logo site
Paroisse Ste Marie en Plaine et Marais
Slogan du site

Pour commencer, choisir une rubrique

logo article ou rubrique
Carême 2018 : Solidaire ... pas solitaire pour vivre le Carême ensemble.
Article mis en ligne le 5 avril 2018
dernière modification le 31 mars 2018

par BFCM
logo imprimer
VOUS N’ÉTIEZ PAS INSCRIT L’AN DERNIER,
VOUS SOUHAITEZ RECEVOIR LA PRIÈRE CHAQUE MATIN,




" Solidaire... pas solitaire pour vivre le carême ensemble"


Le pape François nous rappelle souvent combien il est important d’être à l’écoute de son prochain, d’être bienveillant et de faire preuve de charité pour bâtir un monde plus juste et plus fraternel.

Cinq semaines, cinq étapes vers Pâques ;
Entrer dans un chemin de conversion...
Vivre la rencontre de l’autre et celle du tout-Autre...
Changer notre regard, que notre solidarité se fasse quotidienne !


SOLIDARITÉ : Main dans la main...


DIMANCHE 1 AVRIL 2018, Pâques, dimanche de la Résurrection
(Ac 10,34a.37-43 ; Ps 117 ; Col 3, 1-4 ou1 Co 5, 6b-8 ; Séquence ; Jn 20, 1-9 ou Mc 16, 1-17)

« Le premier jour de la semaine, Marie-Madeleine se rend au tombeau de grand matin ; » (Jn 20, 1)

En ce matin de Pâques, Marie-Madeleine, l’amoureuse ; Jean, le croyant et Pierre, espérant, ont couru jusqu’au tombeau ouvert. Suivons-les. Soyons nous aussi de ceux qui, le matin, témoignent en ce monde que le Christ est vainqueur malgré les apparences qui sont parfois contraires, Aimons, croyons et espérons ! Oui, désormais, c’est le Christ qui fait rouler la pierre de notre vie, celle de nos manques d’amour, de nos doutes, de nos désespoirs.

Seigneur, donne-moi l’amour de Marie-Madeleine, la foi de Jean et l’espérance de Pierre. Roule la pierre de mon cœur, soulève-moi, élève-moi. Fais de moi aussi un disciple missionnaire courant annoncer que tu es Vivant et que je le suis grâce à toi moi aussi. Et pour tout cela je te dis merci.


S’ÉLEVER : "Allégés (tels ces ballons qui s’élèvent), libérés, enrichis par la rencontre de l’autre, poursuivons notre chemin vers l’Essentiel".

© Sacha Lenormand. Carême 2018 CCFD

SAMEDI 31 MARS 2018, Samedi Saint, 40e jour de carême
(Textes de la Liturgie des Heures)

Silence du tombeau !... Voici l’heure du repos, le temps de l’espérance.

"Silence du tombeau !... Voici l’heure du repos, le temps de l’espérance.
Détresse du tombeau !...Voici l’heure du repos, le temps de la promesse.
Mystère du tombeau !... Voici l’heure du repos, le temps d’ouvrir la terre.
Victoire du tombeau !... Voici l’heure du repos, le temps de notre gloire". (Hymne du matin)

"Brillez déjà, lueurs de Pâques,
Scintillez au jour de demain,
Annoncez l’époux qui revient,
Éveillant tout sur son passage.
La nuit ne saurait retenir
Ce corps où monte le désir
De recommencer un autre âge.
...
La plaie qu’il porte à son côté
S’ouvre pour qu’un peuple en renaisse." (Hymne du soir)

En cette nuit de Pâques, Huguette et Amandine vont naître par le baptême à la Vie Nouvelle !
Elles se sont préparées au sacrement aidées, guidées, soutenues chacune par une équipe d’accompagnement.
Notre communauté paroissiale a eu la grâce de vivre ce temps de carême en faisant avec elles le chemin vers Pâques, en leur portant une attention toute particulière.
Belle occasion pour chacun de réfléchir sur son propre baptême. Qu’avons-nous fait de notre baptême ? Que faisons-nous de notre baptême ? Certes, nous avons été baptisés il y a X années... mais disons plutôt : nous sommes baptisés et nous avons à vivre notre baptême au quotidien ! Disciples-missionnaires, voilà ce que nous sommes, ce que nous avons à être !
Vivons notre baptême solidairement... non pas solitairement mais en Église, en paroisse, en famille, dans nos quartiers, sur nos lieux de travail !

Oui ! Merci, Seigneur, pour la vie que tu nous donnes, Tu es Vie !
Oui ! Seigneur tu es ressuscité ! Tu es vraiment ressuscité ! Alléluia !


SE DONNER : comme les 36 paroissiens ont donné leurs mots pour prier main dans la main avec les 525 inscrits à la prière de carême !


VENDREDI 30 MARS 2018, Vendredi Saint, 39e jour de carême
(Is 52, 13 à 53, 12 ; Ps 30 ; He 4, 14-16 et 5, 7-9 ; Jn 18, 1 à 19, 42)

" Maltraité, Il s’humilie Il n’ouvre pas la bouche (Is 53, 7)

En fait, c’étaient nos souffrances qu’Il portait, nos douleurs dont il était chargé. (Is 53, 4)
...
Nous étions tous errants comme des brebis
chacun suivait son propre chemin.
Mais le Seigneur a fait retomber sur lui nos fautes à nous tous. (Is 53, 6)

"O Père, en tes mains, je remets mon esprit." (Luc 23, 46)
Il n’y a pas d’amour plus grand que la Croix
Il n’y a pas de liberté plus vraie que celle de l’Amour
Il n’y a pas de fraternité plus pleine
que celle qui naît de la Croix de Jésus.

" Mon Dieu, vous m’avez aimé jusque-là, jusqu’à la mort.
Prosterné au pied de votre croix, je remets mon âme entre vos mains.
Je vous supplie de faire de moi ce qui vous plaira le plus ;
Je vous donne ma vie ; accomplissez en moi votre volonté"
(Charles de Foucauld, extrait de l’Imitation du Bien-Aimé)


SE DONNER : “Tu t’es fait serviteur et tu t’es approché le premier des pauvres, des petits, des rejetés”


JEUDI 29 MARS 2018, Jeudi Saint, 38e jour de carême
(Ex 12, 1-8.11-14 ; Ps 115 ; 1 Co 11, 23-26 ; Jn 13, 1-15)

« Jésus ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’au bout » (Jn 13, 1)

“Le Verbe s’est fait chair.” (Jn 1, 14)
Devenu l’un de nous, Il a travaillé, accueilli, enseigné, guéri…Maintenant, Il sait que l’heure du don total, “son Heure” est toute proche.
Prenant la place de l’esclave, Il se met à laver les pieds de ses disciples. Geste inouï : Lui le Maître et le Seigneur se fait l’humble serviteur. Par sa Vie donnée, livrée, Il signe l’Amour extrême de Dieu qui, en son Fils, vient sauver l’Humanité. Lui le Tout Puissant, Il nous montre comment et jusqu’où nous devons nous aimer les uns les autres.
« Si donc moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous aussi, vous devez vous lavez les pieds les uns les autres. C’est un exemple que je vous ai donné afin que vous fassiez, vous aussi, comme j’ai fait pour vous. » (Jn 13, 14-15)
Admirable échange ! Il a pris notre humanité et chaque fois que nous faisons mémoire de son ultime Sacrifice dans l’Eucharistie, nous sommes transformés en Lui.

Seigneur Jésus, Toi qui nous as aimés jusqu’à donner ta Vie pour nous, apprends-nous, apprends-moi le vrai service, service humble, aimant envers nos frères, tous nos frères.
Fais-moi don de ta Tendresse pour en être le témoin près de tous, par un regard, un sourire, une écoute vraie et fraternelle. Ouvre mes yeux pour je découvre ce que Tu vis de bon et de beau en chacun de mes frères.

SE DONNER : Aimer c’est tout donner et se donner soi-même.(Ste Thérèse)

© Atxik Berrituz. Carême 2018 CCFD

MERCREDI 28 MARS 2018, Mercredi Saint, 37e jour de carême
(Is 50, 4-9a ; Ps 68 ; Mt 26, 14-25)

« Profondément attristés, ils se mirent à lui demander, chacun son tour : serait ce moi, Seigneur ? »

De cet évangile de Saint Matthieu on pourrait être tenté de ne retenir que l’histoire de Judas, le fait qu’il ait livré Jésus ;
Or chacun des disciples au cours de ce repas se pose la question de son éventuelle culpabilité : serait ce moi Seigneur ?
Dans ce moment crucial de confrontation entre Jésus et ses disciples, chacun d’eux est amené à s’interroger sur sa propre fragilité malgré tout l’amour qu’ils portent à Jésus.
Et moi en ce début de semaine Sainte, où en suis-je de ma fidélité à Jésus ?

