Les ouvriers de la dernière heure
Article mis en ligne le 20 septembre 2011
dernière modification le 6 novembre 2011

Les ouvriers de la dernière heure

Nous avons lu, ce dimanche 18 septembre, la parabole des ouvriers embauchés à la vigne. C’est l’histoire d’un patron d’une vigne qui paie les ouvriers qui n’ont travaillé qu’une heure ausssi cher que ceux qui ont peiné toute la journée
Cette parabole ne prétend pas traiter du juste salaire, des droits du patron et de celui des ouvriers. C’est une parabole sur la "justice" de Dieu à notre égard.
Une "justice" qui nous paraît bien injuste. Comment, pensons-nous, avec tout ce que nous faisons pour Dieu n’a-t-il pas pour nous un peu plus de considération que pour ceux qui n’ont guère souci de Lui ? NB Remarquons cependant que selon la parabole, il ne donne pas moins aux premiers que ce qu’il avait promis, mais c’est aux derniers qu’il donne plus que ce qu’ils attendaient.
Notre agacement vient du fait que nous prenons instinctivement la place des ouvriers de la première heure, alors que nous sommes tous des ouvriers de la dernière heure. Dieu donne toujours au-delà de ce qu’il nous doit
Les appels évangéliques au pardon, au partage, à la prière, au service... que nous prenons pour des contraintes, sont déjà des dons de Dieu. Ainsi le pardon, pour dur qu’il puisse être, est d’abord une libération. Nous échappons à la prison où la rancune nous tient et nous retient dans le passé, alors que le pardon ouvre sur l’avenir et nous tient debout.

Claude Arrignon




pucePlan du site puceEspace rédacteurs puce

2008-2020 © Paroisse Ste Marie en Plaine et Marais - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.3.51
Hébergeur : SpipFactory