Paroisse Ste Marie en Plaine et Marais
Slogan du site

Pour commencer, choisir une rubrique

Le Carême : 40 jours de bonheur avec soi-même, avec les autres, avec Dieu,
Article mis en ligne le 25 février 2009
dernière modification le 26 mars 2009
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Le mot « carême » vient de quarante…Quarante jours, c’est un peu plus d’un mois…C’est un temps assez court dans l’histoire d’une vie…et pourtant, c’est un temps aussi suffisamment long pour vivre une conversion…Il faut du temps pour transformer un peu notre vie en une vie d’amour et de lumière. Et les quarante jours ne suffiront pas, il nous faudra continuer de se convertir après ces quarante jours.

La prière, le jeûne et l’aumône sont les trois grands axes du carême…trois indications qui nous sont donnés pour transformer notre vie en profondeur. Attention aussi de ne pas vivre le jeûne pour le jeûne, l’aumône pour l’aumône, etc…mais il s’agit bien de vivre davantage en enfant de Lumière. Jésus ne veut pas que nous en fassions des actes de bravoures, de compétition ou de mortifications morales et religieuses, mais bien des actes de conversion intérieure où chacun(e) de nous se laisse habiter par l’Amour de Dieu. Aujourd’hui, l’aumône, le jeûne et la prière ne permettent plus guère à un chrétien de se faire remarquer. Il s’agit donc bien de transposer les paroles de Jésus dans nos situations actuelles.

Jeûner, ce n’est pas d’abord obéir à une loi de l’Eglise ou bien accomplir une prouesse corporelle parce que c’est le carême. Jeûner c’est essentiellement créer une sorte de vide, de manque pour faire une place à Dieu et aux autres dans ma vie. Regarder un œuf : il est plein de lui-même, il ne peut pas faire une place à un autre œuf à l’intérieur de lui-même. Jeûner, c’est faire en sorte que je ne sois plus plein de moi-même. Jeûner, c’est créer un vide à l’intérieur de moi-même pour que Dieu et les autres puissent y trouver une petite place. C’est à chacun(e) de nous de voir de quelle manière il peut créer ce vide, de quelle manière il peut jeûner….sur quel aspect de sa vie il va jeûner… car nous savons bien que jeûner ne veut pas dire simplement ne pas manger de viande le vendredi…La viande du vendredi n’est que le rappel d’un jeûne qui engage beaucoup plus, en vérité, tout notre être.

Un deuxième axe du carême, c’est l’aumône (avec les enfants, nous avons employé le terme de « partage » : c’est un peu la même chose). Le mot « aumône » évoque nos relations sociales, tout ce qui peut aider l’autre et l’empêcher de se perdre : la reconnaissance de ce qu’il est, l’encouragement, l’amour, le pardon, etc…Car faire l’aumône, ce n’est pas uniquement donner de l’argent, mais c’est surtout donner de l’Amour… 40 jours de jeûne pour apprendre à partager avec nos frères dans la misère. C’est un temps qui nous est donné pour revoir ce que nous vivons en communauté, au sein de nos foyers, ou de nos villages, dans notre voisinage immédiat. Redécouvrir l’autre, mon mari, ma femme, mes enfants, mes parents, mes amis… C’est un temps qui nous est donné pour changer notre regard sur les autres, pour accueillir autrement sa parole, sa confiance, son regard sur moi…Vivre l’aumône, c’est donner et accueillir…Savoir recevoir conditionne notre manière de donner et de partager…

Une autre action qui n’est pas la moindre, même si je l’évoque en troisième position : c’est la prière. 40 jours qui nous sont donnés pour refaire Alliance avec Dieu… avec Jésus-Christ… et ceci en plein milieu du monde, sans rien renier de nos activités habituelles. Ce n’est pas facile, mais c’est là que Jésus-Christ nous envoie. C’est au cœur de ma vie de soucis, de fatigues… que nous nous retrouvons face à nous-mêmes et face à Dieu. Retrouver des temps de prière… Là aussi quel sera ma conversion pour que ma vie toute humaine qu’elle soit, devienne chemin où Dieu aime venir…un chemin sur lequel je m’arrête pour parler à mon Père du ciel. Prendre des temps de prière sera pour moi, comme Jésus savait le faire, une manière de qualifier mes engagements humains ordinaires de chaque jour.

C’est à chacun(e), là où il en est, d’inventer son propre chemin de carême, un chemin de joie, de bonheur vers la Lumière de la Résurrection….

Louis Morandeau


Forum
Répondre à cet article


puceArchives puceEspace rédacteurs puce



2008-2017 © Paroisse Ste Marie en Plaine et Marais - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.22