Seigneur, aide-moi à répondre à ton Amour exigeant qui ne souffre pas les compromissions !
Purifie mon cœur, mon corps, mon âme.
Comme Jésus à la veille de sa passion, je me tourne vers Dieu
« Dans ton grand Amour, Dieu, réponds-moi, c’est l’heure de ta grâce » (Ps 68, 14b)

SE LIER : Le pardon vient renouveler nos liens fraternels et nous apporte la joie !


MARDI 27 MARS 2018, Mardi Saint, 36e jour de carême
(Is 49, 1-6 ; Ps 70 ; Jn 13, 21-33.36-38)

« Oui, j’ai de la valeur aux yeux du Seigneur, c’est mon Dieu qui est ma force. » (Is 49, 5b)

Même pour que Judas le livre, c’est Jésus qui est à l’initiative ! Dans cette page d’évangile, rien ne s’est fait que Jésus n’ait autorisé : paradoxal ? Pas si sûr… D’abord, il y a une conséquence à cela, qui en dévoile le motif : « Maintenant le Fils de l’homme a été glorifié et Dieu a été glorifié en lui » (Jn 13, 31). Dans toute l’écriture sainte, Dieu, qui cherche la relation avec l’homme, se manifeste le premier, se donnant par ses multiples alliances.
Pourquoi ? Car « J’étais encore dans le sein maternel quand le Seigneur m’a appelé » (Is 49, 1). Et c’est parce que nous sommes alors ainsi mis en mesure de se laisser toucher dès notre conception par le Créateur, que nous pouvons lier une relation d’amour avec lui, la reproduire avec les autres et dire, en juste réponse : « Seigneur mon Dieu, tu es mon espérance ». (Ps 71, 5)

Aide-nous Seigneur à Te remettre toujours au centre des liens que nous tissons : notre solidarité n’est réelle que si elle repose sur cette relation d’abord tissée par Toi avec chacun de nous. Fais briller de mille éclats divers nos relations fraternelles par le cercle vertueux de ton échange permanent d’amour avec chacun de nous, tissé au fond de nos cœurs à chaque instant !

SE LAISSER TOUCHER : La joie même surprenante d’un enfant se laisse accueillir grâce à sa tendresse communicative !


LUNDI 26 MARS 2018, Lundi Saint, 35e jour de carême
(Is 42, 1-7 ; Ps 26 ; Jn 12, 1-11)

“Tu ouvriras les yeux des aveugles, tu feras sortir les captifs de leur prison, et, de leur cachot, ceux qui habitent les ténèbres.” (Isaie 42, 7)

Aujourd’hui, Jésus nous montre que la valeur de la vie ensemble réside bien au-delà de sa dimension économique : le parfum que Marie répand sur ses pieds prend tout son prix dans son acte d’amour et de confiance ainsi exprimé, l’emportant sur la transaction marchande pour un usage éventuellement charitable que l’on pourrait aussi faire de ce parfum.
C’est d’abord l’Esprit d’Amour qui l’emporte en tout ce que nous pouvons être amenés à vivre en commun, cet Esprit qui nous met en relation vraie les uns avec les autres : pour le rencontrer, Isaïe nous annonce le chemin à emprunter, celui du Fils de Dieu : « il donne le souffle au peuple qui l’habite et l’esprit à ceux qui la parcourent » (la terre) (Is 42, 5). L’ordre des choses voulu par le Père donne une priorité numéro un : vivre de son Esprit… condition pour pouvoir alors vivre en peuple, solidaires !

Ouvre nos yeux à ton Esprit, Seigneur, fais-nous sortir des préjugés qui nous emprisonnent, délivre-nous des cachots de nos regards fermés : ainsi, avec Toi, nous nous ouvrirons à toutes les dimensions de ton église, au-delà de nos habitudes et nous vivrons ensemble, riches de nos différences !

SE LAISSER TOUCHER : Exprimé selon la culture de chacun et accepté avec respect, le premier salut permet d’entrer en relation

© Christian Piro Carême 2018 CCFD

DIMANCHE 25 MARS 2018, dimanche des Rameaux et de la Passion
(Procession : Mc 11, 1-10 ou Jn 12, 12-16 ;
Messe : Is 50, 4-7 ; Ps 21 ; Ph 2, 6-11 ; Mc 14,1à15,47)

"Ils amenèrent le petit âne à Jésus, le couvrirent de leurs manteaux, et Jésus s’assit dessus." (Mc 11, 7)

Quelle chance il a cet âne de porter Jésus sur lui ! Quelle humilité a Jésus, ce roi d’éternelle gloire ! J’aurais aimé être cet âne portant sur lui le Sauveur du monde, mais c’est plus souvent le Sauveur qui me porte sur ses épaules, tantôt comme un enfant, tantôt comme une croix.
Quelle grâce il a Simon de Cyrène de porter la croix du Seigneur ! Quelle abaissement vit Jésus, lui qui, pourtant, pourrait tout en son Père qui le fortifie !
J’aurais aimé être Simon de Cyrène mais aurais-je été capable de porter sa croix alors que lui porte la mienne tous les jours ?

Jésus, solidaire des hommes et pourtant abandonné par tes amis, soutiens ceux qui connaissent la trahison et l’infidélité.
Toi le juste condamné, fais que, des prisons du monde, les innocents soient enfin libérés.
Toi, insulté et humilié, remplis-nous de respect les uns pour les autres.
Toi, abreuvé de vinaigre, offre ta présence aux assoiffés d’amour.
Toi, qui pardonnes sur la croix, fais naître en nous l’impossible pardon.
Toi qui remets ta vie entre les mains du Père, à tous ceux qui meurent accorde paix et confiance.
Toi qui nous aimes, apprends-nous que donner sa vie par amour est un chemin d’humilité.

S’APPROCHER : Entre ciel et nuages, apprendre à s’approcher de la main de Dieu qui offre son Alliance.


SAMEDI 24 MARS 2018, 34 e jour de carême
(Ez 37, 21-28 ; Jr 31 ; Jn 11, 45-57)

« En ce temps-là, quand Lazare fut sorti du tombeau, beaucoup de juifs, qui étaient venus auprès de Marie et avaient donc vu ce que Jésus avait fait, crurent en lui. » (Jn 11,45)

Lazare est sorti du tombeau, vivant. Comment ne pas être déboussolés, dérangés, face à un tel événement ?
Ce chemin vers Pâques nous prépare à vivre la mort et la résurrection du Christ. Notre vie n’est-elle pas aussi mort et résurrection ?
« Croire en la présence de Jésus, vivre les hauts et les bas de la vie avec une profonde confiance en Dieu, respecter l’autre, le servir, vivre avec humilité et détachement ? Tout cela n’est pas évident ! » (viechrétienne.catholique.org)

Oui, Seigneur, tu nous aimes et tu as donné ta vie pour nous.
Je te cherche, encore, toujours, et je ne sais pas reconnaître les signes que tu me donnes. Ils ne sont pas à chercher ailleurs, mais là où je suis, dans ce que je vis au quotidien et avec vous tous ensemble sur ce chemin qui nous mène vers Pâques.


S’ÉLEVER : différents, et ensemble, nous allons nous grandir.

© Sacha Lenormand. Carême 2018 CCFD

VENDREDI 23 MARS 2018, 33e jour de carême
(Jr 20,10-13 ; Ps 17 ; Jn 10, 31-42)

« Si je fais les œuvres de mon Père, même si vous ne me croyez pas, croyez les œuvres. Ainsi vous reconnaîtrez et de plus en plus, que le Père est en moi et moi dans le Père. » St Jean 10, 31-42

Dans la parole de Jean, on voit Jésus qui essaie une nouvelle fois de convaincre les juifs qui veulent le lapider. Jésus ne les condamne pas. Avec douceur, sans opposition violente, Il leur propose même, non de croire en Lui, mais de se pencher et de réfléchir sur tout ce qu’Il a fait. C’est un vrai chemin qu’Il leur donne à parcourir. Celui de considérer tous ses actes : les rencontres avec le peuple, les paroles, les enseignements, les guérisons… Prendre le temps de les relire dans leur intimité personnelle, de les comprendre, de les relier à la Parole. Il leur ouvre une voie celle de s’ouvrir au mystère même de Dieu.
Aujourd’hui, nous sommes tous invités à prendre le chemin que propose Jésus. Il nous indique la route, sa Parole nous nourrit mais nous avons en premier lieu à la vivre. Vivre la rencontre avec l’autre forcément différent, qui ne pense pas comme moi, qui m’est complètement étranger en multiples facettes mais qui peut m’ouvrir tant d’horizons nouveaux par son regard, sa manière d’agir. Vivre le partage, la solidarité, l’amitié. Prendre conscience que nous sommes chacun responsable des uns et des autres surtout des plus fragiles, des plus démunis. Veiller sur les uns et les autres avec dévouement, sans contrainte, dans la joie de servir. Bâtir un monde d’amour, une terre solidaire dans une même Espérance et combattre la dignité pour les plus faibles. Grandir ensemble. Vivre la rencontre avec Jésus.

Seigneur, aide-moi à vivre la confiance, l’abandon, le renoncement à être servi le premier. Ouvre mes yeux vers celui en détresse, ouvre ma bouche pour des paroles bienveillantes, ouvre mes mains pour mieux accueillir, ouvre mon cœur pour mieux compatir, pour mieux aimer.


