Paroisse Ste Marie en Plaine et Marais
Slogan du site

Pour commencer, choisir une rubrique

Homélie du 15/08/2008
Article mis en ligne le 14 août 2008
dernière modification le 17 novembre 2008
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Le Dragon face à la Femme qui va enfanter (15 août)

Apocalypse de St Jean 11, 19a ; 12, 1 - 6, 10

Dans ce texte, nous voyons un dragon investi d’une grande puissance face à une femme dont la seule puissance est de donner la vie et de s’effacer devant l’enfant qu’elle va donner à l’humanité.

Commençons par regarder ce dragon qui est un véritable monstre : il fait peur et il est prêt à tout dévorer. De quelles puissances terrestres pourrait-il être le symbole ? Ce monstre a sept têtes : dans la Bible, le chiffre « 7 » est le chiffre parfait. Ici, c’est la puissance parfaite du Malin. Saint Jean a couronné ces sept têtes d’un diadème royal comme pour donner à ce monstre encore plus de puissance. Et sur ces sept têtes, il y a dix cornes… : la corne est le signe de la force et surtout de la défense… Imaginez 10 cornes sur une tête, c’est beaucoup, c’est une multitude…mais c’est une multitude que l’on peut compter sur les doigts de nos mains : c’est donc une multitude limitée. Ca veut dire que ce dragon investi d’une très grande puissance n’a qu’une défense limitée, contrôlée, même si elle est multiple. Sa queue balaie le tiers des étoiles : l’étendue de son action ne concerne pas l’univers entier, même s’il balaie large….seulement le tiers des étoiles du ciel.

En face de ce monstre puissant, qui a envie de tout dévorer, mais dont la force est quand même limitée, il y a une femme dont la seule puissance c’est d’enfanter, d’être source de vie et d’amour pour l’humanité. Cette femme (qui est l’annonce de Marie et aussi de l’Eglise) va donner naissance à un enfant qui va devenir berger…. C’est le Christ. Le berger, c’est celui qui guide, qui protège, qui rassure son troupeau. Il conduit les brebis avec beaucoup d’attention et de respect. Sa puissance n’est pas dans une armée ou un diadème, mais dans la force de son amour. Et son bâton de berger n’est pas un sceptre d’or ou d’argent, mais un sceptre en fer, sans éclat ni brillance, mais évoquant la même solidité. L’amour et le respect de l’autre sont des forces beaucoup plus grandes que toutes les puissances terrestres.
Ainsi dans ce texte, nous voyons une femme qui vient donner au monde un enfant sauveur de l’humanité par sa seule puissance d’Amour.

Louis Morandeau


Forum
Répondre à cet article


puceArchives puceEspace rédacteurs puce



2008-2017 © Paroisse Ste Marie en Plaine et Marais - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.22