Paroisse Ste Marie en Plaine et Marais
Slogan du site

Pour commencer, choisir une rubrique

Le monde agricole dans la tourmente économique
Article mis en ligne le 3 octobre 2009
dernière modification le 5 février 2013
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

La crise agricole… au cœur de la crise mondiale !

Les images des agriculteurs épandant des milliers de litres de lait dans les champs ont pu heurter… d’autres ont préféré distribuer le lait gratuitement. Ces gestes ont voulu interpeller les consciences des uns et des autres… les producteurs laitiers ne sont pas les seuls à traverser des difficultés… car les productions de porc, du lapin, des fruits, des céréales connaissent la même chute des prix.

La commission Agricole du CMR (Chrétiens dans le Monde Rural) a partagé la situation du Monde Agricole… sa réflexion a fait ressortir quelques convictions :
-  la loi du marché laissé à son seul jeu ne peut conduire qu’à des disparités grandissantes et qu’à éliminer les plus faibles (populorum Progresso n°8). « Il n’est pas possible d’accepter que des processus aveugles et des intérêts spéculatifs décident seuls de la valeur du travail » Mgr Castet.

-  Les productions agricoles ne peuvent être traitées sur le marché mondial comme les autres produits industriels. Compte tenu des variations climatiques, une régulation est nécessaire au plan européen et mondial. C’est de la responsabilité du monde politique.
-  Comme tout travailleur, « les agriculteurs ont droit à une reconnaissance de leur travail par une juste rémunération qui leur permette de vivre avec leur famille et de conduire leur exploitation. » (Evêques de Bretagne)-

Les revenus des agriculteurs sont soumis aux aléas climatiques et au prix. L’étalement des années exceptionnelles autorisé par la fiscalité entraîne à investir quand les revenus sont très bons. Le remboursement des années suivantes peut très fragiliser les exploitations dans les périodes difficiles surtout quand elles reviennent souvent ?
-  Au cours des huit dernières décennies, le Monde Agricole a su trouver des voies pour maîtriser la production et la commercialisation (par ex : les coopératives). Aujourd’hui, des agriculteurs cherchent à produire et à vendre autrement. Cette recherche doit être soutenue pour inventer de nouvelles manières de faire.

Dans notre société, d’autres groupes sociaux expriment de graves inquiétudes. Des milliers de salariés perdent leur emploi, expriment d’une manière ou d’une autre leur désespoir… consommer toujours plus pour relancer l’économie est une fausse piste ! Alors interrogeons-nous !

-  quelle société voulons-nous pour que l’économie soit au service de l’épanouissement de tout homme et de tout l’homme ? « Economie et technique n’ont de sens que par l’homme qu’elles doivent servir » Pop. Prog. N°34 Paul VI

-  la crise n’est pas que financière : elle est une crise de confiance. La confiance se gagne dans les faits. Comment construire une économie juste qui s’appuie sur la recherche du Bien Commun, sur la destination universelle des biens ? la pensée sociale de l’Eglise trace des chemins.

-  dans les choix que nous faisons quotidiennement, qu’est-ce qui nous guide ? avoir plus ? être plus ?

-  comment à notre place sommes-nous acteurs avec d’autres pour que la solidarité et la fraternité ne soient pas que des mots ?

-  avons-nous un lieu où nous pouvons partager nos convictions et nous laisser interpeller par les autres à la lumière de l’Evangile ?

Pour la commission agricole du CMR
Annette Sourisseau, présidente


Crise du lait, communiqué de Mgr Castet (septembre 2009)

Mgr Castet appelle à la concertation des professionnels, et invite les chrétiens à manifester leur proximité auprès des personnes en désarroi.

« La crise laitière marque profondément l’actualité de notre région. Comment ne pas manifester une vive inquiétude face au désarroi vécu par de nombreuses familles. L’Eglise porte une conviction forte : l’homme est au coeur de l’économie et il n’est pas possible d’accepter que des processus aveugles et des intérêts spéculatifs décident seuls de la valeur du travail. Il est urgent que les divers acteurs prennent les mesures qui parviendront à établir un juste prix, qui tout en prenant en compte de la réalité du marché, saura en corriger les excès.

Dans cette situation très difficile, qui peut conduire jusqu’au désespoir, j’invite les chrétiens à manifester leur proximité de manière concrète à ceux qui sont éprouvés, en se souvenant de cette phrase du pape Benoit XVI dans sa dernière encyclique : la solidarité signifie avant tout se sentir responsable de tout, elle ne peut donc être déléguée seulement à l’Etat. »

+ALAIN CASTET,
EVEQUE DE LUÇON

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

Retour aux autres articles


Forum
Répondre à cet article


puceArchives puceEspace rédacteurs puce



2008-2017 © Paroisse Ste Marie en Plaine et Marais - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.22