S’ÉLEVER : Les beaux moments de partage construisent la solidarité, l’amour, la Paix.

© Sacha Lenormand. Carême 2018 CCFD

JEUDI 22 MARS 2018, 32e jour de carême
(Gn 17, 3-9 ; Ps 104 ; Jn 8, 51-59)

« Amen, amen, je vous le dis si quelqu’un garde ma parole il ne verra pas la mort » (Jn 8, 51)

Un débat assez contradictoire s’instaure entre Jésus et les juifs concernant Dieu et leur père Abraham. Ils ne sont pas du tout d’accord, ils n’acceptent pas que Jésus se dise fils de Dieu et plus grand qu’Abraham. Jésus réussit-il à les convaincre ? Pas sûr, car cet épisode se termine par des jets de pierres sur Jésus.
Qu’en est-il pour moi ? Suis-je disposé à suivre Jésus sans contester ? Certains jours oui, d’autres un peu moins. Les événements de la vie peuvent me faire douter et pourtant Jésus est un modèle de vie. Suis-je capable de le faire rayonner autour de moi ? …… OUI AVEC SON AIDE !

Seigneur aide-moi, aide-nous à mettre toute notre confiance en toi et notre condition humaine n’en sera que renforcée.

S’ÉLEVER : Que ces ballons montrant le monde s’élèvent jusqu’à toi Seigneur,
avec toutes les richesses ou les détresses de tous pays, de toutes nationalités.

© Sacha Lenormand. Carême 2018 CCFD

MERCREDI 21 MARS 2018, 31e jour de carême
(Dn 3, 14-20.91-92.95 ; Dn 3 ; Jn 8, 31-42)

“Dieu nous a fait entrer dans le royaume de son fils bien-aimé, par qui nous sommes rachetés et par qui nos péchés sont pardonnés.” (Col 1, 13-14)
Jésus disait à ceux des Juifs qui croyaient en lui : « Si vous demeurez fidèles à ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ; alors vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres. » (Jean 8, 31-32)

Sommes-nous libres ? Ne sommes-nous pas un peu enchainés par tout ce qui nous entoure : la vie trépidante, le travail, les loisirs, les médias, la télé, internet ?
Ne nous faut-il pas prendre un peu plus de temps pour nous préoccuper de ceux qui nous sont proches, savoir les écouter, voir la présence du Christ dans tous ceux que nous côtoyons, avec toutes leurs différences ?
Ne nous faut-il pas nous arrêter pour écouter, lire la parole de Dieu que Jésus nous a donnée, la méditer, mais surtout en vivre ?

Seigneur fais-nous vivre de ta parole
« Ta parole Seigneur est vérité et ta loi délivrance ».
Avec la force de l’Esprit-Saint, donne-nous un cœur droit, fais de nous les témoins vivants de ton Amour, cet Amour infini qui va jusqu’au pardon. MERCI SEIGNEUR !

S’ÉLEVER : Dans les hauteurs du ciel entraine-nous Seigneur, que nos cœurs s’élèvent jusqu’à Toi


MARDI 20 MARS 2018, 30e jour de carême
(Nb 21, 4-9 ; Ps 101 ; Jn 8, 21-30)


« Quand vous aurez élevé le Fils de l’homme alors vous comprendrez que moi Je SUIS, et que je ne fais rien de moi-même ; ce que je dis là, je le dis comme le père me l’a enseigné. » (Jn 8, 28)

Ce verset nous laisse entrevoir cette croix qui se dresse sur notre chemin de carême ; croix qui nous parle de notre péché, certes mais ne perdons pas de vue ce qui se joue sur cette croix : le Christ donne sa vie pour nous dans un total abandon dans les bras du Père ; le Christ nous donne à voir son infinie confiance en Lui !
Contemplons la croix de Jésus : il y a le haut et le bas qui relie le ciel et la terre, il y a la gauche et la droite qui relie les hommes entre eux
Tout est circulation d’amour !

Merci, Seigneur, d’être venu sur terre pour partager notre humanité afin de nous emporter vers le Père.
Pardon, Seigneur, pour nos attitudes sclérosantes qui nous empêchent d’avancer vers Toi, vers les autres
« Fils de l’homme sur la Croix, tu attires à toi tous les hommes » (acclamation de l’évangile)

S’ÉLEVER : Avec confiance, remettons au Seigneur nos joies et nos fardeaux


LUNDI 19 MARS 2018, St Joseph
(2 S 7, 4-5a.12-14a.16 ; Ps 88 ; Rm 4, 13.16-18-22 ;
Mt 1,16.18-21.24a ou Lc 2, 41-51a
)

« Joseph fit ce que l’ange lui avait prescrit » (Mt 1, 24a)

Demandons au Seigneur qu’il mette en nous un peu de la foi simple de Joseph et de Marie qui ont su lui dire « OUI » !
Saint Joseph, avec cette prière je viens me mettre sous ta protection
- Fils de David – Époux de Marie. St Joseph prie pour nous.
- homme d’Espérance chez qui vient le Messie…
- homme de silence à qui le Verbe s’est confié…
- homme d’obéissance à qui le fils a obéi…
- homme d’un foyer que Marie a tant aimé…
- homme de Nazareth qui a connu l’exil…
- homme d’un métier que tu as appris au créateur…
- homme du temple et des pèlerinages en qui le Cœur d’abord se donne…
- homme de prière à qui Jésus disait « Mon Père » St Joseph prie pour nous.

Seigneur, conduis-nous pour que nous marchions comme toi, fidèlement avec l’humilité du serviteur, sur les chemins de joie ou les chemins difficiles de nos vies.

S’ÉLEVER : « plus haut que l’alouette, mon âme sait voler » (Thérèse de Lisieux)


DIMANCHE18 MARS 2018, 5e dimanche de carême
(Ez 37, 12-14 ; Ps 129, 1-8 ; Rm 8, 8-11 ; Jn 11, 1-45)

“ Ainsi parle le Seigneur : je vais ouvrir vos tombeaux et je vous en ferai remonter.” (Ez 37, 12)

Ouvrir nos tombeaux. Sortir de la mort. Accueillir Celui qui est la Résurrection et la Vie. Voilà ce que le carême propose aux chrétiens pour sortir de nos impasses, aller à rencontre des frères, nous élever à la présence du Christ. Être ouvert, accueillant, voilà la vraie liberté des hommes vivants. Il y a trop de bandelettes qui nous momifient, trop d’étiquettes qui font le tri entre nous, pas assez d’ailes à nos souliers pour voler vers les autres, pas assez de zèle pour oser la rencontre qui va nous remettre le cœur en route, enlever le suaire de nos visages, ouvrir les yeux vers nos frères et les lever vers Dieu.

Seigneur Jésus, tu es la Résurrection et la Vie. Je le crois dans ma tête et mon cœur, mais aussi avec tout mon corps. Je sais que je ressusciterai au dernier jour. Élève-moi dès aujourd’hui à ce bonheur en espérance. Fais revivre en moi l’enfant, l’élève qui a tout à apprendre de toi, qui veut s’éveiller à la vie, à la vraie vie, ta vie de ressuscité.

S’ÉLEVER : Nous nous élevons vers toi avec tout le poids de nos jours.


SAMEDI 17 MARS 2018, 28e jour de carême
(Jr 11, 18-20 ; Ps 7 ; Jn 7, 40-53)

"Heureux ceux qui ont entendu la Parole dans un cœur bon et généreux, qui la retiennent et portent du fruit par leur persévérance." (Acclamation Évangile du jour)

Des peuples essaient de subsister alors que d’autres vivent dans l’opulence et l’excès. Vivre en Chrétiens c’est regarder autour de nous et voir, sur d’autres continents ou bien là , tout près de nous, à notre porte, ceux qui tendent la main alors que nous les ignorons aveuglés par notre bien-être et notre confort .
Comment prétendre vivre l’Évangile , vivre en Chrétien si j’ignore la Charité , la générosité , la solidarité ; comment accepter tant de différences ?

Seigneur, dans toute ta bonté, fais en sorte que je ne vive pas dans l’égoïsme et la solitude. J’ai un toit pour y être à l’abri , j’ai de la nourriture au quotidien et des vêtements pour ne pas avoir froid.
Aide-moi à être solidaire de mes frères qui recherchent chaque jour de quoi survivre.
Ouvre-moi les yeux afin que je ne tombe pas dans l’oubli envers mon prochain alors que je suis souvent tenté d’amasser des biens et des richesses superflues et inutiles.
Seigneur, aide-moi à partager - à donner - un peu de moi - un peu de mon temps .

SE DONNER : Donner à son prochain , à celui qui a besoin au lieu de gaspiller ce que nos frères dans la misère et la faim recherchent pour survivre.


