Paroisse Ste Marie en Plaine et Marais
Slogan du site

Pour commencer, choisir une rubrique

Homélie du 06/07/2008
« Vous qui peinez sous le poids du fardeau, prenez sur vous mon joug… »
Article mis en ligne le 7 juillet 2008
dernière modification le 10 janvier 2012
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

« Vous qui peinez sous le poids du fardeau, prenez sur vous mon joug… »
Matthieu 11, 25 - 30

Nous avons, en ces jours, le témoignage d’Ingrid Bétancourt qui vient de passer plus de 6 années d’enfer aux mains des FARC en Colombie : sa force intérieure, sa relation à Dieu lui ont permis d’aller au delà de la mort... C’est aussi tous les jours, autour de nous, que des hommes et des femmes crient leurs souffrances : « Je ne sais plus où j’en suis ! » - « Je ne vois plus pourquoi je vis… ! » « Je souffre, ma vie est un fardeau à porter ! ». C’est à la foule des accablés par la vie, à chacun de nous, avec ses pesanteurs et ses faiblesses que Jésus lui-même nous adresse cette parole en ce dimanche : « Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. »

Celui ou celle qui souffre est parfois tenté de s’enfermer dans le silence et l’isolement, convaincu que personne ne peut le comprendre et le soulager. Et pourtant !… il existe certainement une ou plusieurs personnes, quelque part, qui entend le cri de cette souffrance. Ces êtres humains qui écoutent, qui entendent, qui se mettent au service des autres, dans notre monde, ne sont-ils pas, même sans en avoir forcément conscience, les signes de la présence du Dieu d’Amour qui est présent à tout instant à la vie des hommes ! Il est vrai qu’à certains jours, où notre souffrance est tellement forte, nous pouvons croire que Dieu reste sourd à notre cri. Mais le frère ou la sœur en humanité qui entend mon cri à côté de moi, témoigne de l’infinie miséricorde du Dieu d’Amour, source de toute Vie. Dieu n’a-t-il pas le visage du frère qui a pour moi un regard de respect et de dignité ?

Le joug dont parle Jésus est cet instrument de bois que l’on pose sur les épaules d’une personne et qui permet de porter plus facilement une lourde charge, comme deux seaux d’eau par exemple. Le joug allège un fardeau…. Le joug, aussi, est cet instrument de bois que l’on pose sur le cou de deux bœufs pour tirer une charrue. Le joug permet, ici, de tirer à deux ensemble sur la même charge. Jésus nous dit : « prenez sur vous mon joug, il est facile à porter ; mon fardeau léger. » Jésus veut, d’une part, alléger les fardeaux de nos vies, et, d’autre part, il veut tirer avec nous. Nous, comme Dieu lui-même, nous ne pouvons pas supprimer les difficultés, mais nous pouvons nous aider à mieux les vivre et les porter ensemble. C’est là aussi la mission de tout baptisé…
Pouvons-nous entendre, au cœur de nos souffrances, cet appel de Jésus : « Venez à moi ». Oui, il est extrêmement difficile de lever les yeux ou de croire en la vie quand on souffre. Et pourtant, même si pour nous, c’est extrêmement difficile de se relever, Jésus ne cesse de nous tendre la main par celle d’un ami, d’un conjoint, d’un enfant, d’un voisin ou d’un collègue, qui entend mon cri : la présence d’une autre personne à mes côtés peut réellement devenir le signe tangible de la présence du Christ sur ma route. Un ami qui est là à côté de moi pour inventer la route peut me faire renaître à l’espérance. Le « repos » que Jésus entend nous procurer n’est ni une drogue, ni un assoupissement. Il vient « refaire nos forces » pour franchir une nouvelle étape. Nous ne serons pas dispensés de nos responsabilités, nos fardeaux n’auront pas disparu comme par miracle, cependant nous ne serons plus seuls à les porter. Mais aurons nous la force d’accrocher notre main à celle du Christ ? Demandons lui d’allonger un peu plus le bras et de nous prendre là où nous sommes.
Venus à l’Eucharistie aujourd’hui, nous y apportons notre « poids » de vie. Oui, fortifiés par la Vie du Christ, nous pourrons reprendre la route pour continuer de vivre et de retrouver une lueur d’espérance. Demandons lui cette force et soutenons nous les uns les autres.

Louis Morandeau


Forum
Répondre à cet article


puceArchives puceEspace rédacteurs puce



2008-2017 © Paroisse Ste Marie en Plaine et Marais - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.22