Paroisse Ste Marie en Plaine et Marais
Slogan du site

Pour commencer, choisir une rubrique

Homélie du 15/08/2008
Article mis en ligne le 15 août 2008
dernière modification le 17 novembre 2008
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Marie, une laïque au service de Dieu et des hommes

En plein milieu de l’été, cette fête du 15 août apparaît comme une fête de Pâques... Quoi de plus normal que de lier la fête de Marie à la Pâques du Christ, à la Résurrection ! Le mot “Assomption” vient du mot « assumer » : il qualifie l’action de celui ou celle qui a assumé sa vie… La vie de Marie a été totalement assumée en Dieu

Marie , une jeune fille d’environ 17 ans qui est devenue une épouse... une laïque....elle n’était ni religieuse, ni apôtre...elle a d’abord été une épouse...l’épouse de Joseph...On ne sait pas bien ce qu’ils ont vécu tous les deux ensemble : l’Evangile est silencieux sur leur vie de foyer, et il faut respecter ce silence...Mais leur vie devait étrangement ressembler à celle de nos foyers d’aujourd’hui, où il n’est pas toujours facile de se comprendre, de se pardonner, mais où l’amour fait exister chacun. C’est au coeur de cet amour humain de Marie et de Joseph où Jésus, Fils de Dieu s’est blotti et a grandi. Marie nous apprend aujourd’hui la beauté et la grandeur de nos amours en famille : il sont chemin de Dieu.
Toute la vie de Marie repose sur sa foi totale en Dieu. Une foi qu’elle a reçue elle-même de ses parents, Anne et Joachim. Sa foi, elle l’a vécue comme une Communion profonde avec Dieu ; et ce qui est la caractéristique de la foi de Marie, c’est une FOI ENGAGEE, c’est à dire que pour vivre et exprimer sa foi, elle a toujours eu besoin de pratiquer des actes et pas simplement de croire dans sa tête : Pour une femme, confier sa maternité à Dieu, c’est un engagement de tout son être..... Marie, c’est une femme qui s’est risquée en tant que femme : elle a donné toute sa vie à Dieu, elle s’est jetée dans le vide : elle s’est risquée en Dieu.. ; et alors Dieu a été sa force. Elle nous apprend que la foi est engagement concret ou bien elle n’est qu’idéologie.

Marie nous apprend aussi la confiance en une Institution : sa religion juive. Oh ! elle devait sans doute aussi avoir de choses à dire sur l’organisation de sa Communauté religieuse. Mais malgré les imperfections du Judaïsme, elle s’est soumise aux pratiques de tous les croyants de Palestine : elle a vécu la circoncision de Jésus ; elle a présenté Jésus au temple ; avec Joseph, elle est venu en pèlerinage à Jérusalem ; elle est allée à la synagogue...Sa pratique de la Religion juive était pour elle le moyen officiel communautaire et visible de rejoindre Dieu. L’Institution lui a permis de vérifier sa foi, de l’authentifier et de devenir une croyante adulte. Comme elle a su le faire par rapport à sa propre religion, même imparfaite, Marie nous apprend la confiance en Notre Eglise...la confiance aussi en l’organisation de notre communauté Chrétienne. Sachons en faire un lieu de dialogue et de débat pour que notre Eglise soit le signe d’une Bonne Nouvelle dans un monde coupé de ses sources d’espérance. Pour Marie, l’Institution religieuse n’a jamais été secondaire : elle a été le lieu de dialogue avec son Dieu.

Marie a été aussi une mère, la maman d’un enfant qui a appris le sens des autres et qui était plein de bon sens face aux engagements des hommes. Ce n’est pas facile d’être la maman d’un enfant qui ne prend pas le chemin qu’on aurait souhaité...Ce n’est pas facile de voir son enfant toujours partir...toujours nous échapper : Et ça commence à 12 ans, l’âge de la majorité juive : Jésus est parti à ce moment là définitivement du cocon familial pour ne plus jamais en revenir. Et ce départ va s’amplifier quand il va quitter son atelier pour parler de son Père sur les routes de Palestine. Pas facile pour une mère de voir tous les matins la portes de l’atelier fermée en pensant que son fils est parti pour toujours....Et trois ans après, pas facile d’être la mère d’un condamné à mort : Le soir du vendredi saint, Marie était comme toutes les mères qui ont un fils que l’on vient d’exécuter : ce qui pouvait habiter son coeur, ça pouvait être l’écrasement, la colère, la peur, l’échec total....Mais ce qui est extraordinaire, c’est que l’amour de Marie pour Jésus n’a jamais diminué : Marie a toujours accompagné Jésus du fond de son coeur tout en le laissant libre de bâtir sa vie. Elle nous apprend l’amour de nos enfants qui prennent un chemin bien différents du nôtre.

Je voudrais souligner un dernier trait de l’engagement de Marie : Il y avait une noce à Cana...Marie et Jésus sont invités, sans doute avec d’autres amis...et à un moment donné, il n’y a plus de vin. Marie, la première l’a remarqué : “Ils n’ont plus de vin.” Nous voyons là, Marie qui est attentive aux besoins humains de invités, je dis bien humains et pas seulement spirituels. Pour elle, les désirs, les besoins humains des hommes, ce n’est pas rien : elle invite son Fils à les prendre en compte. Je l’imagine aujourd’hui 15 août 2008 assise à la table de l’humanité, en train de nous dire : “Il n’ont plus de sécurité” -”ils n’ont plus de sens à donner à leur vie” - “Ils n’ont plus de paix dans leur pays”. Aujourd’hui, Marie nous invite à ne plus rester indifférents aux besoins élémentaires et humains de nos frères les plus proches.

Oui, nous osons croire que la vie de cette jeune épouse, que la vie de cette croyante juive entièrement donnée à Dieu, que la vie de cette jeune maman , que la vie de cette femme attentive aux besoins de l’humanité, a débouché sur une vie de gloire avec Dieu, que son chemin de femme, laïque, est chemin de Dieu. En ce jour de l’Assomption, c’est tous ces engagements assumés en Dieu que nous fêtons pour nous rappeler que nous sommes tous appelés à la même RESURRECTION.

Louis Morandeau


Forum
Répondre à cet article


puceArchives puceEspace rédacteurs puce



2008-2017 © Paroisse Ste Marie en Plaine et Marais - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.22