VENDREDI 16 MARS 2018, 27e jour de carême
(Sg 2, 1a.12-22 ; Ps 33 ; Jn 7, 2.10.14.25-30)

"ll prétend posséder la connaissance de Dieu, et se nomme lui-même enfant du Seigneur" (Sa 2, 13)
" Moi, je le connais parce que je viens d’auprès de lui, et c’est lui qui m’a envoyé." ( Jn 7, 29)

Connaître Dieu, c’est l’aimer comme un père que nous recevons du Christ lui-même. Frères et sœurs en Christ, par Lui et avec Lui, nous le sommes. C’est cet Amour qu’Il est venu nous transmettre, cet amour qui nous rend fraternels et solidaires.
Ne nous laissons pas abuser par les discours ambiants, ouvrons les yeux sur tous ces témoignages, ces gestes d’amour qui font que l’homme est grand ! Telles ces personnes qui se soutiennent et s’entraident lors des visites de leurs proches résidant dans un EHPAD * créant une ambiance familiale... covoiturage, goûter et jeux partagés. Des relations s’établissent, des liens se créent, des visages accompagnent : personnel, résidents et famille s’accueillent et se donnent dans le souci du bien-être et du respect des personnes. Se donner pour porter ensemble les fragilités de personnes dépendantes jeunes ou âgées ; donner de son cœur et de son temps, et alléger la souffrance de voir les siens coupés de leur milieu de vie...
Présence d’amour, de ton Amour dans nos vies.

Toi, "Seigneur qui es proche du cœur brisé",
Toi qui es tout Amour, Seigneur Jésus-Christ,
inspire-moi les paroles qui apaisent
et les gestes du don et de la solidarité.

*(cet EHPAD est un établissement public accueillant 25 personnes)

SE DONNER : Yalla !... Dans la relation d’aide, l’Amour circule... Qui aide qui ?


JEUDI 15 MARS 2018, 26e jour de carême
(Ex 32, 7-14 ; Ps 105 ; Jn 5, 31-47)

« Moi, ce n’est pas d’un homme que je reçois le témoignage, mais je parle ainsi pour que vous soyez sauvés ».
« Ce sont les écritures qui me rendent témoignage, et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie ! »
(Jn 5, 31-47)

Jésus tes paroles ce matin sont denses et pleines de recommandations, elles sont sévères aussi devant nos suffisances.
Me voici Seigneur comme un enfant. Ma journée je te la donne. Je te demande la confiance. Ne regarde pas mes manques, mes lâchetés, mes rancœurs…
Je te cherche. Je te devine dans le sourire de la boulangère qui m’a donné mon pain en me souhaitant une bonne journée. Dans l’automobiliste qui m’a laissée passer sur le passage clouté. Je souris et le salue d’un geste de la main... connivence !
Avec mes riens ajustés à la bienveillance de mes frères et sœurs, fais briller Seigneur la lumière de la fraternité, comme elle brille dans les sourires, sur la photo avec Sœur Emmanuelle. Donne-moi la joie de l’Évangile qui va à contre-courant de l’indifférence affichée, de la convoitise des honneurs ou du pouvoir. Conduit par Moïse, aujourd’hui avec le pape François, nous sommes le peuple de la longue marche, “peuple de l’Alliance”.
C’est pour nous, pour moi Jésus, que tu prends le chemin qui monte à Jérusalem.

Il m’est impossible d’aimer comme toi, mais avec toi, pour toi, je désire te suivre. Fais-moi aimer à ta ressemblance, assure ma marche vers Pâques avec ma paroisse des frères et des sœurs, et sûre de ta grâce !


SE DONNER : … si, à leur suite, des enfants, des jeunes comprennent que le monde a besoin d’eux… (P. B)


MERCREDI 14 MARS 2018, 25e jour de carême
(Is 49, 8-15 ; Ps 144 ; Jn 5, 17-30)

« En vérité, en vérité, je vous le dis : celui qui écoute ma parole et croit à celui qui m’a envoyé, obtient la vie éternelle. » (Jean 5, 24)

Autrement dit : accueillir la Parole de Dieu et de Jésus avec un cœur ouvert, sincère, pur, plein de désir, « Est déjà passé de la mort à la vie ». (Jn 5, 25)
Quoiqu’il arrive, Dieu ne nous abandonnera pas. Il nous a donné son fils, essayons aussi de donner le meilleur de nous même à notre prochain.
Le Seigneur a besoin de nous pour faire ce qui est juste, ce qui est bon pour l’homme. Il mettra à notre disposition tout ce dont nous avons besoin.
Nous pouvons mettre toute notre confiance dans le Seigneur.
Même si parfois nous nous sentons abandonné, Jésus nous redit que Dieu le Père sera toujours à nos côtés, osons lui faire confiance, et nous laisser guider.
Rappelons nous cette belle prière du psaume 144 :
« Le Seigneur est tendresse et pitié, lent à la colère et plein d’Amour… »

Jésus, viens à mon aide pour que ma vie soit toujours mieux ajustée à ta volonté, ainsi notre Père du ciel sera comblé. Que chacun de nous, ait le souci de plaire à Dieu.


SE DONNER : donner son temps, son attention, avec Amour, même pour des tâches ingrates.


MARDI 13 MARS 2018, 24e jour de carême
(Ez 47, 1-9.12 ; Ps 45 ; Jn 5, 1-16)

« Il est avec nous, le Dieu de l’univers, refuge et force, secours dans la détresse. » (Ps 45, 2)

Comme l’eau qui jaillit du sol, qui irrigue et qui donne des fruits nouveaux en abondance puisqu’elle provient du sanctuaire.

Seigneur que tes paroles soient un breuvage qui irrigue nos cœurs et nos vies, que nous sachions sans cesse remonter à la source de vie, que nous contemplions les fruits donnés en abondance, que nous goûtions à la présence permanente du Christ Sauveur.

Seigneur ne nous prive pas de ton eau qui jaillit en abondance de ton cœur et qu’elle nous aide à soutenir nos frères et sœurs en détresse.

SE DONNER : Comme les marcheurs qui cheminent pour un monde meilleur de justice et de paix.

© Atxik Berrituz. Carême 2018 CCFD

LUNDI 12 MARS 2018, 23e jour de carême
(Is 65, 17-21 ; Ps 29 ; Jn 4, 43-54)

« Jésus lui dit : "Va, ton fils vit. " L’homme crut à la parole que Jésus lui avait dite et se mit en route. »
(Jn 4, 50)

Jésus nous invite à entrer dans son intimité, à nous recentrer sur lui, sur sa parole et à lui faire totalement confiance.
Vivre cette relation de confiance qui nous engage, c’est mettre le Christ au centre de notre vie, et accepter de dépendre de lui et de tout lui donner.
C’est en définitive vouloir toujours plus se nourrir de sa Parole pour être capable de donner et de se donner aux autres. « Le Seigneur ne choisit pas celui qui est capable, mais rend capable celui qu’il choisit ».

Seigneur, tu as voulu nous associer à ton plan d’Amour et tu nous demandes de te faire totalement confiance. Donne-nous la grâce de savoir consacrer un peu de notre temps à te prier davantage et mets en nous la force et le courage d’oser témoigner de ta Miséricorde en toute circonstance.


SE DONNER : puiser dans le Seigneur les forces nécessaire pour témoigner de la miséricorde de Dieu..

© Atxik Berrituz. Carême 2018 CCFD

DIMANCHE 11 MARS 2018, 4e dimanche de carême
(1S 16, 1b.6-7.10-13a ; Ps 22 ; Ep 5, 8-14 ; Jn 9, 1-41)

"Et toi que dis-tu de lui ?"

"En parlant de Jésus, certains pharisiens disaient : "Celui-là ne vient pas de Dieu." D’autres répliquaient : "Comment un pécheur pourrait-il accomplir des signes pareils ?" Ainsi donc, ils étaient divisés. Ils demandèrent à l’aveugle : "Et toi que dis-tu de lui ?" L’aveugle répondit : "C’est un prophète !"... "Si cet homme ne venait pas de Dieu, il ne pourrait rien faire !"

Eclairé par la lumière de Jésus, l’aveugle devient une petite lumière pour les autres.
Il proclame sa foi même si tous ne l’écoutent pas, même si certains se moquent de lui, même si d’autres le repoussent. Sa rencontre avec Jésus a bouleversé sa vie. Ainsi en est-il de nos catéchumènes. Ainsi en est-il de chacun de nous.

Mais est-ce que j’ose dire ma foi en ce Dieu Amour qui me pousse à aimer mes frères ? Est-ce que je donne de l’espérance à ceux qui ne croient plus en rien ? Est-ce que j’apporte la lumière à ceux qui sont dans l’obscurité (la peine, la souffrance, la maladie, l’exclusion) ? Est-ce que je prie ?
Si l’on se moque de moi parce que j’ai rencontré et veut suivre Jésus, est-ce que je baisse la tête, est-ce que je rebrousse chemin ou est-ce que je continue à marcher sur son chemin de lumière ?

Ouvre mes yeux, Seigneur ! Donne-moi ta lumière ! Envoie-moi sur les routes du monde ! Il n’y a pas de plus grand bonheur que d’être et de vivre dans ta lumière et de pouvoir la partager à tous ceux qui vivent dans le noir. Seigneur, je veux avec toi un feu d’espérance sur le monde, en me donnant totalement à Toi et aux autres.


