Paroisse Ste Marie en Plaine et Marais
Slogan du site

Pour commencer, choisir une rubrique

Carême 2014 "Entrer par la porte étroite... qui mène à la Vie"
Article mis en ligne le 20 avril 2014
dernière modification le 29 mars 2017

par BFCM
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Une prière pour chaque jour de Carême

"Entrer par la porte étroite...qui mène à la Vie"
40 jours qui nous mènent à la Vie et à la Joie du Ressuscité.
Porte fermée à ouvrir... Porte ouverte à franchir...

C’EST LE TEMPS PASCAL...

"N’ayez pas peur !
Ouvrez, ouvrez toutes grandes
les portes au Christ !" (Bx Jean-Paul II)


Alléluia, alléluia !
Un nouveau matin se lève,
Premier jour de la semaine,
Regardez ma joie briller,
C’est Jésus qui se relève.

Tombeau vide et plus de gardes,
Seuls les anges me regardent,
Entonnez de nouveaux chants,
C’est Jésus qui nous fait vivre.

Le jardin est clair et calme,
Le Seigneur est là qui parle,
J’ai cru voir le jardinier,
C’est Jésus qui est LUMIÈRE.

Il m’envoie vers vous, mes frères,
Lui déjà il nous précède,
Écoutez, mes compagnons,
C’est Jésus qui nous appelle.

(Hymne du lundi de Pâques)

Seigneur, montre-nous où est notre Galilée !
Que nous puissions t’y retrouver avec nos frères,
Toi le Vivant ressuscité, alléluia !


DIMANCHE 20 AVRIL 2014, dimanche de Pâques

Je suis la porte des brebis.
Si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé.











… Après cela, Jésus (ressuscité) se manifesta de nouveau aux disciples
sur les bords du lac de la mer de Tibériade….
Jésus leur dit : « Venez déjeuner. »
Mais aucun des disciples n’osait lui poser la question : « Qui es-tu ? »,
mais ils savaient bien que c’était le Seigneur.
Alors Jésus vient ;
il prend le pain et le leur donne ;
il fit de même avec le poisson.
Ce fut la troisième fois
que Jésus se manifesta à ses disciples
depuis qu’il s’était relevé d’entre les morts.

Selon St Jean au chapitre 21, 12-14




La pêche miraculeuse (détail).
Tableau d’Henry Simon
(église de St Hilaire de Riez)





SAMEDI 19 AVRIL 2014, Samedi Saint, 40e jour de Carême

"Tout est accompli". (Jn. 19, 30)
"Puis l’on roula la pierre à l’entrée du tombeau…" (Mt. 27, 60)


Samedi saint tout est …Silence…Solitude… la mort nous enferme, nous isole. Recueillons-nous, éloignons-nous de ce monde tumultueux ;
Prenons du temps pour écouter ce silence, pour y entendre la voix de DIEU.
Dieu nous parle au cœur du silence, il nous dit :
Le Seigneur vit !

Plus de larmes, plus de plaintes, plus de peurs !
Ni la mort, ni le sépulcre, de lui n’ont été vainqueurs !
Il n’est pas entre les morts, celui qui pour toujours vivra !
Jésus vit, et la nouvelle par le monde s’en ira !
(hymne pascal)

Toutes grandes vont s’ouvrir les portes du tombeau,
la lumière va jaillir des ténèbres et nous pourrons annoncer :

« Le Christ est ressuscité, il a vaincu la mort. »


VENDREDI 18 AVRIL 2014, Vendredi Saint, 39e jour de Carême
(Is 52, 13 à 53, 12 ; Ps 30 ; He 4, 14-16 et 5, 7-9 ; Jn 18, 1 à 19, 42)

"Le Christ s’est fait pour nous obéissant jusqu’à la mort, et la mort sur la croix." (Ph.2,8) "Celui qui veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix chaque jour et me suive." (Lc 9,23).


Comprenons-nous quelle croix nous devons porter ?
Bien difficile d’accepter, pourquoi se donner du mal, voire s’imposer de la souffrance.
Non, la croix du Christ ne nous demande pas de changer catégoriquement de vie mais d’ouvrir notre porte afin d’aider à porter une croix, de conduire autrement notre vie à la lumière du Christ envers nos frères.
N’ayons pas peur, acceptons cette croix que l’on dit folie, choisissons cette croix qui peut devenir sagesse et désirons cette croix Victorieuse.
Puisque notre vie humaine n’est qu’un long pèlerinage sur la terre, transformons dès aujourd’hui cette croix, en arbre de vie pour la gloire de Dieu et le salut éternel.

Ô Croix notre unique espérance !


JEUDI 17 AVRIL 2014, Jeudi Saint, 38e jour de Carême
(Ex 12, 1-8.11-14 ; Ps 115 ; 1 Co 11, 23-26 ; Jn 13, 1-15)

"Je vous donne un commandement nouveau : Vous aimer les uns les autres ; Comme je vous ai aimés, aimez-vous les uns les autres." (Jn 13, 34)


Oh, combien il est difficile d’aimer sans distinction… !
En ce jour de jeudi saint, c’est l’Amour du Christ qui nous rassemble autour du repas pour partager le pain et le vin, corps et sang du Seigneur livré pour nous.
Il leur dit : « faites cela en mémoire de moi  », aujourd’hui encore, à chaque Eucharistie nous continuons de faire mémoire,… « nous célébrons le mystère de la Foi  ».
Puis se retirant au jardin des oliviers, il nous invite à veiller et prier avec lui dans la longue nuit de la solitude.
Jésus passa la porte du domaine de Gethsémani et là il commença à ressentir la tristesse et l’angoisse : « Mon âme est triste à en mourir » (Mt 26, 32), il s’éloigna d’eux, il priait en disant : « Père, que ce ne soit pas ma volonté, mais la tienne qui se fasse  ». (Lc 22, 42).

Mon Père, je m’abandonne à toi.
Fais de moi ce qu’il te plaira.
Quoique tu fasses de moi, je te remercie.
Je suis prêt à tout. J’accepte tout.
Pourvu que ta volonté se fasse en moi, en toutes tes créatures.
Je ne désire rien d’autre, mon Dieu.
(Ch de Foucauld.)


MERCREDI 16 AVRIL 2014, Mercredi Saint, 37e jour de Carême
(Is 50, 4-9a ; Ps 68 ;Mt 26, 14-25)

« DIEU MON SEIGNEUR m’a donné le langage d’un homme qui se laisse instruire pour que je sache à mon tour réconforter celui qui n’en peut plus » (Isaïe 50, 4)

Seigneur, tu m’appelles à rester à côté de celui qui souffre. C’est un frère, un fils, un collègue, un voisin, un père … Il suffit juste de regarder tout à côté. Cela paraît tellement simple.
Et pourtant, je le sais bien : il y a aussi un peu de l’attitude de Judas dans le quotidien de ma vie.

Aide-moi Seigneur à regarder, celui que je vais côtoyer aujourd’hui, d’un regard de bienveillance, d’un regard de confiance, d’un regard d’amour comme tu sais le faire.

Que ce rai de lumière à la tombée du jour m’éclaire.

« Mais je louerai le nom de Dieu par un cantique,
je vais le magnifier, lui rendre grâce.
“Vie et joie à vous qui cherchez Dieu !” »
(Ps 68, 31. 33)


MARDI 15 AVRIL 2014, Mardi Saint, 36e jour de Carême
(Is 49, 1-6 ; Ps 70 ; Jn 13, 21-33.36-38)

« Amen, amen, je vous le dis : l’un de vous me livrera. » (Jn 13,21)


Jésus, tu vas être trahi, abandonné par les tiens, livré par Judas, renié par Pierre ;
Et nous ?
Seigneur, tu le sais bien, nous ne valons pas mieux que Judas, Pierre et les autres !...
Seigneur, donne-nous d’imiter ta fidélité et ton obéissance de Fils du Père.

