Paroisse Ste Marie en Plaine et Marais
Slogan du site

Pour commencer, choisir une rubrique

Quatre défis pour les dix ans à venir
Article mis en ligne le 24 avril 2010
dernière modification le 5 février 2013
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

1° défi : Un rapport ajusté aux changement(s).
Ce que Denis Villepelet appelle la grammaire élémentaire de l’existence : les fondamentaux, les règles de vie, sont bouleversés. Nos rapports au temps, à l’espace, au corps, à l’autre et à la société ont évolué : il est naturel de travailler le dimanche ou de favoriser la consommation, ce qui compte c’est de profiter du moment présent... Difficile d’appréhender le changement dans le contexte d’aujourd’hui car tout bouge en même temps. Nous mettons en place des résistances : des croyances, des choses apprises, héritées.
Cela demande de faire appel à nos différentes ressources, de faire le deuil d’une manière de vivre... Comment vivre le changement :
- en avoir un rapport juste, prendre conscience des résistances et faire de la prospective
- se dire ce à quoi on tient absolument, les choses à éviter...
- ne pas en rester à la peur et trouver de la joie, de l’envie devant ce qui vient ...
Où les mouvements catholiques sont-ils attendus aujourd’hui - Ne pas rester figés dans les structures
- Etre capables de s’adapter aux mentalités nouvelles et aux attentes des membres et futurs membres.
- Prendre en compte les préoccupations nouvelles l’environnement, le respect de l’humain
- Etre attentifs à l’identité chrétienne (place de la Parole de Dieu, liens avec les autres mouvements, porter des projets communs ...)

2° Défi : Se situer dans un monde oublieux de ses racines.
D. Hervieu-Léger, sociologue, dans son livre
« Catholicisme, la fin d’un monde » (2003) parle d’exculturation : les valeurs ne se transmettent plus, les jeunes se désintéressent de la foi, il n’y a plus de référence chrétienne... le travail le dimanche et pas de référence au repos, le respect de la vie et la recherche sur l’embryon, le mariage... Consciemment ou non, la culture des Français façonnée par le catholicisme se perd : Cl. Flipo parle d’un « peuple amnésique qui ne reconnaît plus ses racines et qui n’a plus d’autres horizons que le pouvoir d’achat et les loisirs. »
Une piste parmi d’autres : le service de la liberté des personnes.
que peut-on faire de cette liberté ?
Sans limite, comment tenir debout ?
La vie sociale ne peut se réduire à l’économique. L’importance de l’engagement et de la durée...

3° Défi : Prendre en compte « une évolution croisée » (J. Doré).
On constate un éclatement des formes religieuses parfois s’opposant et déconcertantes.
Mgr Joseph Doré parle :
- d’une part de disqualification du religieux : la religion portée en dérision, l’intégrisme, ou la prise systématique du contre-pied
- et d’autre part, l’éclatement du religieux : le protestantisme, le judaïsme, l’importance du fait musulman, des groupes évangéliques ou évangélistes, les religions orientales... et aussi des catholiques qui disent ne plus croire à la Résurrection. Pour J. Doré : « La religion apparaît comme relevant d’un choix véritable. » Cela peut être une chance pour la proposition de la foi.
Une piste : le multiculturalisme... ce qui s’est enclenché avec le Synode et qui est appelé à se poursuivre...

4° défi : Un sens de l’homme tronqué.
Benoît XVI parle dans sa dernière Encyclique de « développement de tout l’homme et de tous les hommes ». Il souligne constamment l’importance de prendre en compte toutes les dimensions de l’homme.
Aujourd’hui, les évolutions risquent de mettre à mal l’identité même de l’homme. Dans le projet de loi sur la bioéthique, on parle de « gestation pour autrui » pour les « mères porteuses ». Jusque-là, on disait « grossesse » pour une femme, « gestation » pour un animal ? N’est-ce pas une manière de nier l’humanité ?
Et autre aspect de l’Encyclique de l’homme dans toutes ses dimensions : le principe de don et de gratuité. Il y a autre chose que la logique du donnant/donnant, ou des relations vendeur/acheteur et qui doit être également pris en compte par l’économie.

Jean-Marie Bounolleau (Mars 2010)

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

Retour aux autres articles


Forum
Répondre à cet article


puceArchives puceEspace rédacteurs puce



2008-2017 © Paroisse Ste Marie en Plaine et Marais - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.22