SE DONNER : Se donner tout entier, tous ensemble et avec Dieu pour un monde réconcilié.

© Atxik Berrituz. Carême 2018 CCFD

SAMEDI 10 MARS 2018, 22e jour de carême
(Os 6, 1-6:Ps 50 ; Lc 18, 9-14)

« Deux hommes montèrent au Temple pour prier. » (Lc 18, 10)

Le voyage de la prière n’est pas toujours facile, mais il est toujours passionnant. Dieu nous accompagne, il aime que nous fassions le premier pas, que nous marchions vers lui pour nous retrouver nous-mêmes.
Ce chemin de la prière, nous le parcourons à l’aide de Jésus. Seule la prière du Pauvre ouvre un chemin de la paix. Elle nous situe devant Dieu dans notre vérité de créature, dans notre responsabilité de pécheurs.
Nous pouvons nous retrouver dans les deux personnages évoqués par Jésus dans l’Évangile de ce jour.
Seigneur parfois comme ce pharisien, ma prière va vers un moi satisfait et sécurisé. Parfois aussi, je me retrouve dans l’attitude du publicain qui n’ose même pas Te regarder ni lever les yeux vers Toi, qui se reconnaît pécheur ; conscient de sa misère, il se tourne vers Dieu. C’est alors que peut monter la vraie prière qui exprime la conversion : « Mon Dieu, aie pitié du pécheur que je suis ! »

Demandons à Dieu la grâce d’unifier en nous la prière de supplication et d’action de grâce. Pour cela, unis aux autres, prions aujourd’hui le Notre Père qui fait de nous des frères en humanité.


SE LIER : Liés les uns aux autres, prions le Notre Père qui fait de nous des frères en humanité.


VENDREDI 9 MARS 2018, 21e jour de carême
(Os 14, 2-10 ; Ps 80 ; Mc 12, 28b-34)

« Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur … Tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Mc 12, 30)

Je dois tendre vers Dieu avec le meilleur de moi-même et je ne peux vraiment m’approcher de Lui, sans commencer à aimer tout ce qu’Il aime et me rendre proche des autres. « La charité, c’est tout sur la terre, disait Thérèse de Lisieux, et l’on est sainte dans la mesure où on la pratique ».

« Tu n’es pas loin du Règne de Dieu » (Mc 12, 34)
C’est à chacun de nous que Jésus s’adresse.
Tu n’es pas loin : tu y viens mais tu n’y es pas encore.
Tu n’es pas loin, puisque tu cherches la vérité, que tu veux la trouver auprès de moi ;
puisque tu veux donner un sens à ta vie, à ton travail, à tes souffrances, à ton dévouement ; puisque tu veux prendre du recul, échapper à l’engrenage de la routine, au mensonge des relations superficielles, à tout ce qui rapetisse ta vie.
Tu n’es pas loin, si tu as entrevu l’importance de la charité, si tu as compris qu’il faut vouloir concrètement pour ton frère ce que tu veux pour toi : une vie joyeuse, donnée, efficace, la reconnaissance par les autres, et l’amitié de Dieu.


Alors, Seigneur, si je ne suis pas loin, dis-moi, aujourd’hui, ce qui me manque encore pour être tout près de toi.


SE LIER : Liés dans la joie et l’amour de nos frères… nous ne sommes pas loin du règne de Dieu


JEUDI 8 MARS 2018, 20e jour de carême
(Jr 7, 23-28 ; Ps 94 ; Lc 11, 14-23)

« Écoutez ma voix : je serai votre Dieu, et vous, vous serez mon peuple ; vous suivrez tous les chemins que je vous prescris, afin que vous soyez heureux. » (Jr 7, 23)

"Écoute la voix du Seigneur, prête l’oreille de ton cœur, qui que tu sois ton Dieu t’appelle..." (chant : Écoute la voix du Seigneur ). Cette invitation de tous les instants à ouvrir notre cœur à son amour, à nous tenir prêt à recevoir ses commandements est un appel à nous recueillir, à faire silence.
A cette question, quel temps je lui accorde aujourd’hui ?
Les 40 jours du carême nous offrent l’opportunité de bousculer nos habitudes quotidiennes. Se poser pour méditer, pour être plus attentifs à sa parole et ainsi découvrir l’œuvre de Dieu en moi.

Seigneur, tu nous montres le chemin de vérité, celui qui nous guide vers notre bonheur.
Par la grâce de l’Esprit Saint, aide-moi à entendre ta parole pour que ma journée soit éclairée par ce que tu as à me dire aujourd’hui.


SE LIER : « Aujourd’hui plus que jamais, il nous faut construire des ponts et abattre des murs » (Pape François)


MERCREDI 7 MARS 2018, 19e jour de carême
(Dt 4, 1.5-9 ; Ps 147 ; Mt 5, 17-19)

« Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le royaume des Cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera, celui-là sera déclaré grand dans le royaume des Cieux. » (Mt 5, 17-19)

Se lier, chose difficile dans ce monde d’aujourd’hui où les jeunes sont souvent plus attachés à leur smartphone qu’à leurs proches. Comment faire pour leur faire lever les yeux, admirer, regarder autour d’eux les personnes croisées chaque jour ou cette nature si jolie, sans l’intermédiaire d’un écran ?
Seigneur, dans ta bonté, donne-leur la force de REGARDER, de VOIR tes merveilles. Remplis leur cœur d’AMOUR, invite-les à partager, à vivre leur vie en direct !
Aide-les à devenir des vrais témoins de ton Évangile, dans un monde qui a tant besoin de ta grâce qui sauve.

Afin que cette jeunesse si précieuse arrive à se dévoiler, nous te confions Seigneur l’ensemble des professeurs qui, malgré les difficultés actuelles, arrivent à trouver dans chacun d’eux le meilleur.

SE LIER : Se lier, c’est un peu se mélanger. Soyons émerveillés par l’autre, comme notre regard s’émerveille devant cet arc en ciel.


MARDI 6 MARS 2018, 18e jour de carême
(Dn 3, 25.34-43 ; Ps 24 ; Mt 18, 21-35)

C’est ainsi que mon Père du ciel vous traitera, si chacun de vous ne pardonne à son frère du fond du cœur. (Mt 18, 35)

Jésus nous invite à pardonner « 70 fois 7 fois » alors que nous pouvons être tentés de rendre le mal par le mal. Le pardon est un acte qui exige des efforts pour comprendre celui qui nous a offensés mais c’est aussi lui qui libère. Le Pape François nous encourage à pardonner par ces mots : « quiconque a expérimenté la joie, la paix et la liberté intérieure qui vient du fait d’être pardonné peut s’ouvrir à la possibilité de pardonner à son tour » (angélus du 17 sept 2017).
Notre chemin vers Pâques est un moment tout indiqué pour effacer nos rancœurs, pardonner et rétablir le lien entre nous.

Seigneur, même s’il est plus difficile de nous lier avec ceux qui nous ont fait du mal, aide-nous à ouvrir notre cœur à tous nos frères, encore plus spécialement en ce temps de carême.

SE LIER : Sortons de nos maisons pour nous rencontrer et admirer ensemble la beauté du monde...


LUNDI 5 MARS 2018, 17e jour de carême
(2 R 5, 1-15a ;Ps 41-42 ; Lc 4, 24-30)

« Baigne-toi, et tu seras purifié »(2 R 5, 13)

Le texte du jour nous démontre une nouvelle fois que dans les moments les plus difficiles de nos existences nous ne sommes pas seuls, le soutien et la solidarité de notre entourage sont là pour nous empêcher de baisser les bras. Naaman le lépreux se serait-il baigné pour se laisser purifier sans les encouragements de ses serviteurs ?
Écoutons ceux qui nous veulent du bien, faisons leur confiance et gardons foi en Dieu.

Seigneur ouvre nos yeux sur la détresse du monde, donne-nous le courage, la force et la patience d’aider nos frères dans leurs fragilités.


SE LIER : ce n’est pas une illusion, chaque habitant profite des couleurs de l’arc en ciel, signe de jours meilleurs.


DIMANCHE 4 MARS 2018, 3e dimanche de carême, 1ère étape des 2 catéchumènes de la paroisse.
( Ex 17, 3-17 ; Ps 94, 1-2.6-9 ;1Rm 5, 1-2.5-8 ; Jn 4, 5-42)

"Donne-moi à boire !"

Jésus avait demandé à la samaritaine : "Donne-moi à boire !" Au milieu du texte, c’est la femme qui demande : "Donne-moi cette eau". Finalement, Jésus n’a pas reçu l’eau du puits, mais il a donné l’eau profonde, celle qui donne des ailes et qui pousse vers les hommes... Jésus veut combler la soif profonde qui existe en chacun de nous.
Amandine et Huguette ont soif de cette eau. Aujourd’hui elles s’approchent du puits, de la source, de Jésus. « Je suis l’eau vive », leur dit-il. Elles se laissent toucher par ses paroles. Elles en sont retournées. Des liens plus forts se tissent entre elles et le Christ.

