Paroisse Ste Marie en Plaine et Marais
Slogan du site

Pour commencer, choisir une rubrique

Comment assumer les conséquences de nos choix ?
Article mis en ligne le 6 mars 2011
dernière modification le 14 mars 2011
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Choisir de bâtir sur le roc ou de bâtir sur le sable. (Matthieu 7, 21-27)

En écoutant cet Evangile d’aujourd’hui, je me suis imaginé Jésus sur la montagne et ses disciples autour de lui ; cette montagne est sans doute la montagne des Béatitudes, où Jésus avait l’habitude de se rendre avec ses amis : c’était pour lui un lieu de paroles importantes pour ses apôtres, pour tous ceux qui l’écoutaient et pour l’humanité. Il s’agit d’une grosse colline au cœur de la Palestine. Dans l’histoire biblique, la montagne, peu élevée ou très haute, est un lieu symbolique, le lieu où Dieu donne sa Parole pour la vie des Hommes : c’est un lieu proche du ciel, mais aussi comme un trône ou une chaire qui permet à la parole d’avoir un écho jusqu’aux limites du monde. Rappelons-nous la montagne du Sinaï où Moïse a reçu les Tables de la Loi : c’est comme s’il sortait tout droit du ciel avec, sous le bras, la Parole de Dieu pour son peuple… Il y a aussi le Mont Thabor où, par sa Transfiguration, Jésus a déjà révélé sa vie de Ressuscité…Et ici, sur cette petite montagne de la Galilée, Jésus dit quelque chose d’important pour le monde de son époque mais aussi pour le monde d’aujourd’hui. Que tous les peuples l’entendent : toute personne de tout temps et de tout pays, a été créée par amour avec quelque chose de Dieu qui le constitue comme être responsable : la Liberté.

Justement, écoutons ce qu’il dit sur cette petite montagne :
« Quiconque écoute les paroles que je vous dis là et les met en pratique est comparable à un homme qui a bâti sa maison sur le roc….Et tout homme qui écoute ce que je vous dis là sans le mettre en pratique est comparable à un homme insensé qui a bâti sa maison sur le sable… » C’est bien l’homme qui décide de l’orientation de sa propre vie ; En aucune manière Dieu décide à sa place : dans le passage de l’Evangile d’aujourd’hui, l’initiative de construire sur le sable ou bien de construire sur le roc, est très nettement attribuée à l’homme et non pas à Dieu. Le rôle de Dieu est très simple, mais aussi très délicat : c’est de donner à l’Homme toute sa liberté, et ceci uniquement par amour pour lui. L’être humain est essentiellement un être libre, il est placé lui-même devant sa propre vie à construire… Alors, forcément, en fonction des choix que ce dernier fera, il y aura des conséquences pour sa propre vie, car d’autres éléments venant de l’extérieur (la pluie, les torrents, les inondations, des tremblements de terre…) viendront bousculer des engagements humains élaborés peut-être sur de grandes fragilités ou bien construits sur du solide. Aussi nous pouvons dire que ce sont tous les êtres humains, solidairement, qui engagent leur propre vie sur des chemins qu’eux-mêmes décident de prendre, sans que Dieu n’en prenne l’initiative. Cependant Dieu nous accompagne toujours de son Amour, de la même manière que des parents continuent d’aimer leur enfant qui prend un chemin totalement opposé à ce qu’ils aimeraient pour lui.(rappelons nous : l’histoire du sang contaminé, l’histoire de la vache folle, les inondations sur territoires inondables, nos engagements concernant la bioéthique, nos guerres, les accidents de toutes sortes, etc, etc. etc..où c’est toujours l’homme qui a eu l’initiative de ces orientations... c’est ce qui en fait aussi sa grandeur)
Et pour nous, il est extrêmement difficile d’assumer les conséquences des choix que nous avons faits pour notre vie ou pour celle de l’humanité. C’est alors que nous nous révoltons contre Dieu, contre les autres…Mais ne sommes-nous pas, ne serait-ce que par notre silence, des complices du mal qui empoisonne le monde ? Il est beaucoup plus facile de dire : « je n’ai pas eu le choix plutôt que d’assumer ses propres choix » (ce qui nous conduits à nous considérer comme des victimes). Alors demandons la force d’assumer les conséquences de nos constructions sur le sable ou de nos constructions sur le roc….sans forcément toujours accuser Dieu de son silence ou de son inaction.
Pour vivre, Jésus nous dit : « Il faut faire la volonté de mon Père qui est aux cieux » Et la volonté de Dieu, c’est une volonté de vie pour chacun(e) de nous et non pas une volonté de puissance sur nous… C’est ensemble que nous avons à découvrir cette volonté de Dieu pour toute l’humanité. Demandons à Dieu la grâce de l’espérance qui nous fait souvent défaut, et la grâce de découvrir son immense amour pour chacun et chacune de nous par delà nos révoltes.

P. Louis Morandeau


Forum
Répondre à cet article

Dans la même rubrique



puceArchives puceEspace rédacteurs puce



2008-2017 © Paroisse Ste Marie en Plaine et Marais - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.22