« Je suis encore avec vous, mais pour peu de temps, et vous me chercherez. » (Jn 13,33)
Te chercher ?
Seigneur, bien souvent, nous te cherchons où tu n’es pas, nous nous épuisons dans les ténèbres et quelque fois même nous nous y complaisons.
Seigneur, Toi la Lumière des nations, fais-nous entrevoir la Lumière de ton Amour qui sauve et déverrouille nos portes.
Seigneur, en ces jours Saints, fais que, sortant de nos « cénacles », nous soyons porteurs et témoins de cette Lumière auprès de nos frères ; en vérité, toujours soucieux d’ajuster actes et paroles.

Seigneur,
« Sois le rocher qui m’accueille,
toujours accessible ;
Tu as résolu de me sauver :
Ma forteresse et mon roc, c’est toi ! »
(Ps 70. 3)


LUNDI 14 AVRIL 2014, Lundi Saint, 35e jour de Carême
(Is 42, 1-7 ; Ps 26 ; Jn 12, 1-11)

« …tu ouvriras les yeux des aveugles, tu feras sortir les captifs de leur prison et de leur cachot ceux qui habitent les ténèbres. » (Is. 42, 7)


La « Porte du Non-retour »…
Des hommes vendus par les leurs, achetés comme du bétail, déchus de leur humanité sont partis pour ne jamais revenir,
Seigneur, quelle était leur espérance ?
Et nous, héritiers de l’ancienne alliance, qui avons reçu l’annonce de ton Salut, à la suite de tous ceux qui nous ont précédés dans la foi chrétienne, petits ou grands témoins de ton Amour,
Seigneur, quelle est notre espérance ?

«  Voici les jours où nous célébrons déjà sa victoire sur le mal et le mystère de notre délivrance. » (2ème préface de la Passion)
Nous t’avons accueilli et fêté aux portes de Jérusalem.
Nous allons te suivre pas à pas durant cette semaine Sainte.
Dans nos églises où nous sommes conviés à vivre ton dernier repas,
ta passion et ta mort,
Seigneur, fais-nous entrevoir, chaque jour de cette semaine,
un peu de la lumière du matin de Pâques, Toi le Vivant, le Ressuscité.
Oui, Seigneur, là est notre espérance.

« Le Seigneur est ma lumière et mon salut, de qui aurai-je crainte ?...
Espère le Seigneur, sois fort et prends courage, espère le Seigneur »
(Ps. 26.1.14)


DIMANCHE 13 AVRIL 2014, dimanche des Rameaux et de la Passion
(Mt 21.1-11 ; Is 50.4-7 ; Ps 21 ; Ph 2. 6-11 ; Mt 26. 14-27. 66)

Jésus, tu franchis la porte de Jérusalem,

Tu passes le seuil.
Tu entres dans la ville sainte.
Tu entres dans le sanctuaire, le lieu de ton sacrifice
et de ta résurrection.
La foule t’a acclamé : Béni le Règne qui vient, celui de notre père David.
Ils ne savaient pas ce qu’ils disaient.
Oui tu étais bien le nouveau Roi David.
Mais un roi couronné d’épines.
Parfois moi aussi j’ai de la peine à t’accueillir comme tel.
Donne-moi le courage de franchir la porte de Jérusalem,
d’en passer le seuil.
De renouveler avec Toi dans le quotidien,
ce passage par la mort, ce passage de la mort à la Vie.


SAMEDI 12 AVRIL 2014, 34 e jour de Carême
(Ez 37. 21-28 ; Jr 31. 10.11-12ab.13 ;Jn 11. 45-57)

« …Jésus allait mourir non seulement pour la nation mais afin de rassembler dans l’unité les enfants de Dieu dispersés. » (Jn 11. 45-57)


Jésus dérange les chefs des prêtres, les pharisiens à cause de la résurrection de Lazare mais aussi parce qu’Il remet en cause toute leur organisation.
L’égoïsme aveugle nos cœurs. N’est-ce pas vrai aussi dans ma vie ? Je suis parfois tellement tourné vers mes principes, mes affaires, mes projets et mes problèmes que j’oublie celui qui est près de moi, je suis indifférent à ce qui se passe autour de moi. Je n’arrive même plus à voir ce qui est beau chez l’Autre et dans la nature.
Croire en Sa présence, respecter l’Autre, l’aimer, le servir, vivre avec humilité dans une profonde confiance en Dieu malgré les hauts et les bas de la vie.
« … Ils seront mon Peuple et je serai leur Dieu. Alliance de Paix, alliance éternelle. » (Ez 37. 21-28)
Et en Église, est-ce que je vais vers celui qui semble plus solitaire, ou en souffrance ou étranger à notre Paroisse ? Est-ce que je rends visite aux personnes isolées, désespérées ?
Est-ce que j’ai le souci de faire vivre notre Église en me proposant dans différentes activités ? Apprends-moi Seigneur, ce don gratuit. Guide-moi pour progresser.
Que la semaine sainte soit pour moi comme un nouveau départ, comme lorsque je ferme la porte pour partir en vacances. Que je laisse derrière moi tout ce qui m’encombre pour découvrir un peu mieux l’amour dont tu m’as aimé.
Qu’en te voyant sur la croix, je me rende compte de ta douleur quand je m’éloigne de Toi.

Aide-moi à faire connaître cet amour qui donne sens à la vie de chaque homme.


VENDREDI 11 AVRIL 2014, 33e jour de Carême
(Jr 20.10-13 ; Ps 17 ; Jn 10. 31-42)

« …Croyez les œuvres, ainsi vous reconnaitrez et de plus en plus que le Père est en moi et moi dans le Père… » (Jn 10. 38)


Jésus vient enseigner une nouvelle loi par les œuvres qu’Il fait : celle de l’Amour, du don gratuit, de la fidélité à la volonté du Père riche en miséricorde.
La loi de Jésus est celle qui lui permet d’être uni avec le Père, notre Père.
Je suis invité, moi aussi, à cette nouvelle loi : à être Uni à notre Père.
Je suis invité à choisir ma véritable identité de baptisé.
Nos actes parlent de qui nous sommes : mes actes sont-ils le reflet de mon identité de baptisé ?
Être baptisé implique un acte de foi (une foi avant tout don de Dieu), mais aussi des décisions personnelles.
Ai-je posé des actes concrets, pris des engagements, fait des choix pour vivre en cohérence avec ce don reçu ?
« … le Seigneur Dieu est avec moi…Toi qui scrutes, l’homme juste, Toi qui vois les reins et les cœurs, c’est à Toi que j’ai remis ma cause. » (Jr 20, 11,12)
Qui est Jésus pour moi ? Vers quelle unité Dieu, notre Père, nous invite ?
Merci Seigneur pour ton Amour toujours fidèle, pour le don de ta vie par amour pour nous.
Envoie sur moi le souffle imprévisible de ton Esprit, pour qu’il m’ouvre les portes des grands espaces et des horizons plus larges en m’éclairant lors des décisions importantes de ma vie, en chassant mes craintes devant des engagements à prendre.

