Paroisse Ste Marie en Plaine et Marais
Slogan du site

Pour commencer, choisir une rubrique

Non, tous les prêtres ne sont pas pédophiles
Article mis en ligne le 7 mai 2010
dernière modification le 5 février 2013
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Lettre à Plantu du Père Gourrier
http://wp.me/pRYh9-F (site J’aime mon prêtre)
Commme prévu, vous trouverez ci-dessous la lettre adressée ce jour au journal le Monde pour publication. Si elle vous convient n’hésitez pas à la faire circuler au maximum autour de vous.

Non, tous les prêtres ne sont pas pédophiles !

Cher Plantu,

Lecteur du Monde depuis bientôt 30 ans, votre nom est associé dans mon esprit à ce journal, découvrant souvent avec amusement et parfois avec malaise votre regard sans concession sur les maux de notre société et sur les êtres qui en font l’actualité.
Comme vous le savez sans doute déjà, votre caricature des 27 et 28 mars dernier m’a fait bondir puisqu’elle suggérait que tous les prêtres étaient pédophiles mettant en présence un évêque et un enfant dans un dialogue plus que douteux. Cela m’a profondément blessé.
Ayant la chance d’être écouté et peut être entendu par une partie des médias, j’ai immédiatement réagi à l’infâmant amalgame que votre dessin suggérait, en créant notamment un blog, consulté en quelques jours plus de dix mille fois (www.jaimemonpretre.com).
Avant tout soyez en sûr, j’ai honte des faits qui sont reprochés à certains de mes confrères, ne leur trouvant aucune excuse, si ce n’est celle d’être des malades, la pédophilie constituant une perversion pour le psychologue que je suis.

Le pape Benoît XVI a réagi, anticipant, je l’espère, les réactions d’autres institutions, y compris celle de la famille où la pédophilie est la plus fréquente. Avec lenteur malheureusement, et de fait dans la douleur, nous nous acheminons enfin vers la tolérance zéro.
Cependant, de grâce, ne mettez pas tous les prêtres dans le même sac, réducteur et insultant ! En disant cela je ne fais pas preuve d’un quelconque sentiment régressif ou étriqué, ni d’un intégrisme calé sur des peurs, mais je crie à l’injustice au nom de la très grande majorité de mes frères prêtres, fidèles et loyaux.

Si je prends aujourd’hui la liberté de vous répondre, c’est qu’à mes yeux, être démocrate ne prive pas du droit de réagir, et ce n’est pas faire preuve d’identitarisme ou de replis que de le faire. Le débat est indispensable à la vie en société, à la vie en Eglise !
C’est pourquoi, face aux critiques très « Franco/Françaises », et donc très réductrices, vis à vis de celle-ci, de son fonctionnement ou de son organisation, j’aurais aimé lire ou entendre, que tous les dix jours en moyenne un prêtre est assassiné dans le monde, rejoignant dans la mort un grand nombre de chrétiens persécutés pour leur foi.
Que dire de ceux qui croupissent en prison depuis des années, et des autres que l’on oblige à se taire, alors qu’ils sont « la voix des sans voix », expression chère à Jean Paul II.

Alors à tous ceux qui sont si prompts à critiquer les prêtres et même si d’aucuns considèrent qu’en tant que simple curé, je n’ai pas le temps de penser, j’aimerais dire :
Non, les prêtres ne sont pas tous des pédophiles !
Non, le prêtre n’est pas cette figure omnipotente qui dominerait les esprits (dans votre dessin les enfants), il n’est pas non plus le dominant asservissant ses paroissiens ; cette vision digne des périodes les plus obscures du haut Moyen-âge, mais totalement dépassée dans les faits, n’est pas digne de l’énergie, du temps donné, et du sang versé par de nombreux prêtres.
Etre prêtre n’est pas simple : Mettre sans cesse de l’espérance là où il n’y en a plus, souffler au quotidien sur des braises pour rallumer le feu, exige du prêtre qu’il se donne sans cesse et je sais personnellement qu’un jour cela m’emportera totalement.
Ce qui nous guide, ce qui nous anime malgré nos faiblesses, c’est avant tout le désir d’un monde plus juste où chaque être humain aura sa place qu’elle que soit sa situation, son état ou son origine.

N’oubliant jamais que ce qui n’est pas humain ne peut être divin, le prêtre est constamment là, disponible, pour soutenir, accompagner, annoncer, habité par un désir qui le fait regarder vers un horizon qui le dépasse.
Ainsi, nous, Prêtres, devons témoigner du Christ par nos paroles et par nos actes. Avec Lui, prêtres et laïcs, que l’on ne saurait ni opposer ni confondre, nous venons de célébrer à Pâques la victoire sur la mort, sur toutes les morts.
C’est de ces morts quotidiennes (maladie, chômage, ruptures, abandons…) que les prêtres aident leurs contemporains à se relever.
Montrons nous dignes d’une telle mission !

Père Patrice Gourrier

Curé de saint Porchaire à Poitiers

Psychologue clinicien et auteur de « Curé qui es-tu ? » aux Presses de la Renaissance.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

Retour aux autres articles


Forum
Répondre à cet article


puceArchives puceEspace rédacteurs puce



2008-2017 © Paroisse Ste Marie en Plaine et Marais - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.22