Paroisse Ste Marie en Plaine et Marais
Slogan du site

Pour commencer, choisir une rubrique

Marie part en toute hâte chez sa cousine
Article mis en ligne le 15 août 2009
dernière modification le 18 août 2009
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

« Marie se mit en route rapidement vers une ville de la montagne de Judée ». Le départ de Marie en toute hâte, vers la ville de Judée où habite Zacharie et Elisabeth, ressemble beaucoup au retour à Jérusalem des disciples d’Emmaüs. Marie accueille la présence du Christ en elle et elle court en porter la nouvelle. Les disciples d’Emmaüs ont reconnu le Seigneur ressuscité marchant avec eux et partageant le pain, et ils reviennent en urgence l’annoncer aux apôtres.

Marie, en route en toute hâte vers ses cousins, peut être regardée comme une parabole de l’Eglise en chemin, à la rencontre de l’humanité. Bien sûr, au temps de Marie, l’Eglise n’est pas encore née ; elle ne le sera qu’à la Pentecôte. Mais la Vierge porte en elle le Christ et elle assume déjà en germe la mission de la communauté chrétienne habitée par le Christ : le porter au monde. La hâte de Marie dit l’empressement qui est ou qui doit être celui de l’Eglise, communauté pressée de porter la Bonne Nouvelle. L’exemple de la Mère de Dieu nous stimule. Il est urgent d’annoncer le Christ d’Amour et de paix à notre temps marqué par l’auto-suffisance et le manque d’ouverture aux plus démunis.

N’avons nous pas trop souvent pensé que la mission d’annoncer la présence du Christ revenait essentiellement au prêtres, aux missionnaires, aux spécialistes… Et pourtant c’est pour courir en urgence vers le monde que, chacun et chacune de nous, nous avons été baptisés : nous sommes dépositaires de la vie de Dieu et nous avons tous la mission de la donner au monde. Marie nous apprend qu’il n’est pas possible d’être chrétien, c’est à dire un ami du Christ, si nous ne parlons jamais de lui aux autres. Marie n’était ni religieuse, ni prêtre, ni apôtre… elle était une simple mère de famille et une épouse… et pourtant elle est partie en toute hâte parler de son Enfant à sa cousine et par elle, au monde entier.

Aussi, cette scène de la Visitation est vraiment une explosion de joie.. L’explosion de joie de deux femmes enceintes qui associent à leur bonheur l’enfant qu’elles portent. Que de sourires dans cette scène évangélique ! Saint Luc semble vouloir présenter la venue du Messie comme l’avènement du bonheur, Dieu vient sur terre pour semer le bonheur. Toute la Bible est remplie de cette joie de Dieu lorsqu’il vient à la rencontre de l’homme : rappelons-nous la création, l’alliance, l’incarnation, la résurrection… Mais l’homme vit-il de la même joie lorsqu’il est invité à rencontrer son Dieu source de sa vie et de son amour ? Chacun(e) de nous, qu’avons-nous fait de la joie de Marie ? Savons nous nous réjouir de la rencontre avec notre Dieu ? et Dieu a-t-il encore une importance pour nous aujourd’hui ?

Marie est sortie, elle est partie, elle s’est mise en chemin… alors qu’elle aurait pu rester dans la contemplation du don qui lui était fait. Elle ne peut pas garder pour elle Celui qui est sorti du Père pour venir jusqu’à nous. Elle nous apprend qu’une Eglise qui serait tournée vers elle-même, cantonnée dans le cercle de ses organisations, préoccupée de ses dentelles et de ses titres, ne serait pas l’Eglise du Christ ; elle nous apprend qu’un baptisé qui n’oserait pas parler du Christ aux autres ne vivrait pas sa mission de chrétien. Alors demandons lui la force d’oser une parole pour parler de Dieu notre Père à ceux et celles qui nous entourent.

Et en cette journée du 15 août, prions encore Marie pour qu’elle nous réapprenne à être vraiment heureux lorsque Dieu vient à notre rencontre.

Louis Morandeau


Forum
Répondre à cet article


puceArchives puceEspace rédacteurs puce



2008-2017 © Paroisse Ste Marie en Plaine et Marais - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.48