Oui Seigneur, donne-moi toujours de cette eau qui désaltère et purifie, l’eau qui fait vivre. Mais cette eau, je ne vais pas la garder pour moi tout seul, je veux la partager, je ne peux pas faire autrement, il y a tellement de frères et sœurs en humanité qui ont soif et qui ont besoin d’être lavés aujourd’hui. Je ne suis pas baptisé pour moi tout seul mais pour les autres.
Envoie-moi, Seigneur !



SE LIER : de gare en gare, d’étape en étape, le Seigneur tisse avec nous un chemin d’alliance, rencontre de l’eau et de la lumière aux couleurs de la miséricorde et de la joie.


SAMEDI 3 MARS 2018, 16e jour de carême
(Mi 7, 14-15.18-20 ; Ps 102 ; Lc 15, 1-3.11-32)

« Cet homme fait bon accueil aux pécheurs »

Ouvre mes yeux pour qu’ils voient les besoins les plus profonds des hommes ;
Bouge mes mains pour qu’elles nourrissent les affamée ;
Touche mon cœur pour qu’il porte la chaleur aux désespérés ;
Apprends-moi la générosité qui accueille les étrangers ;
Donne-moi la délicatesse qui réconforte les malades
Fais-moi partager la quête de liberté pour les prisonniers.
En partageant nos anxiétés et notre amour, notre pauvreté et notre prospérité
Nous participerons à la divine présence. (Canaan Banana)

Ouvre mes yeux pour qu’ils voient les besoins les plus profonds des hommes

SE LAISSER TOUCHER : Touche mon cœur pour qu’il porte la chaleur aux désespérés.


VENDREDI 2 MARS 2018, 15e jour de carême
(Gn 37, 3-4.12-13a.17b-28 ; Ps 104 ; Mt 21, 33-43.45-46)


Cherchez le Seigneur et sa puissance, souvenez vous des merveilles qu’il a faites, (Ps 104, 4-5)

Merveilles de la création : l’Homme, la flore et la faune, le firmament...
Dieu nous a confié un “troupeau” « les frères de Joseph étaient allés à Sichem faire paître le troupeau de leur père », une “vigne” « Puis il loua cette vigne à des vignerons et partit en voyage. »
Nous avons une responsabilité vis à vis de notre prochain et de la création qu’il a mise à notre disposition.
Dieu m’a donné un ou plusieurs talents, est -ce que je les partage avec les proches que Dieu met sur mon chemin ?

Fais de nous Seigneur de bons ouvriers de ta moisson, respectueux des autres et des biens que tu nous confies.
Aide-nous, Seigneur, à accueillir ton Fils dans notre prochain de tous les jours de notre vie.



SE LAISSER TOUCHER : Pour ressentir un lien fort de fraternité et de communion en Dieu, lorsque nous nous embrassons les uns les autres.


JEUDI 1 MARS 2018, 14e jour de carême
(Jr 17, 5-10 ; Ps 1 ; Lc 16, 19-31)

« Tu as reçu le bonheur, et Lazare, le malheur. Maintenant, lui il trouve ici la consolation, et toi la souffrance. » ( Lc 16, 25 )

Aujourd’hui je suis interpellée par l’homme riche et le pauvre nommé Lazare, ce Lazare n’est ce pas mon frère isolé qui cherche du réconfort ? Celui que je croise dans la rue, en détournant mon regard, pour ne pas voir sa souffrance.

« Béni soit l’homme qui met sa foi dans le Seigneur ». (Jr 17, 7)

Savoir ouvrir son cœur n’est pas toujours facile, je demande au Seigneur de me donner le courage et les paroles qui me manquent pour aller vers ceux qui attendent un visite, un sourire et pour me laisser toucher ; ce peut être un proche, des voisins ou un étranger qui vient d’arriver sur ma commune.

« Dieu notre Père, envoie en nos cœurs ton Esprit Saint,
Qu’il nous ouvre à ta Parole et à ton amour.
Ainsi avec Jésus, nous pourrons marcher jusqu’à la croix.
Ainsi, avec la force de l’Esprit, nous pourrons devenir des artisans de paix. » ( Yvan Mathieu )

SE LAISSER TOUCHER : par ce visage dont on peut déterminer les sentiments de joie,
probablement de retrouver un frère, ou un fils, comme le père reçoit son fils prodigue.


MERCREDI 28 FÉVRIER 2018, 13e jour de carême
(Jr 18, 18-20 ; Ps 30 ; Mt 20, 17-28)

« En ce temps là, Jésus , montant à Jérusalem , prit à part les Douze disciples et en chemin, il leur dit : “Voici que nous montons à Jérusalem”. » (Mt 20 ,17)

La montée de Jésus vers Jérusalem ne ressemble-t-elle pas à la vie de ces hommes et de ces femmes qui sont condamnés, torturés ou même tués, parce qu’ils sont différents, parce qu’ils ont la foi ?
Sommes-nous suffisamment attentifs à nos frères souffrant dans leur cœur ou dans leur corps ?
Notre regard s’ouvre-t-il au delà de notre famille, de notre quartier ?
L’évangile de ce jour nous annonce la passion du Christ, oserons nous aller à sa suite mettre nos pas dans les siens ?

Apprends moi Seigneur,
à te reconnaître dans ceux que je rencontre,
à me laisser toucher par Ton amour, par Ta grâce,
à me laisser toucher par ceux que je côtoie :
leurs paroles, leurs gestes, leurs attitudes, leurs souffrances.
Que je sois attentif, à l’écoute de ce qui fait leur vie : leurs joies, leurs détresses, leurs questions.
Qu’en les écoutant avec une oreille bienveillante, ils se sentent réconfortés.
Que je sache reconnaître en eux Ton visage !


SE LAISSER TOUCHER : Oser montrer son amour pour l’autre . Oser faire un geste envers l’autre. Cette étreinte ne montre-t-elle pas le bonheur de la rencontre, peut-être de retrouvailles ... ?


MARDI 27 FÉVRIER 2018, 12e jour de carême
(Is 1, 10.16-20 ; Ps 49 ; Mt 23, 1-12)

Prêtez l’oreille à l’enseignement de notre Dieu, vous, peuple de Gomorrhe ! Lavez-vous, purifiez-vous, ôtez de ma vue vos actions mauvaises, cessez de faire le mal. Apprenez à faire le bien : recherchez le droit, mettez au pas l’oppresseur, rendez justice à l’orphelin, défendez la cause de la veuve. (Is 1,10.16-17)

Se laisser toucher pour être serviteur…

Combien de fois, ai-je été un habitant de Gomorrhe ?
Combien de fois ai-je laissé l’injustice s’installer plutôt que de révéler la vérité ?
Combien de fois ai-je donné priorité à mon petit confort quotidien plutôt que d’aider ?
Combien de fois ai-je détourné mon regard pour éviter une vraie rencontre ?
Combien de fois ai-je fait le mal plutôt que le bien

Mais n’agissez pas d’après leurs actes, car ils disent et ne font pas. Ils attachent de pesants fardeaux, difficiles à porter, et ils en chargent les épaules des gens ; mais eux-mêmes ne veulent pas les remuer du doigt. (Mt 23, 1-12)

En ce temps de carême, Seigneur, aide-moi à aller à la rencontre de mon prochain,
aide-moi à voir tes yeux dans ceux que je côtoie.
Seigneur fais-moi serviteur auprès de mes frères


SE LAISSER TOUCHER : Se laisser toucher pour être serviteur…


LUNDI 26 FÉVRIER 2018, 11e jour de carême
(Dn 9, 4-10 ; Ps 78 ; Lc 6, 36-38)

« Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux. Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés ; ne condamnez pas, et vous ne serez pas condamnés. Pardonnez, et vous serez pardonnés. Donnez, et l’on vous donnera » (Lc 6, 36)

Se laisser toucher par la miséricorde…
Il est facile de se dire : « j’ai raison … l’autre a tort ». On porte vite des jugements sur des faits, des personnes, sur des vies. Le problème n’est pas tant le jugement mais la condamnation que l’on porte parce qu’elle nous arrange. Mais qui suis-je pour cela ? Le Seigneur est miséricordieux et moi je me permets de condamner, je ne tends pas la main.
Aller à la rencontre de ceux qui vivent différemment de nous, qui sont différents de nous, c’est essayer de les comprendre et de reconnaître Dieu dans leur vie. Cela dérange parfois car nos certitudes se trouvent ébranlées.
« Que celui d’entre vous qui n’a jamais péché lui jette la première pierre » (Jn 8,7)

Seigneur, laisse-moi être touché par ta miséricorde et ta bonté pour que j’essaie de ne pas condamner mon prochain. Ouvre mes yeux pour que je sache te reconnaître dans chaque vie, et tende la main à celui qui a besoin.



