Paroisse Ste Marie en Plaine et Marais
Slogan du site

Pour commencer, choisir une rubrique

Rencontre d’été 2010 avec le Père Pierre Landreau
En vacances dans sa famille, tout près de Benet...
Article mis en ligne le 18 août 2010
dernière modification le 5 février 2013
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Rencontre d’été 2010 avec
le Père Pierre Landreau, prêtre à Bamako (Mali).


La rubrique « Ouverture à l’universel » nous a déjà permis d’être en lien avec le Mali, grâce à des correspondances du Père Pierre Landreau qui est prêtre en mission dans ce pays d’Afrique..

Début août, le Père Pierre Landreau était en vacances dans sa famille, tout près de Benet, pour quelques jours encore avant de rejoindre sa paroisse à Bamako. C’est avec beaucoup de gentillesse qu’il a répondu favorablement quand, à la sortie d’une messe de dimanche, je lui ai demandé s’il était disponible pour une rencontre dans le but de mettre un article sur le site.

Nous nous sommes donc retrouvés au presbytère de Benet, le mardi 10 août, après l’eucharistie qu’il a célébrée, ce matin-là, en l’église de Benet. Nous avons été accueillis par le Père Joseph Blanchard, sur le départ pour la messe au Mazeau, Michèle Tessier, de permanence ce jour-là, était là également Béatrice Guérineau au travail dans son bureau. Vous le voyez même en plein mois d’août, si vous en doutiez…il n’y a pas « vacance » au presbytère de Benet !!!

Cet entretien a d’abord porté sur des questions personnelles puis sur le Mali d’un point de vue politique, géographique, humain et enfin sur l’Eglise au Mali.

¤ D’abord quelques questions personnelles, nous avons parlé date, lieu de naissance, « cursus » : né en 1938 à Coulon, école suivie à Ste Mathilde à Benet, c’est le Père Guilloteau curé de Benet qui fait surgir sa vocation à devenir prêtre, premiers cours de latin …à Benet. Coulon relevant du diocèse de Poitiers, c’est dans ce diocèse qu’il suivra les cours au séminaire. Entrée chez les Pères blancs, Société des Missionnaires d’Afrique fondée par le cardinal Lavigerie, études en France puis en Belgique et ordination à Poitiers le 29 juin 1965 puis départ au Mali en 1966.

¤ Ensuite, sont venues des questions sur le pays et la situation politique : au nord du pays il y a la nécessite d’intégrer la population touareg comme au Niger avec la présence d’Al-Qaida Maghreb (aqmi), les relations entre ethnies avec les frontières qui ne correspondent pas à leur implantation géographique ; la volonté du gouvernement depuis l’indépendance (1960) de réaliser un brassage de ces ethnies à partir des nominations des fonctionnaires pour constituer une unité malienne ; cette unité se révèle plutôt « naturelle » dans la vie quotidienne des maliens.
Le pays est agricole et peut se suffire à lui-même culture du riz, du coton et élevage, une autre ressource importante : l’or. Les pays étrangers qui y sont influents : la France, La Russie et la Chine.
La vie est différente en ville et à la campagne, la population de Bamako est toujours en augmentation et difficile à chiffrer.
Les progrès en matière de santé et d’éducation sont importants. La lèpre y est en nette diminution, le Sida fait l’objet de campagnes d’information et les traitements sont pris en charge par le gouvernement. De gros efforts sont faits concernant la scolarisation, lutte contre l’absentéisme, scolarisation des filles. Les résultats des examens, cette année, ont été à la baisse dans le but de relever le niveau des études.

¤ L’Église au Mali : 6 diocèses.
J’ai retenu cette très belle expression du père parlant d’une « minorité rayonnante  » de 2% de catholiques dont l’adhésion réfléchie, éprouvée est source de grande espérance.
Les chrétiens sont reconnus et respectés en tant que croyants et hommes « droits ». Les laïcs sont actifs, sur la paroisse actuelle du père à Bamako, Paroisse des Martyrs de l’Ouganda, 120 personnes sont engagées et 50 font la catéchèse. Un centre « Foi et Rencontre » a été crée pour le dialogue inter-religieux Islam et Christianisme. Un gros effort est fait concernant l’étude de la Parole de Dieu. Les évêques relaient les avis donnés par Le Pape, les "exigences" de Rome sont acceptées.
Voilà, un peu, la teneur de cette rencontre sympathique, très intéressante mais pas si facile à relater... Heureusement, le Père Landreau nous a laissé des documents qui complèteront utilement ces quelques propos ! Ils seront bientôt mis sur le site … patience…
et à bientôt au Mali !

Brigitte Mossion.

Quelques photos illustrent cette rencontre…


¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤


¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

Retour aux autres articles


Forum
Répondre à cet article
Avec le Père Pierre Landreau, prêtre à Bamako, Mali
- le 22 septembre 2010

Bonjour,
Déjà plus d’un mois que votre article est paru sur le site, et j’aurais du être « le premier à réagir » ! Mais depuis mon arrivée à la paroisse, j’ai été presque seul comme prêtre, le curé ayant été pris par l’animation de 2 camps bibliques d’une semaine, pour des étudiants et universitaires : une soixantaine chaque fois. (Quelque chose de merveilleux que j’aimerais vous partager !)
Voici ma réaction : un grand merci pour avoir pu rassembler notre conversation en un texte si clair et précis. Le seul petit détail que je signale, c’est la date de l’indépendance : 1960 au lieu de 1956, c’est en effet aujourd’hui qu’ont lieu les festivités du Cinquantenaire de l’Indépendance du Mali !
Merci et Félicitations. A bientôt.
Pierre Landreau

Merci
- le 5 octobre 2010

Bonjour, Oui, merci d’avoir signalé cette grosse erreur, je n’ai pu faire la correction plus tôt ayant été absente de chez moi pendant un bon mois. C’est chose faite aujourd’hui !!!
Nous pensons que les festivités du cinquantenaire de l’indépendance ont donné lieu à des manifestations joyeuses de fraternité. A bientôt pour des échos du Mali. Brigitte Mossion



puceArchives puceEspace rédacteurs puce



2008-2017 © Paroisse Ste Marie en Plaine et Marais - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53