« .. Il m’a libéré car Il m’aime, Il entend ma voix.. » (Ps 17. 20 )


JEUDI 10 AVRIL 2014, 32e jour de Carême
(Gn 17. 3-9 ; Ps 104 ; Jn 8. 51-59)

« Si quelqu’un garde ma Parole, il ne connaîtra jamais la mort… » (Jn 8. 52)


Garder la Parole de Dieu c’est, tout au fond de mon cœur, l’accueillir, la porter en moi pour que cette Parole prenne tout son sens dans ma vie et qu’elle puisse s’accomplir c’est-à-dire modifier mon comportement, ma façon de vivre.
Dans la relation à laquelle Dieu m’invite tous les jours, est-ce que j’ai la volonté d’y être fidèle ? Par exemple, fixer un temps dans la journée pour lire l’évangile du jour et me mettre vraiment à son écoute ?
Pendant ce temps de carême, je pourrais me mettre dans la même disposition que les disciples d’Emmaüs :
« …ils se dirent l’un à l’autre : notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’Il nous parlait sur la route et nous ouvrait les écritures.  » (Lc 24. 32)
Est-ce que je prends soin de la Parole accueillie ? Comment, Seigneur, je T’écoute ?
Dans le calme, avec attention, en prenant le temps de Te prier ? Ou avec désinvolture, toujours vite et seulement quelquefois ?
Ta Parole germe-t-elle en moi, pour bâtir avec soin une bonne relation avec l’Autre ? Ai-je le souci de construire une véritable fraternité : de considérer celui qui est à côté de moi avec bienveillance ? Ai-je vraiment conscience que lui aussi a un cœur, une âme que l’on doit respecter ?

Comme tout doucement, j’ouvre la porte de la chambre pour me pencher vers l’enfant endormi,
Ouvre, Seigneur, mon cœur pour que je puisse Te lire, T’écouter et m’émerveiller de la richesse de ta Parole.


MERCREDI 9 AVRIL 2014, 31e jour de Carême
(Dn 3. 14-20.91-92.95 ; Ps Dn 3 ; Jn 8. 31-42)

"Bénis sois-tu, Dieu notre père, A toi, louange et gloire éternellement" (Ps Dn 3.52)


Soyons fidèle à ta parole,
Alors nous connaitrons la vérité et la vérité nous rendra meilleurs.

Soyons fidèle à ta lumière,
Alors nous sortirons des ténèbres et notre liberté sera plus sûre.

Soyons fidèle à ton amour,
Alors notre cœur battra plus fort et notre amour sera plus accessible.

Soyons fidèle à ton espoir,
Alors notre âme sera apaisée et notre foi sera plus grande.


MARDI 8 AVRIL 2014, 30e jour de Carême
(Nb 21. 4b-9 ; Ps 101 ; Jn 8. 21-30)

"Seigneur, entends nos prières" (Ps 101. 1)


Seigneur,

Par nos prières, éclaire nos nuits et nos jours,

Par nos prières, pardonne-nous nos péchés,

Par nos prières, aide-nous à être meilleurs,

Par nos prières, montre-nous le chemin,

Seigneur, entends nos prières ! Qu’elles parviennent jusqu’à toi …


LUNDI 7 AVRIL 2014, 29e jour de Carême
(Dn 13.1-9.15-17.19-30.33-62 ; Ps 22 ; Jn 8. 1-11)

"Le Seigneur est mon berger : je ne manque de rien" (Ps 22. 1)


Ne craignons pas de nous égarer,
Car le Seigneur nous guide et nous rassure.

Ne craignons pas de nous blesser,
Car le Seigneur nous soigne et nous réconforte.

Ne craignons pas la tristesse,
Car le Seigneur nous accompagne tous les jours de notre vie.


DIMANCHE 6 AVRIL 2014, 5e dimanche de Carême
(Ez 37. 12-14 ; Ps 129 ; Rm 8. 8-11 ; Jn 11. 1-45)


Avec la réanimation de Lazare, une porte s’entrouvre sur la résurrection du Christ et notre propre résurrection.
A la suite du “Je crois” de Marthe, prions la prière d’abandon du Père de Foucauld.

Je m’abandonne à Toi
Mon Père,
je m’abandonne à Toi,
fais de moi ce qu’il te plaira.
Quoi que tu fasses de moi,
je te remercie.
Je suis prêt à tout,
j’accepte tout.

Pourvu que ta volonté
se fasse en moi,
en toutes tes créatures,
je ne désire rien d’autre,
mon Dieu.

Je remets mon âme
entre tes mains.
Je te la donne,
mon Dieu,
avec tout l’amour de mon cœur,
parce que je t’aime
et que ce m’est un besoin d’amour
de me donner,
de me remettre entre tes mains,
sans mesure,
avec une infinie confiance,
car tu es mon Père.

(Frère Charles de Jésus, Père de Foucauld)


SAMEDI 5 AVRIL 2014, 28e jour de Carême
(Jr 11.18-20 ; Ps 7 ; Jn 7.40-53)

"C’est ainsi que la foule se divisa à son sujet" (Jn 7.43)
"Jamais un homme n’a parlé comme cet homme". (Jn 7.46)


Ne sommes-nous pas nous aussi envahis par le doute ? Ne sommes-nous pas souvent divisés au sujet de notre religion ?
Aujourd’hui, encore, les gens s’opposent parfois violemment au sujet de Jésus-Christ. Néanmoins, à chaque époque les chrétiens proclament que Jésus est Christ, sauveur du monde.
Seigneur, personne n’a jamais parlé comme Toi.
Tu nous as donné ta Parole par les Évangiles. Je me rends compte que j’ai besoin d’un contact beaucoup plus fréquent avec ta Parole afin de me libérer de mes aveuglements.
Que cette parole soit un outil pour m’aider à aller vers les autres.
Seigneur Jésus, donne-moi la force d’être toujours fidèle à Toi et à ton Église.

"Dieu juge avec justice, Je chanterai le nom du Seigneur, le Très-Haut" (Ps 7.18)


VENDREDI 4 AVRIL 2014, 27e jour de Carême
(Sg 2. 1a.12-22 ; Ps 33 ; Jn 7. 2.10.14.25-30)

" N’est-ce pas lui qu’on cherche à faire mourir ?" (Jn 7. 25)


Aujourd’hui, beaucoup de questions autour de la personne de Jésus
"Mais lui, nous savons d’où il est. Or lorsque le Messie viendra, personne ne saura d’où il est " (Jn 7. 27)
Jésus qui enseignait dans le Temple, n’était pas toujours bien compris, mais malgré tout, certains reconnaissaient en lui le Messie attendu.
Comment est-ce que Jésus se révèle à moi ? Contrairement à son entourage, Jésus se rend à Jérusalem "pas ostensiblement, mais en secret" (Jn 7. 10). Certains auraient voulu qu’il se montre plus. Souvent nous demandons la même chose au Christ. Nous nous disons : "si seulement il faisait davantage sentir sa présence dans ma vie, alors les choses seraient différentes". Comme les apôtres nous nous plaignons...

Apprends-nous à te regarder et à mieux te comprendre dans ce temps de Carême. Ouvre-moi, Seigneur, la porte de ton cœur.
Donne-moi de t’aimer chaque jour davantage, toi ma force et mon appui, mon refuge.

