Dans l’église de Benet pour aller à la crèche, il y a un chemin ...
Article mis en ligne le 4 décembre 2020

par Thierry Piet

Cette année, dans l’église Sainte Eulalie de Benet,

la crèche sera à l’autel Saint Jean-Baptiste sous la statue de celui qui est le dernier de tous les prophètes de l’Ancien Testament. On le représente souvent avec le doigt qui pointe vers celui qui vient : Jésus, le Christ.

Jean-Baptiste a exercé son ministère principalement en Galilée. L’évangéliste Saint Matthieu raconte le succès de sa prédication. Des foules de pénitents venaient de partout pour écouter ses enseignements et se faire baptiser par lui.
Jean-Baptiste n’a pas seulement annoncé la venue de Jésus. Il l’a rencontré personnellement. Il l’a baptisé dans les eaux du Jourdain, et il l’a désigné comme étant le Messie, « l’Agneau de Dieu, qui enlève les péchés du monde » (Jn 1, 30- 37).

Ainsi, au pied de l’autel de Saint Jean-Baptiste, drapé de bleu pour symboliser le ciel descendu sur la terre, Jésus sera déposé la nuit de Noël, entouré de Marie et de Joseph, et la Sainte Famille recevra tour à tour les bergers et les mages.

Mais pour aller à la crèche, il y a un chemin, celui de l’Avent, celui de notre vie. Ce chemin qui commence dès les premières marches qui montent dans le chœur est matérialisé par des cailloux et quatre panneaux sur lesquels chaque dimanche une phrase sera donnée à notre méditation, et au pied desquels nous allumerons les bougies de l’Avent.

La figure de Jean-Baptiste nous fait entrer dans la préparation de Noël, dans une attente qui se nourrit de changement intérieur, de conversion. En suivant Jean-Baptiste, nous nous préparons à accueillir Jésus dans nos vies et dans notre quotidien.

Modèle de l’« humilité », Jean-Baptiste s’efface devant Jésus. Il n’est qu’une simple « voix qui crie à travers le désert » (Jn 1, 19-28) : la Voix qui annonce la Parole.

Merci à Marie-Laure et à Brigitte qui ont pensé et réalisé cette crèche. Chacun est à même de venir sur ce chemin de l’Avent pour se préparer à accueillir le Sauveur dans une démarche de conversion intérieure.

Abbé Thierry