Paroisse Ste Marie en Plaine et Marais
Slogan du site

Pour commencer, choisir une rubrique

Qui peut entendre notre cri, notre prière ?
Article mis en ligne le 17 octobre 2010
dernière modification le 3 décembre 2010
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Luc 18, 1-8 LE JUGE ET LA VEUVE

Nous ne sommes pas les premiers à nous heurter aux difficultés de la prière...Les Apôtres eux-mêmes se décourageaient...et Jésus a été obligé de les remonter. Pour nous aujourd’hui, il y a mille raisons pour ne pas prier...Lorsque nous sommes dans la nuit complète, il ne nous est pas possible de lever les yeux vers Dieu tellement ils sont alourdis. Et toute l’ambiance de ce siècle nouveau ne nous parle que de peur, de violences, de domination de l’autre.... Pourquoi passer son temps à prier si cela nous paraît être du temps perdu ?

Jésus a choisi, encore une fois, un exemple aussi noir que possible, pour nous faire comprendre ce qu’il veut nous dire. Un juge oriental, seul à exercer sa fonction dans une petite ville, sans contrôle supérieur, et qui peut faire traîner le procès à son gré. Un homme qui ne craint ni Dieu, ni diable, et qui méprise tout le monde.

Face à lui , une “veuve”, le symbole même de ces pauvres sans recours et sans ressources, voués à l’exploitation des riches “adversaires”...une “femme” sans aucun appui juridique, sans mari pour s’imposer....une veuve qui crie sa souffrance....

Et voici les paroles du juge : “Je ne respecte pas Dieu et je me moque des hommes, mais cette femme commence à m’ennuyer ; je vais lui rendre justice pour qu’elle ne vienne plus sans cesse me casser la tête”. Voici en peu de mots, le portrait d’un égoïste cynique. S’il lui arrive de faire le bien, de “rendre justice”, qu’on ne s’imagine pas que c’est un mouvement de bonté. Simplement un heureux hasard a fait que le bien d’autrui coïncide avec son intérêt propre : Ce juge n’agit toujours que pour lui. Il va rendre la justice à cette veuve pour qu’elle ne lui “casse plus les pieds”. A force de crier, chez les hommes , on peut être exaucé simplement pour qu’on ne se “casse plus lies pieds mutuellement”.
Jésus veut nous dire par là que si, chez les hommes qui se haïssent, la prière est exaucée....à plus forte raison, elle sera exaucée par Dieu , lui qui agit toujours par pur amour pour chacun(e) de nous. Et Dieu aime entendre notre prière....comme des parents qui aiment entendre le cri de leur enfant. Jamais nous ne pourrons déranger Dieu ou l’importuner par nos prières et nos cris car entre lui et nous, c’est une relation d’amour. Voilà ! Ce qui fonde une prière ou une demande à Dieu ou à une autre personne, c’est le mode de relation que nous avons établi et que nous vivons entre nous : ce que l’on obtient par la force n’est jamais source de vie...mais ce que l’on demande dans un climat de confiance et de respect mutuel est capable de transformer le monde, car alors c’est l’amour qui transforme les coeurs et qui grandit. N’ayons pas peur d’aller à Notre Père du ciel en toute confiance et de lui crier tout le poids de nos souffrances, si nous vivons ce climat de confiance avec lui. La prière est un cri vers Dieu...un cri qui espère un accueil d’amour. Le plus beau regard que quelqu’un peut porter sur moi, c’est celui qui m’espère.

Nous le savons par expérience : ce que nous demandons à Dieu n’est pas toujours le meilleur. Nous ne pouvons pas pénétrer les pensées du Seigneur...Et puis, il nous faut du temps pour grandir...et même les épreuves, dans une vie, sont des étapes d’une croissance. Que deviendrait le germe du blé qui refuserait toute épreuve au cours de sa croissance (y compris sa mise en terre et son passage par la mort), et qui voudrait exiger la récolte au lendemain des semailles ? Ne vivons nous pas nos prières de cette manière là ? Mais la prière enracinée au cœur de nos vies, celle qui jalonne souvent nos épreuves, devient CRI DE L’HOMME VERS DIEU, elle devient le signe que l’homme participe lui-même à sa croissance. Jésus nous dit d’avoir confiance : “Je vous le déclare, Dieu fera justice à ses élus qui crient vers lui jour et nuit....”. « Mais le Fils de l’Homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur terre ? » : dans le mot « foi », il y a une dimension de confiance et d’amour.
N’aie pas peur....laisse toi regarder par le Christ, car il t’aime.

P. Louis Morandeau


Forum
Répondre à cet article


puceArchives puceEspace rédacteurs puce



2008-2017 © Paroisse Ste Marie en Plaine et Marais - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.22