"Le Seigneur rachètera ses serviteurs : pas de châtiment pour qui trouve en lui son refuge" (Ps 33. 23)


JEUDI 3 AVRIL 2014, 26e jour de Carême
(Ex 32. 7-14 ; Ps 105 ; Jn 5. 31-47)

Souviens-toi de moi Seigneur, dans ta bienveillance pour ton peuple. Avec nos pères, nous avons péché, nous avons failli. (Ps. 105)


Donne-nous, Seigneur la force de croire en toi, nous sommes tellement attirés par d’autres propositions. Comme Jésus le disait aux Juifs, " Il y a quelqu’un d’autre qui me rend témoignage, et je sais que le témoignage qu’il rend est vrai, c’est de Jean-Baptiste qu’il s’agit, il a rendu témoignage à la vérité". (Jn 5. 32-33)
Donne-nous de voir encore aujourd’hui des témoins comme Jean-Baptiste, ou bien donne-moi le pouvoir de devenir ce témoin, avec ton aide, sinon je ne suis rien.
Tire-moi de mon égoïsme et de mon confort, pour faire de moi le témoin de ton amour.
Augmente en moi la foi, l’espérance et la charité.

"Je frappe, ouvrez-moi votre porte, enseignez-moi comment on parvient jusqu’à vous". (St Augustin)


MERCREDI 2 AVRIL 2014, 25e jour de Carême
(Is 49. 8-15 ; Ps 144 ; Jn 5. 17-30)

« En vérité, en vérité, je vous le dis : le Fils ne peut rien faire de lui-même, il fait seulement ce qu’il voit faire au Père ; ce que fait celui-ci, le Fils le fait pareillement. Car le père aime le Fils et lui montre tout ce qu’il fait » (Jn 5.19-20)


Sommes-nous conscients que Dieu est à l’œuvre aujourd’hui ; comme hier, Jésus dit qu’Il ne peut rien faire de lui-même. Posons-nous la question : est-ce que nous ne pensons pas pouvoir faire par nous-mêmes ?
Laissons-nous pénétrer par l’Amour de Dieu ; par les paroles et les actes de Jésus, par la force de l’Esprit-Saint. Reconnaissons humblement que nous sommes choisis par Dieu pour faire sa volonté.

« Le Seigneur est vrai en tout ce qu’il dit, fidèle en tout ce qu’il fait. Le Seigneur soutient tous ceux qui tombent, il redresse tous les accablés » (Ps 144. 13-14)


MARDI 1er AVRIL 2014, 24e jour de Carême
(Ez 47.1-9.12 ; Ps 45 ; Jn 5. 1-16)

« Cette eau, assainit tout ce qu’elle pénètre, et la vie apparait en tout lieu où arrive le torrent » (Ez 47.1-9)


Ézéchiel dans sa vision, voit un homme qui le guide de porte en porte du sanctuaire vers l’extérieur, l’eau coule, devient fleuve et en ses rives, des arbres poussent.
Pour nous aussi, que la porte de notre cœur soit ouverte pour nous laisser guider par le Seigneur, afin que par Lui nous soyons purifiés et que nos actes soient source de témoignage de notre foi en Dieu.
Saint Jean relate la guérison du paralytique, à la porte de la piscine, une foule de malades, mais Jésus regarde l’un d’eux et lui dit « Est- ce que tu veux retrouver la santé ? » ( Jn 5.6) « Lève-toi, prends ton brancard, et marche » (Jn 5.8)
Par nos fautes, ne sommes-nous pas comme le paralytique, notre cœur est-il plein de l’attente d’être sauvé par Dieu ?
Comme lui, soyons dans la joie de l’attention que nous porte le Seigneur.
Voyons-nous autour de nous les blessés de la vie ? Ils attendent peut-être : un geste, un sourire une oreille attentive.

Seigneur en ce jour, nous prenons conscience de notre indifférence envers ceux qui sont dans le besoin ; convertis-nous, ouvre nos yeux à la vie qui nous entoure.


LUNDI 31 MARS 2014, 23e jour de Carême
(Is 65. 17-21 ; Ps 29 ; Jn 4. 43-54)

« …Oui je vais créer un ciel nouveau et une terre nouvelle…. On plantera des vignes et on pourra en manger les fruits » (Is 65,17.21)


Seigneur, tu nous donnes de grands espoirs, sachons regarder les événements positifs dans notre vie, ils peuvent porter du fruit, en nous, autour de nous.
Notre joie, Seigneur, tes fruits sont : ta présence, ta parole, ton corps dans l’Eucharistie, ton peuple dans “l’Église”.
« Vous ne pourrez donc pas croire à moins d’avoir vu des signes et des prodiges » (Jn 4. 48) « L’homme crut à la parole que Jésus lui avait dite » (Jn 4. 50)
Et nous, croyons-nous sans voir ? Osons-nous demander à Jésus d’intervenir dans nos vies ? Sommes-nous prêts à laisser la porte de notre cœur s’ouvrir pour nous laisser guider par la confiance en Dieu, Dieu qui nous envoie des signes.
Seigneur, je crie vers toi, guéris-moi de mes faiblesses, de mon manque de foi en ton Amour.

« Je t’exalte, Seigneur : tu m’as relevé. Quand j’ai crié vers toi tu m’as guéri. » (Ps 29.2-3)


DIMANCHE 30 MARS 2014, 4e dimanche de Carême
(1 S 16. 1b.6-1.10-13a ; Ps 22 ; Ep 5. 8-14 ; Jn 9. 1-41)



OUVRE



Comme l’aveugle-né

Ouvre mes yeux, Seigneur, aux merveilles de ton amour.
Je suis l’aveugle sur le chemin, guéris-moi, je veux te voir.

Ouvre mes mains, Seigneur, qui se ferment pour tout garder.
Le pauvre a faim devant ma maison, apprends-moi à partager.

Fais que je marche, Seigneur, aussi dur que soit le chemin.
Je veux te suivre jusqu’à la croix, viens me prendre par la main.

Fais que j’entende, Seigneur, tous mes frères qui crient vers moi.
A leur souffrance et à leurs appels, que mon cœur ne soit pas sourd.

Garde ma foi, Seigneur, tant de voix proclament ta mort.

Quand vient le soir et le poids du jour, Ô Seigneur, reste avec moi !


SAMEDI 29 MARS 2014, 22e jour de Carême
(Os 6. 1-6 ; Ps 50 ; Lc 18, 9-14)

« Qui s’élève sera abaissé, qui s’abaisse sera élevé » (Luc 18, 14)


Dans cette parabole, en mettant en opposition le croyant soi-disant parfait, le pharisien et le pécheur, le publicain, Jésus nous met en présence de deux attitudes qui nous montrent combien nous avons besoin d’être sauvés par Dieu et par lui seul, qui que nous soyons pharisien ou publicain.
Le pharisien parce qu’il suit scrupuleusement les commandements de la Loi se veut au-dessus de tous les autres. Il est aveuglé par son orgueil.
Le publicain, quant à lui, est conscient de sa mauvaise conduite mais il manque de force pour essayer de sortir de la situation dans laquelle il s’est embourbé.

Seigneur, donne-nous force et courage pour lutter contre notre orgueil. Guide-nous sur le chemin de l’humilité.
Seigneur, aide-nous à faire nôtre la prière du publicain : « Mon Dieu, prends pitié du pécheur que je suis  ». (Lc 18,13)

Viens Esprit-Saint, donne-nous l’esprit de discernement.


