence.
Je me tiens près de Toi pour me faire proche des autres et pouvoir dire en toute fraternité :
“Notre Père, fais-toi connaître, rends-moi accueillant à ta volonté,
Permets que je pardonne et maintiens-moi dans la confiance.”

« Votre Père sait de quoi vous avez besoin. » Mt 6, 8


LUNDI 27 FÉVRIER 2012, 5ème jour de carême.

« Quand sommes-nous venus jusqu’à Toi ? » Mt 25,39

Tu nous conduis sur Tes chemins.

Là, Tu nous appelles à vivre la sainteté comme Toi tu es saint. (Lv 19, 2)
Là, Tu nous invites à vivre l’alliance d’amour avec Toi, notre prochain et nous-mêmes.
Que cet amour de l’autre nous mène jusqu’à l’intimité avec Toi, le Tout-Autre.
Tu es venu, en notre humanité, Te faire proche de tous.
Rends-nous attentifs à Te reconnaître chez ceux que nous côtoyons.
Fais que nous soyons des signes de Ton amour dans la simplicité de nos vies.
Permets-nous de vivre Ton amour dans la rencontre fraternelle.

« Accueille les paroles de ma bouche, le murmure de mon cœur ;
Qu’ils parviennent jusqu’à toi, Seigneur mon roc, mon défenseur. » Ps 18,15


DIMANCHE 26 FÉVRIER 2012, 1er dimanche de carême.

    Seigneur, tu t’es retiré au désert
    pour discerner les chemins qui s’offraient à toi.
    Et tu as choisi de vivre non comme un dieu,
    débarrassé des fragilités humaines,
    mais comme un homme, au milieu des hommes.
      Nous aussi, parfois, nous nous retrouvons au désert.
      Tout nous semble si dur, si aride :
      autour de nous, et en nous.
      Alors mes projets humains me semblent dérisoires
      et mes certitudes d’hier me filent entre les doigts comme du sable.
    Seigneur, quand tu es passé par le désert,
    tu y as tracé des chemins combien risqués.
    Ces chemins t’ont mené à la Croix
    mais ils nous ouvrent
    à l’Espérance, à la Liberté, à l’Amour.
      Au coeur de nos déserts, faits de nos fragilités et de nos doutes,
      tu nous invites, Seigneur,
      à cheminer et à lutter avec les autres hommes
      et à ouvrir des brèches
      sur cette Espérance que tu nous proposes.

SAMEDI 25 FÉVRIER 2012, 4ème jour de carême.

Montre-nous, Seigneur,
la route qui mène vers toi. (Ps 85)

      « Jésus remarqua un publicain (collecteur d’impôts) du nom de Lévi assis à son bureau de publicain. Il lui dit : « Suis-moi. » Abandonnant tout, l’homme se leva et se mit à le suivre.
      Lévi lui offrit un grand festin dans sa maison ; il y avait une grande foule de publicains et d’autres gens attablés avec eux. » (Lc 5, 27-29)


    Lévi, le collecteur d’impôt, abandonne tout pour suivre Jésus mais il lui offre un grand festin et tout le monde est invité.
    Tout quitter débouche sur la fête, le partage, la convivialité avec Jésus et ses disciples et même avec les publicains.
    En ce temps de Carême, que puis-je quitter pour mieux suivre Jésus ?
    En ce temps ce Carême, que puis-je abandonner pour mieux m’insérer dans le festin de la convivialité fraternelle ?


VENDREDI 24 FÉVRIER 2012, 3ème jour de carême.

Il y a un temps pour jeûner (Mt 9, 14-15)

Devant nous, 40 jours …

40 jours de temps exceptionnel de grâce qui ouvrent sur une histoire sainte.
40 jours pour confesser au monde que Dieu a fait irruption dans notre histoire ; que notre histoire humaine est marquée par des événements et des interventions de Dieu dans nos vies.
40 jours qui " une fois pour toutes " nous amènent vers la réalisation de " la plénitude des temps ".

Plus encore, …
40 jours pour confesser que Dieu "écrit" et "fait" de l’histoire de nos vies une histoire sainte.

    Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour,
    selon ta grande miséricorde, efface mon péché.
    Lave-moi tout entier de ma faute,
    purifie-moi de mon offense.
    Psaume 50

JEUDI 23 FÉVRIER 2012, 2ème jour de carême.

Prendre la croix chaque jour à la suite de Jésus (Lc 9, 22-25)

Un jour, un homme trouvant sa Croix trop lourde, voulut l’échanger contre une plus légère.
Dieu accepta, lui mettant à disposition toutes les Croix possibles.
L’homme posa la sienne, et alla en chercher une autre. Il dit : "Non, elle est beaucoup trop lourde pour moi".
Il la reposa, alla en chercher une seconde. "Trop large, je ne peux pas la porter !"
Puis une troisième ; "Trop longue, ça ne marchera pas".
Il en essaya plusieurs, puis en pris une autre ; "Celle là ! C’est celle qu’il me faut !"
Dieu le regarda, puis lui demanda s’il était sûr.
"C’est celle avec laquelle tu es arrivé..." lui fit-il remarquer.

Nous pensons souvent que notre Croix, nos difficultés sont trop dures pour nous. Mais Dieu ne permet jamais quelque chose que nous ne pouvons pas faire. Les autres aussi ont leurs difficultés, tout le monde ! Il faut les accepter, et s’en servir pour grandir

« Celui qui veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même,
qu’il prenne sa croix chaque jour, et qu’il me suive. » (Lc 9, 22-25)


MERCREDI 22 FÉVRIER 2012, Mercredi des cendres.

Dieu qui nous fais vivre, Dieu notre espérance, montre-nous les chemins de la vie.

En ce premier jour de carême, Seigneur, tu nous invites à revenir à toi. Nous t’en prions, aide-nous à témoigner fidèlement de ta présence dans notre monde.

Pendant ce carême, beaucoup, sans la notion de carême et sans même te connaître quelquefois, vont partager, vont se priver, vont se sacrifier pour les autres. Tu vois ce qu’ils font en secret et tu leur revaudras.

Pendant ce carême, beaucoup d’enfants, de jeunes, d’adultes de tous âges, vont cheminer vers le baptême.
Pour nous Chrétiens, ce temps de carême est un défi et une grâce.
Seigneur, fais-nous entrer dans ce temps privilégié avec joie, courage, et confiance.

Donne-nous, Seigneur, un cœur nouveau, mets en nous, Seigneur, un esprit nouveau.


Forum
Répondre à cet article


puceArchives puceEspace rédacteurs puce



2008-2017 © Paroisse Ste Marie en Plaine et Marais - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.59