SE LAISSER TOUCHER : Se laisser toucher par la miséricorde…


DIMANCHE 25 FÉVRIER 2018, 2e dimanche de carême
( Gn 22, 1-2.9.10-13.15-18 ; Ps 115 ; Rm 8, 31b-34 ; Mc9, 2-10)

« Dressons trois tentes, une pour Moïse, une pour Elie et une pour toi ! »

Pierre, Jacques et Jean ont été touchés par cette vision du Christ en gloire sur la montagne. « Dressons trois tentes, une pour Moïse, une pour Elie et une pour toi ! » ça part de bons sentiments, d’un bien être extraordinaire. Quoi de plus beau, en effet, que de demeurer auprès du Seigneur ! Mais voilà ! l’aventure n’est pas finie. Moïse et Elie, par qui le Seigneur avait parlé autrefois, disparaissent ; seul reste Jésus. Désormais Dieu ne parlera qu’en Jésus seul, et ce qu’il annonce ne réjouit pas le cœur des apôtres : le Fils de l’homme doit souffrir, mourir et ressusciter des morts. Les apôtres mettront du temps à comprendre cette parole, à comprendre que cette parole c’est Dieu venu lui-même s’approcher de nous, Dieu lui-même venu se laisser toucher par la vie des hommes pour que nous touchions un peu quelque chose de ce qu’il est.

St Jean commence sa première lettre ainsi : « Bien-aimés, ce qui était depuis le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché du Verbe de Vie, nous vous l’annonçons. »

Seigneur, laisse-nous toucher par ta Parole,
qu’elle nous retourne le cœur,
qu’elle nous brûle comme elle a brûlé le cœur des disciples d’Emmaüs le soir de Pâques, qu’elle nous pousse vers tous ceux que tu veux rejoindre pour ensemble tisser ton Alliance avec nous.



SE LAISSER TOUCHER : Rappelle-toi, Seigneur, tes tendresses. (Ps 24)
Ne détourne pas de moi ta face. (Ps 26)
(Antiennes d’ouverture au choix de ce 2ème dimanche de carême)


SAMEDI 24 FÉVRIER 2018, 10e jour de carême
(Dt 26, 16-19 ; Ps 118 ; Mt 5, 43-48)

« …Moi, je vous dis : Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent…. » (Mt 5, 44)

Qui sont nos ennemis ? Les gens dont parle Jésus ne sont pas des gens dans le lointain avec qui nous n’avons aucun rapport mais ce sont des gens proches de nous : des familiers, des voisins, des collègues….Ils nous ont blessés, humiliés parfois sans s’en rendre compte. Ils nous ont atteints au plus profond de nous-mêmes. Et nous nous disons que pardonner dans ces conditions ce n’est pas possible, c’est au-dessus de nos forces. Et pourtant Jésus nous dit : « Aimez vos ennemis » . LUI, il a pardonné sur la croix à ses bourreaux : « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font ». Jésus s’est tourné vers son Père pour qu’il leur pardonne. A l’exemple de Jésus, tournons-nous vers le Père et commençons à prier pour ceux que nous n’arrivons pas à aimer. Il attend ce petit pas pour nous aider.

Seigneur, seul, je suis incapable d’aimer ceux qui ne sont pas aimables ou qui m’ont fait du mal. Tu as dit : « Sans moi vous ne pouvez rien faire. » Alors, je me remets entre tes mains et te demande d’envahir mon être de ton Amour pour que je puisse aimer mes “ennemis” .


S’APPROCHER : Deux mains qui s’ouvrent et qui s’approchent engagent un lien : d’amitié, d’aide, de soutien… ]


VENDREDI 23 FÉVRIER 2018, 9e jour de carême
(Ez 18, 21-28 ; Ps 129 ; Mt 5, 20-26)

« Lorsque tu dois présenter ton offrande à l’autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse ton offrande, là, devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande. » (Mt 5, 23-24)

Le sacrifice de l’autel que nous célébrons à chaque Eucharistie veux nous entrainer, nous faire entrer dans la paix voulue par Dieu : « La Paix soit avec vous ».
Les textes de ce jour nous invitent à nous arrêter, faire silence pour regarder notre vie en profondeur, avec clarté, honnêteté pour y reconnaître avec humilité notre comportement vis-à-vis de ceux qui nous entourent et que nous côtoyons chaque jour. Y voir les traces du “non amour”, de la “non paix”, dans lesquelles nous sommes impliqués de loin ou de près. Alors, il est urgent de se laisser toucher pour faire un pas vers l’autre pour entrer dans le pardon à donner et à recevoir. Ensuite, nous pourrons revenir présenter notre offrande avec un cœur en paix.

Seigneur, ton désir est de voir changer nos cœurs en choisissant le bien, en toutes circonstances. Il nous est bien difficile de nous ajuster à Toi. « Si tu retiens les fautes, Seigneur, qui subsistera ? Mais près de toi se trouve le pardon. » (Ps 129, 3)


S’APPROCHER : Une poignée de mains, un geste qui scelle la réconciliation


JEUDI 22 FÉVRIER 2018, Chaire de St Pierre
(1 P 5, 1-4 ; Ps 22 ; Mt 16, 13-19)

Le Seigneur est mon berger : rien ne saurait me manquer ! ( Ps 22, 1)

Le Seigneur nous guide sur le bon chemin, nous protège. En avons-nous bien toujours conscience ?
Sans doute que non. C’est pourquoi nous prenons parfois des chemins de traverse, nous nous égarons, et nous rencontrons les ravins de la mort.
Mais les grâces de Dieu accompagnent celui qui s’abandonne à lui.
Alors, laissons-nous conduire sur le juste chemin.

Seigneur, merci pour tes bontés.
Guide-moi sur ton chemin, aide-moi dans les épreuves de la vie,
aide-moi à voir et à faire ce que tu attends de moi.
Amen

S’APPROCHER : Deux mains qui se cherchent, c’est assez pour créer un premier contact.


MERCREDI 21 FÉVRIER 2018, 7e jour de carême
(Jon 3, 1-10 ; Ps 50 ; Lc 11, 29-32)

La parole du Seigneur fut adressé à Jonas :" Lève-toi, va à Ninive, la grand ville païenne, proclame le message que je te donne sur elle." Jonas se leva et partit pour Ninive, selon la parole du Seigneur. ….. Jonas la parcourut une journée à peine en proclamant :" Encore quarante jours, et Ninive sera détruite !" (Jon 3, 1-4)

On n’échappe pas à l’ordre divin : tel pourrait être le message de Dieu à Jonas et aux hommes …
L’orgueil, l’amour du pouvoir, le besoin de reconnaissance ou la peur d’être rejeté peuvent nous éloigner de Dieu.
En dehors des voies de Dieu, nous ne pouvons pas compter sur la protection et la sagesse de l’Éternel.
C’est en découvrant que nous sommes pécheurs que nous découvrons aussi la miséricorde infinie de Dieu.

Nous ne pouvons marcher sur deux chemins à la fois. Il nous faut choisir le bon, mais comment en être sûr ?
Le cours de notre vie trace un sillage pour nous et pour ceux qui nous suivent.
Notre vie est un long voyage tracé par nos habitudes et nos particularités morales.
Nous suivons ainsi une direction choisie et plus ou moins droite qui nous amène tous à une finalité.
Notre voie a eu un commencement et aura une fin, à nous de choisir quel trajet nous voulons suivre pour que l’issue soit la meilleure possible….
En sachant que si nous nous aventurons sur un chemin caillouteux, Dieu sera à nos cotés pour nous aider à retrouver le cap.

Seigneur, montre-moi la voie que je dois suivre et apprends-moi à marcher selon ta parole. Amen.

S’APPROCHER : Le sourire est une clé secrète qui ouvre bien des cœurs

© Christian Piro Carême 2018 CCFD

MARDI 20 FÉVRIER 2018, 6e jour de carême
(Is 55, 10-11 ; Ps 33 ; Mt 6, 7-15)

« Lorsque vous priez ne rabâchez pas comme des païens » (Mt 6, 7-15)

La prière nous rapproche de Dieu si elle est sincère et confiante. Ce qui est le plus important dans la prière, c’est la qualité de la relation que nous avons avec Dieu : l’écouter, lui parler comme à un père qui nous aime, lui confier notre vie en toute vérité, lui demander de nous accompagner dans notre vie de tous les jours.
Jésus nous a enseigné le Notre Père que nous avons appris dès notre enfance. Cette prière, nous l’avons récitée souvent, seuls ou en assemblée de croyants. Elle nous relie à Dieu et elle nous relie à tous nos frères baptisés. Essayons de la dire de tout notre cœur en intériorisant chacune des paroles.

Seigneur notre Dieu, nous te louons, toi qui nous aimes. Nous nous en remettons à toi qui sais de quoi nous avons besoin. Nous te supplions de nous aider à pardonner comme nous aimerions être pardonnés, de ne pas nous laisser aller vers ce qui est contraire à l’amour.
Jésus, merci de m’enseigner comment prier. Tes paroles me rapprochent de Dieu et de son amour infini.

S’APPROCHER : Un sourire échangé est déjà une rencontre. Un sourire éclaire le visage de celui qui le donne et illumine celui qui le reçoit.