VENDREDI 28 MARS 2014, 21e jour de Carême
(Os 14, 2-10 ; Ps 80 ; Mc 12, 28b-34)

« Il est l’Unique… l’aimer de tout son cœur… et aimer son prochain comme soi-même vaut mieux que toutes les offrandes et les sacrifices. » (Mc 12, 32-33)


A la question posée par le scribe, Jésus répond : il faut aimer Dieu et marcher à ma suite.
Aimer Dieu. Dieu nous a aimés le premier. Comment répondre à cet amour ? En faisant le choix de croire, de lui faire une entière confiance, de nous conformer à sa volonté et de le prier. L’amour appelle l’amour.
Seigneur, aide-nous à être toujours disponible pour répondre à son amour.
Marcher à ma suite : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie, personne ne va vers le Père sans passer par moi.  » (Jn 14, 6)
Seigneur, aide-moi à être attentif à l’écoute de ta Parole. Jésus a passé sa vie en faisant le bien car aimer c’est aussi agir ; pour nous, c’est vivre dans ce monde d’aujourd’hui, avec les hommes d’aujourd’hui.
Seigneur, soutiens-nous dans notre désir de nous engager pour la fraternité et la justice.
Seigneur, sois notre guide pour accueillir l’autre dans ses différences, pour échanger avec lui et nous enrichir mutuellement, pour comprendre que sa présence nous est nécessaire pour l’aimer comme un véritable frère.

Seigneur, Toi qui connais mes faiblesses, donne-moi la force d’avancer.


JEUDI 27 MARS 2014, 20e jour de Carême
(Jr 7, 23-28 ; Ps 94 ; Lc 11, 14-23)

« Aujourd’hui, ne fermons pas notre cœur, mais écoutons la voix du Seigneur ». Ps 94


Est-ce que je ne fais pas partie de ce peuple qui n’a pas écouté, qui n’a pas prêté l’oreille ? …
Les démons sont là, aussi, dans mon quotidien : la fatigue, l’incompréhension, le repli sur soi.

Seigneur, Seigneur, que ma prière grandisse chaque jour davantage ;
qu’elle m’apporte la force d’aller vers les autres : porte ouverte dans la confiance de l’amour que tu me portes, Seigneur, sans condition.


MERCREDI 26 MARS 2014, 19e jour de Carême
(Dt 4, 1.5-9 ; Ps 147 ; Mt 5, 17-19)

« Les commandements que Dieu m’a donnés pour vous, vous les garderez, vous les mettrez en pratique et vous vivrez... » (Dt 4, 1)


Moïse a reçu mission de conduire le peuple d’Israël : peuple choisi par Dieu pour être son peuple.
Jésus est le nouveau Moïse venu accomplir cette loi divine.
En Église, nous mettons nos pas dans les siens... N’est-il pas « le Chemin, la Vérité et la Vie... » (Jn 14, 6)
A ta suite, Seigneur Jésus, nous sommes ce peuple en marche.
Modèle nos esprits et nos cœurs pour que nous soyons des Vivants, débordants d’Amour et de Ta Joie...
Des Vivants qui ouvrent leur « Porte », la porte de leur cœur pour l’amitié et le partage...

« Pas un peuple qu’il ait ainsi traité, nul autre n’a connu ses volontés » (Ps 147, 20)


MARDI 25 MARS 2014, 18e jour de Carême, fête de l’ Annonciation
(Is 7, 10-14 et 8, 10 ; Ps 39 ; He 10, 4-10 ; Lc 1, 26-38)

« Le verbe s’est fait chair » (Jn 1, 14)


Mystère du destin d’Amour d’un Dieu pour nous.
Le Fils vient accomplir la Promesse... combler l’attente du Peuple élu,
« Il sera l’Emmanuel »
Marie connaît la Promesse
Le Messager Divin recueille sa réponse.
Par son FIAT, elle se livre tout entière à ce projet inouï de Dieu.
Le salut du monde est en marche.
Notre Dieu ne reprendra pas son Amour et sa Fidélité envers son peuple.
Seigneur Emmanuel,
Viens redire à tous les hommes de bonne volonté qu’ils sont en Toi, par Toi, avec Toi, les enfants bien-aimés du Père.

Sois béni pour celle que nous aimons appeler « PORTE du CIEL »....


LUNDI 24 MARS 2014, 17e jour de Carême
(2 R 5, 1-5a ; Ps 41-42 ; Lc 4, 24-30)

« Il n’y a pas d’autre Dieu sur toute la terre que celui d’Israël » (2 R 5,15a)


Naaman, le lépreux Syrien, découvre ce « Dieu vivant » qui assiste son Prophète.
La veuve de Sarepta accueille un étranger disciple de ce même Dieu...
Par l’intermédiaire d’Élisée, tous deux sont secourus, sauvés ...
Mais le rappel de la bienveillance du Dieu d’Israël provoque la colère des Nazaréens :
Comment l’un des leurs peut-il se dire prophète et tenir de tels propos ???

Seigneur,
Tu prodigues un même Amour à tous les hommes
Que ta PAROLE et ton pain deviennent LUMIÈRE et nourriture pour chacun de nous.
Que ton « ÉGLISE » soit une maison aux « PORTES » grandes ouvertes où, tous soient accueillis comme des Frères et où nous Te louons et nous Te bénissons ...

« Tu es notre Dieu et nous sommes ton peuple. »


DIMANCHE 23 MARS 2014, 3e dimanche de Carême
(Ex 17, 3-7 ; Ps 94 ; Rm 5, 1-2.5-8 ; Jn 4, 5-42)



Seigneur, tu as frappé à la porte de la Samaritaine.
Tu as frappé en étranger qu’elle ne connaissait pas.
Tu lui demandais simplement un peu d’eau pour étancher ta soif.
Et tu voulais en échange lui révéler sa propre soif
Tu pouvais combler en elle une soif qu’elle ne connaissait pas.
Seigneur, tu frappes à ma porte.
Tu frappes en étranger qui arrive à l’improviste.
Tu prends parfois le visage du proche, du voisin ou de l’ami importun.
Tu prends parfois le visage inconnu du passant, de l’anonyme.
Tu mendies un peu de temps, un peu d’attention.
Si j’accepte de donner, de perdre avec Toi, pour Toi
Tu me donnes en échange ton eau vive

Tu réveilles la Source où je suis baptisé avec Toi
Dans ta mort et ta résurrection.


SAMEDI 22 MARS 2014, 16e jour de Carême
(Mi 7, 14-15.18-20 ; Ps 102 ; Lc 15, 1-3.11-32)

" Comme il était encore loin, son père l’aperçut et fut saisi de pitié ;" (Lc 15, 20b)


Seigneur, comme le Père de l’enfant prodigue, tu te tiens à la porte et tu m’attends. Mon péché est cause de rupture dans ma relation d’amour avec Toi, il me fait perdre ma dignité d’homme.
Donne-moi l’humilité de me présenter à ta porte tel que je suis « sale, déguenillé, après avoir tout gaspillé », sans attendre d’avoir remis de l’ordre dans ma vie, sans attendre d’aimer vraiment mais parce que j’ai faim.
Donne-moi de croire en ta miséricorde, car non seulement tu pardonnes mais tu es saisi de compassion alors même que je suis responsable.

Père, c’est toi qui prends les devant. Tu ouvres la porte, tu viens à ma rencontre non pour me faire des reproches mais pour m’embrasser tendrement. Tu accueilles mes paroles « Père, j’ai péché… », elles sont signes de l’ouverture du cœur et tu me rends ma dignité de fils de Dieu.
Père, donne-moi à mon tour de tenir ma porte ouverte pour accueillir, donne-moi de ne pas me croire juste car je risque alors de me poser en justicier.
Père, je te rends grâce de ton amour inlassable. Tu viens à ma rencontre, tu ne me forces pas à franchir la porte mais discrètement tu m’y invites.
Père, tu ne te résignes pas devant le péché, tu ne te lasses pas de tenir la porte ouverte, tu attends que ton enfant revienne, franchisse la porte.

