Paroisse Ste Marie en Plaine et Marais
Slogan du site

Pour commencer, choisir une rubrique

Que nous apprenions à vivre l’unité par l’accueil de la richesse de la différence de l’autre
Article mis en ligne le 16 mai 2010
dernière modification le 17 mai 2010
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

QUE TOUS SOIENT UN (Jean 17, 20 - 26)

Cette prière sacerdotale de Jésus nous situe à la veille de sa mort, le jeudi soir. Après avoir longuement donné ses dernières confidences à ses amis qu’il va quitter, il s’adresse au Père, il prie avec certainement beaucoup d’angoisses, mais aussi de confiance…

Voilà donc un homme (Jésus) d’une trentaine d’année qui va mourir, n’ayant eu que trois ans pour commencer son œuvre. Il voyait les multitudes d’êtres humains depuis l’origine du monde jusqu’à la fin des temps, qui chercheraient des raisons de vivre… Jésus a prié pour tous ceux qui au cours des âges, mettraient leur confiance en lui : il a prié pour moi ce soir là. Oui ! chacun(e) de nous, nous faisions partie de sa prière. Cette prière d’un soir, Saint Paul dira qu’elle ne s’arrête jamais. Jésus continue toujours de prier pour notre humanité parfois bien désorientée, humanité dont nous faisons partie. Chacun et chacune de nous nous faisons toujours partie de la prière de Jésus. Et qu’est-ce que Jésus demande pour nous, pour moi : que tous, nous soyons unis ! Le souhait fondamental de Jésus pour l’Eglise et pour le monde, c’est l’unité....mais cette unité, il faut la comprendre dans le sens de la fidélité, c’est-à-dire de la foi en l’autre. Jésus avait tellement confiance en son Père, qu’ils ne faisaient qu’un... Voilà le sens de la vraie fidélité...que nous avons beaucoup de mal à vivre aujourd’hui, que ce soit dans nos familles, dans nos entreprises ou sur tous nos lieux de vie..
Comme Jésus a pressenti l’agitation et le mouvement des foules autour de lui, il a aussi pressenti le grand drame des divisions entre les hommes et même entre les chrétiens. Oui, l’unité est l’un des thèmes douloureux de l’actualité. Mais ne confondons pas unité et uniformité : l’unité, c’est l’accueil de l’autre avec sa différence, avec la richesse de sa différence. D’ailleurs, l’unité des hommes n’est pas un thème pour notre réflexion, c’est une attitude profonde du cœur de chaque être humain. Que d’unions brisées, que d’oppositions, que de haines… dans notre monde, dans nos familles, dans nos village, et aussi dans notre Eglise marquée de cette même humanité !

Jésus ne nous invite pas à vivre une vague bonne entente entre nous, ni même une honnête tolérance ou encore une coexistence pacifique entre des blocs farouchement décidés à supprimer l’autre si possible. Mais le modèle que Jésus nous donne, c’est celui de la Trinité. « A plusieurs, vivant une différence profonde, ne faire qu’un… dans l’Amour. » Nous rêvons toujours, en fait, d’une unité facile, qui serait que les autres qui ne pensent pas comme nous… nous rejoignent. L’union et la paix ne pourront jamais se faire par la suppression de quelqu’un qui ne pensent pas comme nous. En voulant supprimer l’autre, on se fragilise encore beaucoup plus soi-même  : regardez qui se passe au Moyen Orient, en Irak… En Dieu, au contraire, les personnes restent totalement distinctes et se respectent les unes les autres, mais vivent une communion totale, sans confusion… L’unité selon Dieu ne consiste pas à gommer les richesses différentes de chaque groupe ou de chaque personne, l’unité ne consiste pas à dominer l’autre… Pourquoi faudrait-il que toutes les races, toutes les cultures, toutes les religions, tous les nombreux mouvements d’Eglise, perdent ce qui fait leur originalité voulue par Dieu comme une richesse. Tout le monde parle aujourd’hui de pluralisme et de paix, mais combien prennent les moyens pour construire un monde où l’amour de l’autre serait premier ? Sommes nous vraiment prêts au fond de nous mêmes à accueillir et à vivre avec un être humain différent de nous, un être humain qui est un frère ? N’accusons jamais ceux qui font la guerre au loin si au fond de nous-mêmes nous entretenons des sentiments de haine ou d’exclusion à l’égard de nos proches.

Aujourd’hui, Seigneur, apprends-nous le véritable amour de l’autre… Apprends nous la fraternité… Apprends-nous la véritable unité !

P. Louis Morandeau


Forum
Répondre à cet article


puceArchives puceEspace rédacteurs puce



2008-2017 © Paroisse Ste Marie en Plaine et Marais - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.22