Paroisse Ste Marie en Plaine et Marais
Slogan du site

Pour commencer, choisir une rubrique

D’une pierre tombale, Dieu en a fait un trône pour manifester sa gloire
Article mis en ligne le 26 avril 2011
dernière modification le 16 mai 2011
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Imaginez la surprise invraisemblable du matin de Pâques : deux femmes , Marie Madeleine et Marie, qui venaient rendre visite au tombeau de Jésus, s’aperçoivent que le tombeau de Jésus est ouvert, la grosse pierre qui fermait le tombeau est roulée sur le côté, et un ange vient s’asseoir dessus ; les gardes sont morts de peur. Ces détails rapportés par Saint Matthieu ne sont pas sans importance : tout ce qui a un rapport à la mort est fragilisé et même fracassé dans un tremblement de terre. Par contre un ange, un messager de Dieu est venu s’asseoir sur la grosse pierre tombale comme pour nous dire que Dieu vient habiter tout nos objets de morts pour les transformer en objets de vie. Les plus grosses pierres de mort deviennent des pierres de vie. D’une pierre tombale, Dieu en fait un trône pour manifester sa gloire grâce à un ange.

Ce tombeau qui, depuis les origines de l’humanité, enferme l’homme jusqu’à la destruction du corps, n’a pas pu tenir fermé : les verrous de la mort et de la désespérance ont tous sauté…. L’énorme pierre placée à l’entrée du tombeau a été roulée. Personne n’a vu Jésus en train de ressusciter, mais des femmes, les premières, ont vu un tombeau vide. Depuis ce premier matin de Pâques, nous comprenons que la vie d’un homme ne peut pas être contenue dans les contours de notre logique humaine, matérialiste et scientifique…. C’est là le plus grand événement de toute l’histoire de l’humanité. Dieu a fait sauter toutes les pierres qui tenaient Jésus enfermé dans son tombeau. Aujourd’hui, il vient faire sauter toutes nos désespérances les plus tenaces.. Aucun événement de l’histoire de la création ne pourra être aussi important que celui de la Résurrection de Jésus… et de la nôtre.

Ne soyons pas surpris si nous avons beaucoup de questions quant à la résurrection. Parce qu’elle est le centre de la foi, elle en est le point le plus crucial de tout questionnement. C’est par rapport à la résurrection que la foi se décide et non pas par rapport à l’organisation de l’Eglise ou par rapport aux différents courants qui la traverse. Pour Saint Paul, et dans tous les textes qu’il a écrit, le complément du verbe croire, c’est la résurrection : « Je crois en la résurrection ». Et il dit à plusieurs reprises : « sans la résurrection, notre foi est vide, et sans la résurrection nos engagements ne seraient que du vent puisqu’ils seraient appelés à disparaître un jour ou l’autre. ». C’est bien notre foi en la résurrection qui détermine notre démarche de croyant chrétien dans tous nos engagements et dans toutes nos célébrations. Nous comprenons que la résurrection n’a rien d’accessoire pour notre foi…elle en est l’unique fondement.

Depuis le premier matin de Pâques, nous sommes dépositaires d’un message absolument inouï pour l’humanité : « Allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée pour le proclamer ». La Galilée, c’est le territoire des païens, comme si les non religieux étaient les plus aptes à entendre cette Bonne Nouvelle, dans son état le plus pur. En effet, ne nous trompons pas de message à accueillir et à transmettre : il ne s’agit pas d’une mise à jour de nos religions, mais c’est bien le Christ ressuscité qui est au centre de notre démarche de chrétiens et du même coup notre propre passage de la mort à la vie… une nouvelle qui touche notre vie dans ce qu’elle à de plus profond et de plus quotidien : Les premiers témoins l’ont reconnu vivant sur les routes, au bord du Lac et dans les maisons où ils s’étaient renfermés. Tout est différent depuis qu’un tombeau s’est ouvert un matin de Pâque en Palestine, il y a un peu plus de deux mille ans : la mort ne pourra plus jamais avoir le dernier mot . Ne nous laissons pas envahir par nos petites désespérances humaines car nous sommes promis à une vie de bonheur sans fin dans la résurrection du Christ.

Aujourd’hui, que nous soyons tous heureux car nous sommes appelés à vivre pour toujours. Alors demandons au Seigneur ressuscité la grâce de l’espérance. Que jamais nous ne puissions désespérer de nous, des autres et du monde.

P. Louis Morandeau


Forum
Répondre à cet article

Dans la même rubrique



puceArchives puceEspace rédacteurs puce



2008-2017 © Paroisse Ste Marie en Plaine et Marais - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.31