Père je te rends grâce de ta fidélité.


VENDREDI 21 MARS 2014, 15e jour de Carême
(Gn 37, 3-4.12-13a.17b-28 ; Ps 104 ; Mt 21, 33-43.45-46)

"Livré pour nous"
"Dieu a livré son Fils, son propre Fils" (Rm 8, 32)


Voilà ce qui monte en moi à la lecture de cette parabole chez Matthieu : Paul ajoute deux petits mots qui changent tout : « Pour Nous ». Tout est dit.
Nous pouvons longuement contempler cette page. Nous pouvons en faire un chemin d’union à Dieu. D’union totale transformante dirait Jean de la Croix.
Cette page est un appel à dépasser nos blessures profondes qu’aucune parole ne semble apaiser. Blessures qui conduisent à des glissements meurtriers à la manière
des frères de Joseph, des vignerons.
Apaiser des blessures, les reconnaitre pour éviter des comportements horribles, inexplicables, c’est notre chemin de carême.
Apaiser des blessures… Aide-moi à fermer la porte de la violence et à m’ouvrir à ton amour, Jésus, fils de Dieu.

Dieu notre Père, tu ne veux pas la mort du pécheur, mais qu’il vive. Par la résurrection de Jésus, tu nous invites à partager ton ciel, ta joie, à partager ta vie. Fais nous revenir à toi.


JEUDI 20 MARS 2014, 14e jour de Carême
(Jr 17, 5-10 ; Ps 1 ; Lc 16, 19-31)

Jésus s’est fait pauvre, lui qui était riche, pour qu’en sa pauvreté vous trouviez la richesse. (2 Co 8, 9)


« Il aurait bien voulu se rassasier de ce qui tombait de la table du riche… » (Lc 16, 21)
Quel regard, quelle attention est-ce que je porte à ceux qui m’entourent, souffrant en silence ?
Donne-moi, Jésus de te suivre toi qui t’es fait pauvre, donne-moi de laisser mes yeux ouverts, mon cœur ouvert, ma porte ouverte.
« Tu as reçu le bonheur pendant la vie » (Lc 16,25)
Pour qui, pour quoi est-ce que je vis ? Avec qui est-ce que je m’engage ? Où est ma richesse ?
Seigneur que la richesse et l’abondance qui côtoient la pauvreté et l’indigence ne me conduisent pas à me fermer à la compassion et au partage.
« S’ils n’écoutent pas la loi de Moïse » (Lc 16,31)
Quelle écoute, quelle attention est-ce que je porte à la Parole de chaque jour ?

L’évangile est un vrai projet de vie pour tous.
Donne moi, Seigneur de le vivre dès aujourd’hui sans attendre l’heure de la mort


MERCREDI 19 MARS 2014, 13e jour de Carême Sr Joseph
(2 S 7, 4-5a.12-14a.16 ; Ps 88 ; Rm 4, 13.16-18.22 ; Mt 1, 16.18-21.24a ou Lc 2, 41-51a)

L’ange du Seigneur lui apparut en songe et dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie ton épouse : l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit-Saint … Tu lui donneras le nom de Jésus, c’est-à-dire le Seigneur sauve » … Quand Joseph se réveilla, il fit ce que le Seigneur lui avait prescrit. (Mt 1,16.18-21, 24a)


Joseph était un homme juste, plein de délicatesse et de respect pour Marie. Il ne voulait pas la dénoncer publiquement bien qu’elle fût enceinte avant qu’ils aient habité ensemble. Il avait décidé de la répudier en secret.
Malgré l’incompréhension de ce que l’Ange lui a demandé, Joseph a mis sa confiance en Dieu et a accepté de prendre Marie chez lui et de devenir le père nourricier de Jésus.
Une nouvelle porte est à ouvrir, celle de la confiance.
Efforçons-nous de répondre oui aux appels de Dieu même si parfois ils nous déconcertent et nous dépassent.

Saint Joseph,
Dans tout ce qui pouvait t’arriver, tu faisais confiance à Dieu ...
Soutiens notre espérance !
Dans nos faiblesses, nos peines, nos doutes,
Aide-nous à croire à l’Amour toujours fidèle
Et à la miséricorde toujours accueillante de Dieu Notre Père. Amen


MARDI 18 MARS 2014, 12e jour de Carême
(Is 1, 10.16-20 ; Ps 49 ; Mt 23, 1-12)

« … Ils disent et ne font pas … … Qui s’élèvera sera abaissé, qui s’abaissera sera élevé » (Mathieu 23, 1-12)


Tout baptisé a pour mission d’annoncer l’Évangile. Mais l’annoncer ne suffit pas …Il ne suffit pas de dire ce que Jésus nous a appris, il faut aussi le mettre en pratique.
Ce que je vis est bien plus un témoignage pour ceux qui m’entourent, que ce que je dis. C’est à nos actes que nous sommes jugés. Comment pouvons-nous être crédibles si nos actes ne sont pas en cohérence avec nos paroles ?
« Qui s’abaissera sera élevé ... »
Est-ce que je mets ma vie au service du petit, du pauvre, sans esprit de supériorité, de domination ? Est-ce que j’accepte de ne pas toujours être en première ligne et d’accomplir des tâches plus discrètes, moins valorisantes ?
Ai-je conscience que je ne suis qu’un serviteur de Dieu dans sa relation avec les hommes ?
Est-ce que ma vie est un exemple d’amour pour Dieu et pour les hommes ?

Seigneur, pardonne ma faiblesse quand mes actes ne suivent pas mes paroles. Ouvre mon cœur à la parole de Jésus et dispose-moi à l’humilité et au service.


LUNDI 17 MARS 2014, 11e jour de Carême
(Dn 9, 4-10 ; Ps 78 ; Lc 6, 36-38)

« Pardonnez et vous serez pardonnés » (Luc 6, 37)


« Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés ». Combien de fois avons-nous repris cette demande du « Notre Père » ?
Parmi les portes à franchir pour atteindre la Vie, celle du pardon est parmi les plus difficiles tant elle est verrouillée ou encombrée par les haines, les rancunes, les jugements, les blessures.
« Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux  » (Luc 6, 36). Pour Dieu le pardon va de soi car il aime tous les hommes d’un amour absolu. Pour nous c’est beaucoup plus difficile car nous n’aimons pas assez.
Pardonner ne veut pas dire excuser ni oublier ; c’est ne pas réduire l’autre à sa faute. Ainsi, l’enfant prodigue a dilapidé la fortune de son père mais ce dernier n’a cessé de l’aimer et quand il revient, il lui ouvre tout grand ses bras.
Pardonner demande du temps, c’est un travail sur soi pour essayer de comprendre celui qui a offensé pour, peu à peu, l’aimer tel qu’il est, en recherchant ses richesses.

« Seigneur, fais de moi un instrument de paix !
Là où il y a de la haine, que je mette l’amour,
Là où il y a l’offense, que je mette le pardon …
O Seigneur, que je ne cherche pas tant à être aimé … qu’à aimer
Car
C’est en donnant … qu’on reçoit
C’est en pardonnant … qu’on est pardonné … »
( Saint François d’Assise)


DIMANCHE 16 MARS 2014, 2e dimanche de Carême
(Gn 12, 1-4a ; Ps 32 ; 2 Tm 1, 8b-10 ; Mt 17, 1-9)



Coquille St Jacques sur la poignée de la porte d’une église des Pyrénées.
Les pèlerins sur la route devaient entrer s’y reposer.
« Pars de ton pays, laisse ta famille et la maison de ton père… »
 : ainsi parlait Dieu à Abraham.
Mais il lui disait encore :
« Va dans le pays que je te montrerai. » (Gn 12, 1)

Donne-moi, Seigneur, le courage de partir,
Mais donne-moi aussi le courage de me reposer dans ta maison
De me reposer en Toi
De me reposer où tu veux me conduire.






