Paroisse Ste Marie en Plaine et Marais
Slogan du site

Pour commencer, choisir une rubrique

Prier pour les défunts
Article mis en ligne le 15 novembre 2008
dernière modification le 17 novembre 2008
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Hier nous avons célébré nos frères aînés qui ont atteint le bonheur en Dieu. Et aujourd’hui 2 novembre, l’Eglise nous invite à nous souvenir de ceux qui ont déjà passé la mort, mais qui poursuivent encore leur route vers la plénitude de ce bonheur.

Si la fête de la Toussaint est toute rayonnante de joie, celle du 2 novembre est plus recueillie, car nous sommes invités à prier pour ceux qui sont déjà entrés dans la lumière de la vie, mais qui n’ont pas encore entièrement achevé leur purification dans le Feu de l’Amour de Dieu. Leur souffrance est en effet celle de l’amour…il n’y a pas plus grande souffrance que celle de l’amour : se découvrant aimés infiniment par Dieu, ils découvrent en même temps combien ils sont encore incapables de répondre à cet amour infini, tant ils peuvent être toujours liés aux biens éphémères et illusoires de ce monde. Peut-être, ont-ils encore un chemin à vivre pour atteindre le véritable Amour de Dieu ? Aussi c’est le désir brûlant de Dieu, qui va les libérer progressivement de ce qui les empêche de se jeter dans les bras de leur Seigneur, pour trouver en lui leur béatitude.

Dans la Parole de Dieu, nous n’avons aucune révélation directe de ce que nous appelons le « purgatoire » qui n’est autre qu’une purification par le Feu de l’Amour de Dieu. Cependant, deux siècles avant J.-C, nous trouvons le témoignage (en 2 Macc 12, 46) de la croyance en la valeur et en l’efficacité de la prière pour les morts. L’Eglise primitive a fait sienne cette doctrine et a développé dès le second siècle la prière pour les morts. Cette pratique va prendre de l’ampleur vers le Xe siècle, lorsque Saint Odilon, cinquième Abbé de Cluny, introduira la fête de la commémoration de tous les fidèles défunts au lendemain de la Toussaint. Nous remarquons aussi que les Juifs ainsi que l’Eglise d’Orient prient, comme nous, pour leurs défunts. En Occident, les conciles œcuméniques de Florence au XVe s. et de Trente au XVIe s. ont confirmé que cette prière pour les défunts, vécue dans une même communion entre le ciel et la terre, peut nous aider tous à nous purifier dans l’Amour de Dieu. Ceci a été repris par le Concile Vatican II, dans Lumen Gentium, 49.

Reprenant ces textes du Concile, Jean-Paul II dit ceci : « Unie aux mérites des saints, notre prière fraternelle vient au secours de ceux qui sont en attente de la vision béatifique.... J’encourage donc les catholiques à prier avec ferveur pour les défunts, pour ceux de leurs familles et pour tous nos frères et sœurs qui sont morts, afin qu’ils obtiennent la rémission des peines dues à leurs péchés et qu’ils entendent l’appel du Seigneur à entrer dans la plénitude de sa gloire. » Voilà ! notre prière pour nos défunts nous met tous solidairement en marche vers la Lumière, vers la Vie.
Je voudrais aussi dire un petit mot au sujet de l’Eucharistie : le Concile Vatican II voit dans l’Eucharistie « une anticipation du banquet céleste ». Notre réponse d’amour à l’Amour de Dieu se vit soit en partageant le pain et le vin eucharistique sur terre, soit en vivant déjà de la Lumière de Dieu dans la Maison du Père : Nos défunts sont les premiers convives de cette Table du Royaume, et l’Eucharistie nous associe à eux…. Nous sommes tous à la même table, mais de manière différente. Jadis, en de nombreuses régions, on enterrait les morts autour de l’Eglise, car ils continuent à faire cercle autour du Mystère Pascal célébré dans l’Eucharistie.

L’Eucharistie est ainsi le « Sacrement » des retrouvailles avec nos défunts. Nous nous asseyons à la même Table, nous dans l’ombre, eux dans la Lumière. Mais les défunts restent invisibles pour nous sur terre. Ils sont dans la Maison du Père, tandis que nous nous trouvons dans la rue et par la fenêtre on peut voir les gens de la rue, sans en être aperçu ; quand nous célébrons l’Eucharistie en communion avec nos défunts, nous sommes regardés par eux avec amour, .... mais nos regards ne pénètrent pas jusqu’à eux dans la demeure éternelle. Ils ne sont pas avec nous physiquement, là où ils étaient jadis ; pourtant ils nous sont présents là où nous sommes. C’est le Christ qui nous rassemble. . .C’est l’Amour de Dieu qui nous unit…C’est lui qui est notre communion. Prions les pour qu’ils soient Lumière pour notre route de la Terre et pour qu’avec eux nous devenions des saints.

Louis Morandeau


Forum
Répondre à cet article


puceArchives puceEspace rédacteurs puce



2008-2017 © Paroisse Ste Marie en Plaine et Marais - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.48