© Christian Piro Carême 2018 CCFD

LUNDI 19 FÉVRIER 2018, 5e jour de carême
(Lv 19, 1-2.11-18 ; Ps 18 ; Mt 25, 31-46)

« Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. » (Mt 25, 31-46)

Le Royaume de Dieu est à construire ici et dès maintenant. Pour le faire grandir, Jésus nous donne des pistes, toutes tournées vers les autres.
Il s’agit de s’approcher de celui qui est seul, malade ou handicapé, de voir autour de nous celui qui a besoin de nourriture, d’amitié, d’écoute, de compréhension…
Pour moi de quoi s’agit-il ? De m’approcher de celui qui a soif de sourire, de merci, de paroles aimables. D’accueillir l’étranger, celui qui vient de loin mais aussi le voisin qui vient d’arriver dans le quartier, le nouveau collègue, la personne de passage à la messe… De m’approcher de celui qui manque de tout pour travailler, se déplacer, se vêtir, écrire, remplir ses papiers, l’aider de mon mieux. De penser à visiter les malades, les personnes seules, trouver les mots qui apaisent et consolent.
Jésus nous invite à la générosité et à la bonté. C’est ainsi que le Royaume de Dieu grandira en nous et autour de nous et que nous trouverons le bonheur durable.

Fais que j’entende Seigneur, tous mes frères qui crient vers moi… Aide-moi à m’approcher d’eux car ainsi je m’approcherai de Toi.

S’APPROCHER : Aller à la rencontre de l’autre, c’est d’abord le saluer. Saluer une personne, c’est la respecter, c’est la faire exister.

© Christian Piro Carême 2018 CCFD

DIMANCHE 18 FÉVRIER 2018, 1er dimanche de carême
(Gn 9, 8-15 ; Ps 24 ; 1 P3, 18-22 ; Mc 1, 12-15)

« Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à l’Évangile. » (Mc 1, 15)

C’est parti ! nous allons nous plonger à nouveau dans les eaux de notre baptême. Dans nos déluges quotidiens, le Seigneur nous tend la main. « Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à l’Évangile. » Oui le Règne de Dieu s’est approché de nous en Jésus et en toute personne qui aujourd’hui vit de lui.
Concrètement, c’est ce dimanche la célébration de l’appel décisif des catéchumènes de Vendée à La Bruffière. Huguette et Amandine sont de notre communauté et font partie des trente catéchumènes qui seront baptisés à Pâques. Elles se sont approchées du Seigneur, nous les voyons très souvent participer à nos eucharisties. Nous allons les accompagner tout au long de ce carême par notre prière, mais aussi par un geste, une attention que nous saurons personnellement trouver. Saurons-nous nous approcher d’elles ? Elles ont quelque chose à nous dire du Christ qui les a appelées à faire partie de son Eglise.
Merci Huguette et Amandine pour ce que vous nous donnez à comprendre du baptême.

« Le baptême ne purifie pas de souillures extérieures, mais il est l’engagement envers Dieu d’une conscience droite et il sauve par la résurrection de Jésus Christ », écrit St Pierre. (1P 3, 21)


S’APPROCHER : Elles pourraient s’appeler Amandine et Huguette…

© Christian Piro Carême 2018 CCFD

SAMEDI 17 FÉVRIER 2018, 4e jour de carême
(Is 58, 9b-14 ; Ps 85 ; Lc 5, 27-32)

« Abandonnant tout, l’homme se leva ; et il le suivait. » (Lc 5, 27-32)

Jésus s’est approché de Lévi, le publicain ; Lévi a suivi Jésus. Pour comprendre cette approche, relisons « Le petit Prince » d’Antoine de Saint-Exupéry. Le renard nous donne la clé de l’amour que nous demande Jésus, venu pour les malades, les pécheurs. Jésus venu manger chez Lévi.
« Si tu m’apprivoises, dit le renard, nous aurons besoin l’un de l’autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde……C’est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante. » et plus loin « On ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux. » « Si tu m’apprivoises, ma vie sera comme ensoleillée. »

Seigneur, fais que chaque personne que je rencontre soit importante pour moi. Donne-moi la patience de l’écouter, de la comprendre, d’être là simplement, de m’en sentir responsable, de l’aimer.


S’APPROCHER : La route est plate, pour un temps, celui de l’enfance ? Puis à l’arrivée, il faut monter, peiner. Mais au sommet "Ta Lumière jaillira comme l’aurore " (Is 58, 9b-14)


VENDREDI 16 FÉVRIER 2018, 3e jour de carême
(Is 58, 1-9a ; Ps 50 ; Mt 9, 14-15)

« Le jeûne qui me plait n’est-ce pas ceci : ... ne pas te dérober à ton semblable ? Alors ta lumière jaillira comme l’aurore » ( Is 58, 6.7b.8)

Le prophète Isaïe nous invite au jeûne – à s’approcher, à faire tomber les chaînes injustes, à s’occuper de celui qui a faim, de celui qui est sans abri, de celui qui est sans vêtement…
Cela paraît simple, j’ai envie d’aller vers les autres, j’ai envie de donner, d’aider.
Mais je reste dans mon petit confort. Je ne donne pas la priorité au regard de mon frère.
Je n’entend pas son appel silencieux. Je suis égoïste, j’ai peur, je suis lâche.
Je crois aimer et je ne vois pas en l’autre le visage du Christ.

Seigneur, apprends-moi à m’approcher de mon frère,
à ne pas le juger, à voir en lui le beau,
à lui offrir mon sourire si je n’ai rien d’autre
et si j’ai une fortune à lui offrir, à lui sourire encore et toujours,
à mettre dans ce sourire tout l’ amour que Toi, Seigneur, tu sais donner à tous simplement.


S’APPROCHER : S’approcher, cheminer, contempler " la merveille ". Si près de nous, encore si loin, mais dans la lumière.


JEUDI 15 FÉVRIER 2018, 2e jour de carême
(Dt 30, 15-20 ; Ps 1 ; Lc 9, 22-25)

« Vois ! Je mets aujourd’hui devant toi ou bien la vie et le bonheur, ou bien la mort et le malheur. » ( Dt 30, 15)

Au choix : La Vie et le bonheur ou la mort et le malheur ! Sans hésiter je choisis la vie, le bonheur … qui opterait pour la mort, le malheur … ?
Mais au fond c’est quoi le chemin de vie et de bonheur que me propose Dieu ?

Marcher dans les chemins de Dieu, c’est peut-être prendre une route un peu contraignante qui va me conduire à découvrir et aider des frères en souffrance.

C’est peut-être faire le choix de m’arrêter pour écouter ce que me dit la parole de Dieu, et vivre de ses commandements.

Choisir de m’approcher de mon frère différent, me mettre à l’écoute des murmures du Seigneur et pour se faire me nourrir de sa prière chaque jour, c’est peut-être ça le bonheur … ?

Vivre ainsi, il faut le décider, en faire le choix, tout comme le semeur qui ensemence en confiance sans savoir ce que sera la récolte.

Heureux est l’homme qui n’entre pas au conseil des méchants,
Qui ne suit pas le chemin des pécheurs, ne siège pas avec ceux qui ricanent
Heureux est l’homme qui met sa foi dans le Seigneur (Ps 1)



S’APPROCHER : Des gens décident de s’approcher pour rejoindre un groupe.


MERCREDI 14 FÉVRIER 2018, Mercredi des Cendres
(Jl 2, 12-18 ; Ps 50 ; 2 Co 5, 20 à 6,2 ; Mt 6, 1-6.16-18)

« Qui sait ? Il pourrait revenir, il pourrait renoncer au châtiment, et laisser derrière lui sa bénédiction … » (Joël 2,14)

Voici le temps du carême, Jésus me fait signe de m’approcher, de me mettre en route, il me propose un chemin de conversion, un chemin de Vie.
Ma vie n’est pas parfaite, je me suis éloigné de Dieu … mais aujourd’hui clignote le signal de l’annonce d’un temps particulier de la liturgie : le Carême.
Si j’ai oublié Dieu … si je me suis éloigné … si mon cœur est devenu dur et indifférent, va-t-il me condamner, me rejeter … ?
Est-il encore temps, ces mots sont-ils encore d’actualité pour moi : « Revenez à moi, réconciliez-vous, changez votre cœur … »
Le pardon de Dieu, sa Miséricorde sont si puissants qu’ils changent le cœur de l’homme : il peut encore me surprendre ! Qui sait …

Aujourd’hui, Seigneur, je suis attentif à ce temps particulier qui commence, je veux bien me mettre en route, seul ou avec d’autres, … prendre la route guidé par ta lumière, afin de m’approcher de toi, pour une vie nouvelle de plus en plus fidèle.



S’APPROCHER : Un groupe se met en marche en vue de s’approcher d’un but.


Forum
Répondre à cet article
puceArchives puceMentions légales puceEspace rédacteurs puce

2008-2018 © Paroisse Ste Marie en Plaine et Marais - Tous droits réservés