SAMEDI 15 MARS 2014, 10e jour de Carême
(Dt 26, 16-19 ; Ps 118 ; Mt 5 43-48)

« Vous avez appris qu’il a été dit : Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi. Eh bien ! moi, je vous dis : Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent, afin d’être vraiment les fils du Père » (Mt 5, 43-44)


Aujourd’hui, encore et toujours, Jésus nous invite à aimer ... à aimer sans mesure ... car c’est cela la vraie mesure de l’Amour vrai. Et Jésus nous a bien donné l’exemple. Nous devons lutter afin de Lui ressembler de plus en plus chaque jour... Il nous entraîne sur ce Chemin du véritable Amour.
Il nous dit aussi : « Soyez parfaits comme votre Père est parfait »(Mt 5, 48)
C’est facile d’aimer quelqu’un qui nous aime. Mais le Seigneur nous invite à aller au-delà. Aimer ceux, qui, nous le savons, ne nous rendront jamais l’affection, ni un sourire, ni un service. Le chrétien ne doit pas aimer d’une manière intéressée...
Ouvrons toute grande la «  porte de notre cœur  », symbole de tendresse et de pardon. Le Seigneur mourant sur la Croix pardonne à ceux qui le crucifient ...

Seigneur, ce que tu demandes est humainement impossible mais, avec le secours de ta Grâce, je veux bien essayer ...
Essayer d’aimer... comme tu m’aimes moi avec toutes mes faiblesses ...telle que je suis...


VENDREDI 14 MARS 2014, 9e jour de Carême
(Ez 18, 21-28 ; Ps 129 ; Mt 5, 20-26)

« Si tu présentes ton offrande à l ‘Autel et que tu te souviennes que ton frère ou ta sœur a quelque chose contre toi laisse-là ton offrande et va d’abord te réconcilier avec ton frère » (Mt 5, 23-24)


Ce que Jésus nous demande c’est d’agir comme Lui...
Regarder l’autre non comme un ennemi mais de voir en lui sa beauté, et sa bonté.
Porter un regard de bienveillance sur ceux que j’ai du mal à aimer... ne pas penser de mal d’eux, ne pas les éviter, mais de nous empresser « VITE » dit l’Évangile d’aller vers eux...
Ce n’est pas facile quand nous sommes habités par la colère, le ressentiment, la révolte. Mais ce regard posé avec bienveillance nous pacifiera même si c’est difficile.
Il y a bien des « PORTES » à franchir...

Seigneur, donne-moi ton regard de bonté que je puisse le poser sur celui qui m’a fait du tort.
Seigneur, donne-moi de l’aimer comme Toi tu l’aimes.
Donne-moi de ne pas le juger
Donne-moi d’aller vers Lui
Donne-moi de te ressembler...


JEUDI 13 MARS 2014, 8e jour de Carême
(Est 14, 1-3.12-14 ; Ps 137 ; Mt 7, 7-12)

« Frappez, la porte vous sera ouverte » (Mt 7, 7)


Pour Dieu, nous sommes ses enfants qu’Il aime. Pourquoi donc hésiter à demander ? Demandons avec confiance.
Ne soyons pas présomptueux et redisons-nous souvent que seuls nous ne pouvons rien faire alors...
Dieu nous invite à nous appuyer sur Lui ... C’est un vrai Père. Il ne peut nous donner que de bonnes choses
Que notre prière soit vraie, pure, humble, qu’elle jaillisse du fond de notre cœur pour qu’elle puisse monter jusqu’au ciel :
"J’ai crié vers le Seigneur quand j’étais dans l’angoisse et Il m’a exaucé" (Ps 119, 1)
Jésus nous donne aussi un CONSEIL : "Tout ce que vous voudriez que les autres fassent pour vous, faites-le pour eux... "(Mt 7, 13)
C’est plus facile de demander que de faire...
Est-ce que je décide de faire totalement CONFIANCE au Seigneur ?
Est-ce que je prends la décision d’être très attentif à mes paroles ou à mes gestes envers les autres ?

Père, donne-moi ton Esprit
Que je puisse davantage Te faire Confiance
Que je puisse Te reconnaître dans tous ceux que je rencontre et faire le bien.


MERCREDI 12 MARS 2014, 7e jour de Carême
(Jon 3, 1-10 ; Ps 50 ; Lc 11, 29-32)

"Tout comme Jonas devint un signe pour les Ninivites, de même le Fils de l’homme en sera un pour cette génération." (Lc 11, 30)


Le carême est le temps du renoncement, renoncer à notre égoïsme, renoncer à notre avidité, renoncer à notre confort quotidien, renoncer à se croire le centre du monde, renoncer pour s’ouvrir aux autres, à l’autre, à notre prochain, renoncer pour s’ouvrir à Dieu, à son Amour.
Le carême est un temps de conversion, une conversion au Christ, à son message. A l’image des habitants de Ninive qui, à l’écoute des paroles de Jonas se sont détournés de leur conduite mauvaise, Dieu nous invite à changer nos cœurs, à raffermir notre foi par la prière et à rester à l’écoute de son appel qu’il nous a révélé dans l’Évangile.
Le carême est un temps de pénitence et de confession, savoir laisser derrière soi le tumulte de ses préoccupations et se reconnaitre pêcheur.

Que le Dieu de miséricorde, prenne pitié de nous, nous lave de nos fautes et nous fasse renaitre à la vie le cœur pur. (Ps 50)


MARDI 11 MARS 2014, 6e jour de Carême
(Is 55, 10-11 ; Ps 33 ; Mt 6, 7-15)

"Ainsi en est-il de la parole qui sort de ma bouche, elle ne revient pas vers moi sans effet,..." (Is 55, 11)


Bénis sois-tu, Seigneur, pour ta Parole libératrice. C’est elle qui nous ouvre les portes du bonheur. "Venez et vous verrez" (Jn 1, 39)
A nous de nous laisser guider par ces promesses, elles nous feront découvrir le visage de notre Dieu.
Dans ton silence, donne-nous la force d’ouvrir notre cœur à ta présence, dépouille le de toutes ces choses qui l’étouffent pour que tu y sois à la première place.
Aide-nous à mieux unir nos efforts, pour qu’ensemble nous puissions entrer par la porte qui mène à la vie.
Permet à chaque homme, dans cette période de prière, de partage et de jeûne qu’est le carême de s’unir et de cheminer ensemble vers le Pardon car, comme tu le dis dans l’Évangile de ce jour :
"si vous pardonnez aux Hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi". (Mt 25, 14)


LUNDI 10 MARS 2014, 5e jour de Carême
(Lv 19, 1-2.11-18 ; Ps 18 ; Mt 25, 31-46)

Dieu notre Père,


Ta parole nous conduit sur les chemins de ton Royaume, tes préceptes sont simples Seigneur, ils ne sont qu’Amour :
« Aime ton prochain comme toi-même »
« Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés ».
Il nous arrive malgré tout de nous en éloigner, de fermer les yeux devant les injustices de ce monde, de nous désintéresser des souffrances qui nous entourent, de nous complaire dans l’inaction.
Tu nous rappelles pourtant que tu nous jugeras sur notre Amour pour les malheureux.
Fais-nous revenir à toi ; comme le berger conduit son troupeau, guide-nous sur les sentiers de nos vies.

Aide-nous à poser nos pas dans les tiens et à devenir les héritiers de ton royaume.


DIMANCHE 9 MARS 2014, 1er dimanche de Carême
(Gn 2, 7-9 et 3, 1-7a ; Ps 50 ; Rm 5, 12-19 ; Mt 4, 1-11)

Du psaume 18






La loi du Seigneur est parfaite,
qui redonne vie ;
la charte du Seigneur est sûre
qui rend sages les simples.
Les préceptes du Seigneur sont droits,
ils réjouissent le cœur ;
le commandement du Seigneur est limpide,
il clarifie le regard.
Ta parole, Seigneur, est vérité
et ta loi, délivrance.

Mais la porte de mon cœur
soigneusement fermée.







SAMEDI 8 MARS 2014, 4e jour de Carême
(Is 58, 9b-14 ; Ps 85 ; Lc 5, 27-32)

« On t’appellera : “celui qui répare les brèches”, “celui qui remet en service les routes” » (Is 58, 12b)


Si...Si...
Si … tu franchis le seuil de la porte qui est là devant toi … on t’appellera : celui qui ouvre et franchit la porte, celui qui se fait proche, celui qui se fait le serviteur !
SI je quitte ce qui m’asservit tel Lévi, le publicain…
Si je me lève pour Te suivre…
Alors… « Ton obscurité sera comme la lumière de midi. » (Is 58, 10b)
Alors… « Tu seras comme un jardin bien irrigué, … » (Is 58, 11b)
Est-ce qu’avec Toi Seigneur, c’est donnant-donnant ?
Ne sont-elles pas merveilleuses ces perspectives de bonheur en Toi ?
Nous savons bien la joie intérieure que procure un effort sur soi, une aide apportée, un sourire donné. Mais Seigneur, il y a des jours où les portes sont comme des murs infranchissables…

« Prends pitié de moi, Seigneur Toi que j’appelle chaque jour.
Seigneur, réjouis ton serviteur : Vers toi, j’élève mon âme ! »

(Ps 85, 3-4)


VENDREDI 7 MARS 2014, 3e jour de Carême
(Is 58, 1-9a ; Ps 50 ; Mt 9, 14-15)

« Quel est donc le jeûne qui me plait ? N’est-ce pas faire tomber les chaînes injustes, délier les attaches du joug, rendre la liberté aux opprimés, briser tous les jougs ? » (Is 58, 6)


Ne pas rester indifférent devant les portes qui se ferment, celles qui sont cadenassées, celles de l’indifférence et de la jalousie, celles du refus de parler et de partager, celles de l’irrespect de l’âme et du corps.
« Crie à pleine gorge ! Ne te retiens pas !  » (Is 58, 1)
Seigneur, donne-nous ce courage d’agir et de résister.
Seigneur, rends-nous clairvoyants pour savoir ajuster notre regard et notre cœur sur les événements de notre monde.
Que nos actions et nos prises de position ne nous conduisent ni à nous enfermer dans des courants d’opinion ni à nous sentir meilleurs voire supérieurs aux autres.
Qu’elles soient toujours respectueuses de la liberté d’autrui et que jamais elles ne mènent à la violence ni au rapport de force.
« Alors, si tu appelles, le Seigneur répondra ; si tu cries, il dira : Me voici. » (Is 58, 9a)
Tu es là au creux de nos appels, saurons-nous à notre tour te dire : « me voici » ?
Oui, Seigneur,
« nous te rendons grâce car Tu nous as choisis pour servir en Ta présence. » (P. E II)


JEUDI 6 MARS 2014, 2e jour de Carême
(Dt 30, 15-20 ;Ps 1 ; Lc 9, 22-25)

« … en aimant le Seigneur ton Dieu, en écoutant sa voix, en vous attachant à lui : c’est là que se trouve la vie,… » (Dt 30, 20)


Ta loi est Amour, écoute et attachement, cela semble simple et plutôt agréable à choisir. Il suffirait de T’aimer mais de quel amour s’agit-il ?
« Celui qui veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix chaque jour et qu’il me suive » (Lc, 9, 23). Alors là, pas question de se contenter de mots, de bons sentiments et là, rien de facile en effet … !
Eh, oui ! C’est bien cette porte étroite, Seigneur, que tu nous proposes de franchir, celle de la liberté des enfants de Dieu, folie pour les hommes !

Seigneur, ces croix humaines que les uns et les autres nous avons à porter,
permet qu’elles ne nous égarent pas dans la révolte, le doute, la fermeture sur nous-mêmes.
Permet qu’elles laissent place à la confiance, à l’abandon, Toi seul sait ce qui est bon pour nous.
Permet qu’à l’image de ta croix glorieuse elles se transfigurent en "joie de croire, joie de vivre".
Seigneur, fais-nous comprendre que la loi que tu nous proposes de choisir nous mène à la Vie.

"Heureux est l’homme …qui se plait dans la loi du Seigneur et murmure sa loi jour et nuit !" (Ps 1, 1-2)


MERCREDI 5 MARS 2014, mercredi des Cendres
(Jl 2, 12-18 ; Ps 50 ; 2 Co 5, 20 à 6,2 ; Mt 6, 1-6.16-18)

"Au nom du Christ, nous vous le demandons, laissez-vous réconcilier avec Dieu" (2Co 5, 20)


Pour répondre à cet appel à la réconciliation que St Paul nous transmet aujourd’hui même, c’est humbles et confiants, en ce 1er jour de Carême, que nous nous mettons ensemble devant le Seigneur notre Dieu « car Il est tendre et miséricordieux, lent à la colère et plein d’amour  » (Jl 2, 13b).
Tous, nous savons combien il est facile de nous éloigner de Lui, de ne plus voir sa présence dans ceux que nous rencontrons avec qui nous vivons, de ne pas voir le visage du Christ dans ceux que nous n’aimons pas ou qui nous sont indifférents....
Nos égoïsmes, nos portes fermées voire bloquées par nos négligences, nos encombrements de toute sorte nous mettent en retrait de nous-mêmes, des autres et de notre Dieu Père, Fils et Esprit0 « Or, c’est maintenant le moment favorable, c’est maintenant le jour du salut » (2 Co, 6, 1b).
Ouvrons nos portes, dégageons nos cœurs, sortons de nous-mêmes, débarrassons-nous de nos routines. « Que le jeune époux sorte de sa maison, que la jeune mariée quitte sa chambre !  » (Jl 2, 16).
Oserons-nous quitter nos maisons pour aller au-devant de ceux qui nous sollicitent ?
Saurons-nous vivre la fraternité dans la simplicité de notre quotidien ?
« Si vous voulez vivre comme des justes, évitez d’agir devant les hommes pour vous faire remarquer.  » (Mt 6,1).
Au long de ce Carême… Portes fermées à ouvrir ou portes ouvertes à franchir, évitons donc de le faire ostensiblement !

« Rends-moi la joie d’être sauvé ; que l’esprit généreux me soutienne.
Seigneur, ouvre mes lèvres, et ma bouche annoncera ta louange ».

(Ps 50, 14.17)


Forum
Répondre à cet article


puceArchives puceEspace rédacteurs puce



2008-2017 © Paroisse Ste Marie en Plaine et Marais - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53